2009, vers un deuxième plan de relance

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

            
Le dernier conseil européen sous présidence française qui s’est ouvert aujourd’hui à Bruxelles a deux objets : trouver un compromis sur le paquet énergétique et ratifier le plan de relance économique européen ou, plus exactement l’action coordonnée des pays de l’Union pour prévenir la récession.  

Les Allemands – on l’a déjà dit ici - n’entendent pas pour l’heure mettre davantage au pot que les 31 milliards  d’euros déjà programmés sur deux ans.

De nombreux économistes, rejoints d’ailleurs par un certain nombre de responsables politiques français,  estiment que ce plan européen de relance n’est pas à la mesure de la gravité de la crise. Ils se disent persuadés qu’il faudra un nouveau plan de relance de l’U.E. au premier trimestre 2009 et que l’Allemagne devra alors sortir de son immobilisme. Convaincus qu’une véritable relance ne sera efficace que coordonnée au niveau mondial, ils comptent sur la nouvelle Administration américaine pour faire pression sur Berlin et obtenir de l’Allemagne qu’elle participe largement à cet effort commun.

 

 

Commenter cet article

Franck 23/12/2008 00:40

Est ce que cela va suffir pour rassurer ?
Je partage votre analyse Monsieur SEGUILLON.

Franck.

Alain 12/12/2008 17:23

Cher PLS,

Le Conseil européen qui se termine aujourd’hui avait un agenda bien plus important que les deux seuls points que vous citez :

() Paquet Climat-énergie & Relance économique.
() Le traité de Lisbonne, il faut donner une réponse et un espoir en 2009 au Non Irlandais de 2008. Finaliser les processus de ratification en république Tchèque et en Pologne.
() La politique de relations extérieures et de défense européenne
() La PAC

Si le poste de relance européenne est important, ce n’est qu’un pôle du volet financier et économique dans le prolongement des décisions du G20. Mesures de relances budgétaires à hauteur de 1.5% du PIB, mesures de régulations et de stabilité financières, initiatives en vue de la réforme du système financier international.

Le projet de la commission d’une relance européenne coordonnée à hauteur de 200 Mds est une mesure transitoire venant après les sécurisations des systèmes bancaires européens, mesures effectives aujourd’hui après l’approbation de la commission (en France approbation des participations de 10.5 Mds dans les six banques).

Le plan de relance est une étape complémentaire après de nombreuses mesures, il est facile pour les détracteurs qui n’avaient rien vu venir avant le discours de NS devant l’ONU puis à Toulon le 25 septembre, qui n’avaient rien proposé avant les G4/7 des 4 et 12 octobre 2008, de faire la fine bouche en affirmant que tout ceci est insuffisant alors que le pacte de stabilité européen sera bien mis à mal en 2009.

Plutôt que des avis politiques basés sur la seule boule de cristal partisane, car AUCUN économiste NE peut se vanter d’une expérience face à du jamais vu, notre pays aurait besoin de cette union nationale souhaitée par le premier ministre pour s’opposer à la dépression économique. Si l’UE est unie sur ce sujet, ce sera un espoir et un atout important.
Alain

SEDAThttp://ann.over-blog.com/ajout-commentaire.php?ref=1477621&ref_article=25280795 12/12/2008 08:08

Bjr Pierre-Luc Séguillon...!

Ce dernier conseil européen sous présidence française est non seulement un pot d'adieu mais aussi un pot aux roses...!

Reynaldo.

palloporo 11/12/2008 22:04

M. Séguillon. A la lecture de votre analyse je me suis dit: "Tiens!,il y a encore des gens calés (nombreux économistes et politiques français)qui se souviennent d'un certain Fernand Reynaud et de son 22 à Asnières". Enfin...