Bertrand à l’UMP: Nicolas et son double!

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

              

             


                                                            
«  ll serait bon que Nicolas Sarkozy redevînt le patron de l’UMP », avait dit en substance Patrick Devedjian. Eh bien ! Ce sera presque chose faite avec  l’arrivée de Xavier Bertrand à la tête du parti majoritaire. 

Patrick Devedjian était un proche du président. Lié à lui depuis plusieurs décennies. Il faisait parti du clan. Mais les deux hommes ne se ressemblent pas.

Xavier Bertrand, lui,  ne fait pas partie de la famille sarkozienne. Il n’a pas de passé partagé avec le chef de l’Etat. Entre les deux hommes n’existe aucune relation affective. Mais ces deux là ont beaucoup en commun. L’un et l’autre se targuent de ne pas appartenir à la caste de l’énarchie. Tous deux sont hommes de terrain. La proximité, le débat, la confrontation avec la base, ils connaissent. Ils aiment cela. Xavier Bertrand, depuis qu’il est secrétaire général adjoint de l’UMP, n’a eu de cesse de courir les campagnes à l’instar d’un président de la République qui, chaque semaine, effectue un voyage en province. Le ministre, comme le président, est un as de la communication, friand de médias, habile à se faire valoir et à mettre en scène son action. Il partage avec son modèle la philosophie du résultat et de l’efficacité. Le chef de l’Etat sait que le bientôt secrétaire général de l’UMP est tout comme lui habité par un formidable appétit de pouvoir. Il en joue tout en y prenant garde.  

Le nouveau patron de l’UMP, à la différence de son prédécesseur sera donc en quelque sorte le double du président, prompt à mettre en œuvre voire à anticiper les desiderata de l’Elysée.

Le choix est astucieux. Xavier Bertrand est apprécié des militants. Ceux-ci se reconnaissent en lui. Ce personnage tout en rondeurs et qui a le tutoiement facile est aussi populaire dans les rangs de l’UMP qu’il est détesté au sein du gouvernement où il a l’image d’un faux cul et la réputation d’être le mauvais camarade de la classe, toujours prêt à planter un couteau dans le dos de ses pairs pour se hausser du col.  Celle peu crédible il est vrai, de son accession à Matignon le moment venu. L’ami de toujours, le fidèle parmi les fidèles, Brice Hortefeux demeure le mieux placé pour remplacer éventuellement François Fillon à moins que Nicolas Sarkozy ne choisisse pour ce poste, quand viendra l’heure, un Claude Guéant ou un Xavier Darcos.

Commenter cet article

Alain 08/12/2008 16:10

Cher PLS,

() Dans votre billet précédent vous présentiez Patrick Devedjian en homme intelligent qui se serait montré plus habile que Rachida Dati s’il eut été à la justice !

Intelligent et habile certes pour autant le parcours des réalisations de Rachida Dati par rapport à la feuille de route tracée par le Président est absolument unique, personne ne pourra jamais prétendre à plus d’habileté alors qu’elle trace son programme au cordeau face à des organisations syndicales et une magistrature livrées au corporatisme le plus sectaire.

La liste est longue, ils furent nombreux les intelligents et les habiles qui face à leurs responsabilités de Garde des sceaux, ministre de la justice, qui à force de louvoyer si habillement firent irrémédiablement les uns après les autres le même surplace coupable face aux corporatismes fidèles à l’immobilisme.

A l’UMP, Patrick Devedjian n’aura pas montré, ce caractère et cette autorité naturelle du leader d’opinion ; brillant il s’aime ainsi. Manifestement il n’aime peut-être pas assez les autres, les plus humbles des militants, des français ceux vers qui NS n’hésite jamais à rencontrer le regard, pour cela il faut un petit supplément d’âme et de courage.

() Nous apprenons que Xavier Bertrand serait intronisé officiellement à la tête de l’UMP en janvier prochain. Ministre attentif qui sut se faire respecter des syndicats, il peut lui aussi se prévaloir d’un panier de réformes bien rempli avec parmi ces dernières des réformes réputées irréalisables qu’il réalisa.

Xavier Bertrand aime à convaincre, fidèle à sa hiérarchie certes mais adepte du résultat, en effet comme son patron. Il aime le contact humain et les responsabilités, homme de dossiers il possède parait-il une force de travail et de maîtrise peu commune, voila une bonne équation pour diriger un parti politique

Pour un parti au pouvoir la visibilité est tout le problème du patron d’un mouvement, les sunlights sont au gouvernement, au parlement ; vers Fillon et vers Copé, exister face à Copé tel est l’un des enjeux.

La réponse est contenue dans la bataille des européennes, c’est là son véritable territoire la bataille électorale, reconstruire une machine à gagner les élections intermédiaires. Nous le verrons à l’œuvre !
Alain

Nimbus 08/12/2008 10:02

Aimé des militants UMP ? pas partout...
Double? Caricature plutôt. XB va jusqu'à parler comme NS, utiliser le même vocabulaire "jean-mimi", s'imposer avec la même arrogance et la même dérision, la même technique primaire pour renvoyer dans les cordes toutes questions
dérangeantes...
La "rondeur" uniquement physique de XB est boursoufflée d'épines acérées!
D'après le Canard Enchaîné, XB serait la taupe qui balance sur ses petits copains ministres...
D'après un livre de journalistes du Monde, il aurait un excellent service de renseignements "occulte"...
Vrai, faux? En tout cas XB a les dents longues!

SEDAThttp://ann.over-blog.com/ajout-commentaire.php?ref=1477621&ref_article=25280795 08/12/2008 09:20

En effet,ils sont tous deux majors d'hommes...!