Suite et fin…

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                       

           

      
     Le 21 avril 2006, je rédigeais sur le site de LCI, qui venait d’ouvrir un espace pour les blogs, un premier article. Si je ne me trompe, celui-ci devrait être le 692 ème. Que d’échanges avec vous qui, depuis deux ans et demi, avez visité ce blog. Que de commentaires de votre part, parfois brefs, parfois fort longs. Je ne peux que vous remercier de l’attention critique que vous avez bien voulu porter à ces réflexions plus ou moins quotidiennes.

 

      Le 24 juin 1994, je faisais mon premier édito sur LCI dont l’antenne venait de s’ouvrir. Depuis presque quinze ans, que d’interventions, de débats et  d’interviews… je ne compte plus mais je sais gré à ceux qui regardent  LCI de l’intérêt qu’ils ont pu éventuellement porter à ces prestations.

 

En septembre 1996, je participais pour la première fois au Grand Jury RTL auquel LCI venait de s’associer. Depuis douze ans, j’ai vu se succéder dans cette émission un certains nombre de journalistes, Richard Arzt, Olivier Mazerolle, Patrick Cohen, Ruth Elkrief et  Jean-Michel Apathie pour RTL,  Patrick Jarreau  puis Gérard Courtois pour le « Monde », Nicolas Beytout puis Etienne Mougeotte pour le « Figaro ».  En dépit de tant de dimanches sacrifiés, j’ai pris grand intérêt à ce rendez-vous dominical. J’espère qu’il en a été de même pour ceux qui le suivaient et dont certains n’hésitaient pas, le lendemain, à formuler sur ce blog leurs remarques ou leurs critiques. Qu’ils sachent qu’elles étaient lues attentivement même si je n’y répondais pas directement.

 

La direction de LCI m’a récemment informé de sa décision de ne pas renouveler mon contrat après le  31 décembre prochain A cette date à laquelle cessera  ma collaboration. Je ferme donc ce jour ce blog et je quitterai définitivement l’antenne de LCI d’ici à la fin du mois. Je souhaite   vous retrouver peut-être un jour sous d’autres cieux ou sur d’autres ondes.

 

A tous, mes meilleurs voeux pour les fêtes de fin d’année

 

Bien cordialement

 

P.L.S.

Commenter cet article

SEDAThttp://ann.over-blog.com/ajout-commentaire.php?ref=1477621&ref_article=25280795 29/12/2008 08:24

Il est beaucoup préférable de s'en marrer et d'en rire comme une madelaine plutôt que d'en pleurer,ainsi vont les choses,vivement "Boulevard extérieur...!
Reynaldo.

Marie 28/12/2008 19:13

J'apprends en même temps votre licenciement de LCI et l'ouverture de votre nouveau blog. Merci de ne pas nous quitter. Mais quel désastre que l'évolution de cette chaîne,consternante de servilité et d'ineptie! Les décideurs de LCI mesurent-ils le tort qu'ils se font à eux-mêmes? Les grands journalistes indépendants sont-ils si faciles à remplacer? Surtout,ne décrochez pas,nous avons besoin de vous: il y a si longtemps que vous avez notre confiance et notre respect! De tout coeur,bonne chance. Marie

lydia bergot 24/12/2008 15:13

bonjour monsieur Seguillon je vous suis depuis longtemps et vous aprecie beaucoup mais que s'estil passer qui vous a pousser je vous ai entrevue sur canal plus mais trop vite je n'ai pas tout compris je vous souhaite malgre tout une bonne et heureuse annee et au plaisir de vous revoir bientot sous de meilleurs cieux lydia vous allez nous manquer

Alceste 19/12/2008 23:16

Claude, sans vous faire de peine, je me demande si vous n’auriez pas, décidément, un problème de lunettes. Si vous lisiez Fellini (il a écrit aussi), vous sauriez comment il aimait (mal)traiter la télévision, et a fortiori à quel point l’idée d’un découpage de ses œuvres en morceaux lui aurait été insupportable. Quant à Visconti, il vous suffirait de revoir Le Guépard par exemple, pour comprendre ce qu’on peut penser, avec lui, de cette décadence dont nous voyons tant de manifestations aujourd’hui. S'agissant des qualités des professeurs agrégés de lettres (modernes ou classiques), croyez que j’ai personnellement au moins une bonne raison de regretter qu’un ministre en donne une si médiocre image. Mais je ne suis pas sûr du tout que vous compreniez. Pour ce qui est enfin de La Bruyère et des autres, vous pouvez toujours mettre à profit votre temps libre pour travailler sur la tradition moraliste dans la littérature française. Les citer, c’était pour moi encore le moyen de rendre hommage à P.-L. Séguillon. Si vous le souhaitez, je peux vous fournir toute la bibliographie nécessaire.

Claude 19/12/2008 11:54

Cher Alceste,

Qu'avez-vous contre Fellini ou Visconti ? Êtes-vous de ceux pour qui la culture se résume à La Bruyère, La Fontaine, La Rochefoucauld ou à Voltaire.

Pour un ministre de la culture il y a sans doute pire qu'une agrégation de lettres modernes obtenue à la Sorbonne. Sans généraliser, ceux que je connais sont moins snobs et plus ouverts que les agrégés de lettres classiques que je connais également (à une exception près, pardon Philippe). Ce n'est peut-être dû qu'au hasard de mes rencontres professionnelles.

Cordialement,
Claude