PS : unité archaïque ou renouveau ambigu

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                                  

Le score obtenu par Ségolène, lors du premier tour de l’élection au poste de Premier secrétaire du PS, a déjoué l’arithmétique. L’addition des suffrages réunis respectivement par la motion de Bertrand Delanoë et pas celle de Martine Aubry devait théoriquement permettre au maire de Lille de l’emporter dès hier soir.

En réalité la motion Delanoë a implosé et ses signataires n’ont que partiellement suivi la consigne du maire de Paris appelant ses supporters à se reporter massivement sur Martine Aubry.

Cette désagrégation est due à trois raisons.

Le vote en faveur d’une personne est différent de celui en faveur d’un texte. Bon nombre de ceux qui s’étaient retrouvés sur la motion de Bertrand Delanoë n’ont pas pardonné à Martine Aubry d’avoir fait obstacle à l’ambition du maire de Paris.

L’hétérogénéité des signataires de cette motion a également contribué à la dispersion des voix. Beaucoup des signataires de la motion Delanoë étaient aux côtés de Ségolène Royal durant la campagne présidentielle. Ils sont revenus à elle. C’est le cas notamment des proches du Premier secrétaire François Hollande.

La palinodie de Bertrand Delanoë a amplifié ce mouvement. Après avoir expliqué qu’il ne donnait pas de consigne de vote à la sortie du congrès de Reims, le maire de Paris a fait volte face et a appelé à voter Martine Aubry. Certains, dans son propre camp, ont interprété ce brusque retournement comme l’expression d’une volonté avant toute chose de faire barrage à Martine Aubry. L’effet de ce changement de pied a sans doute été contre productif.

Il est probable que le score de ce deuxième tour sera très serré ce soir.  Ce qui serait le pire scénario pour le parti socialiste.

Parmi  les partisans de Benoît Hamon, certains sont d’abord attachés à la défense de l’orthodoxie du vieux PS mais d’autres privilégient la rénovation. Les électeurs de Benoît Hamon risquent donc, en dépit des consignes données par ce dernier, de se répartir entre Ségolène Royal et Martine Aubry.

A la vérité, on voit bien que les socialistes sont aujourd’hui partagés.

Ils souhaitent que soient préservé l’unité de leur vieux parti, lassés qu’ils sont des querelles qui le déchirent depuis plusieurs années maintenant. Martine Aubry leur semble la mieux à même de préserver cette unité. Mais elle et ses soutiens représentent davantage le passé que l’avenir.

Dans le même temps, les militants socialistes  aspirent à un fort renouveau de leur parti,  conscients qu’ils sont de sa faiblesse politique et idéologique. Ségolène Royal est sans doute celle qui, à leurs yeux incarnent le mieux ce renouveau. Mais son discours déroute souvent par manque de cohérence.

Entre un renouveau qui leur semble encore bien ambigu et une unité qui reste archaïque, leur cœur balance. Si bien que cette nuit le pire des scénarios risque de se produire : un score si serré que rien en fait n’aura été tranché.

Commenter cet article

Mirino 22/11/2008 10:56

Malgré le pouvoir de spectacle, la 'Queen of Hearts' a 'gagné' , mais le 'Tea Party' continue où le temps n'avance pas. Il sera toujours 35 heures.

SEDAT 22/11/2008 07:59

Bjr pierre-Luc Séguillon...!

C'EST LA ZIZANIE AZIMUTALE...!

Martine Aubry aurait été élue pour 42 voix (50,02%),première secrétaire du PS (historique pour une femme),(Ségolène Royale exige un nouveau vote),pour ainsi dire un marathon,et quelques 195 mètres,l'ironie poussée à son comble de ce second tour de scrutin est que c'est Martine Aubry qui portait réclamation pour irrégularité au premier tour pour 0,1% de voix,ridicule quand tu nous tiens...!

Bonne journée.reynaldo.

Mirino 21/11/2008 19:13

Martine Aubry ferait une excellente Reine de Cœur, mais Ségolène n'arrivera jamais à faire Alice. Elle est beaucoup trop rapace. En tous cas il ne s'agit aucunement d'un pays de merveilles, mais l'on pourrait bien le traiter d'un 'Mad tea party' sinon un 'caucus race', ce qui veut dire qu'il n'y aura jamais une gagnante.

SEDAT 21/11/2008 15:40

Bjr Pierre-Luc Séguillon...!

C'est le miroir à deux faces,sans reflet,symbole d'une porte qui n'existerait pas,d'une limite,d'une ligne imaginaire vers un autre monde,particulièrement mis en valeur dans Alice aux pays des merveilles...!