J-4 : « présidentielle » socialiste !

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

  

                                                                       

   Sortis divisés de leur congrès et impuissants à constituer une claire majorité au sein de leur parlement,  le conseil national, les socialistes sont entrés depuis aujourd’hui  dans une logique présidentielle.  Les  trois candidats au poste de Premier  secrétaire  ont quatre jours pour faire campagne. Les militants voteront jeudi. Il est évident qu’ils devront très probablement retourner aux urnes le lendemain pour un second tour. On imagine mal en effet,  Ségolène Royal, Martine Aubry et, à plus forte raison Benoît Hamon obtenir une majorité de 50%   dès le premier tour.

  Cette élection devrait permettre une clarification ce qui ne préjuge ni de la prochaine cassure de ce parti ni de son éventuelle capacité à demeurer uni.

   Entre Martine Aubry et Ségolène Royal les militants socialistes vont devoir choisir entre deux conceptions du parti, deux stratégies, voire deux orientations idéologiques.

   Martine Aubry défend une vision sociale démocrate classique. Elle proclame la nécessité de l’ancrage à gauche. Elle  tient un discours d’appareil. Elle appelle le parti socialiste à restaurer ses relais syndicaux. Elle récuse toute alliance électorale avec le Modem.

   Ségolène Royal appelle un nouveau parti socialiste, nouveau dans son fonctionnement, nouveau de par la génération qui aurait la charge de le gouverner. Elle tient un discours de candidate à la présidence de la République, discours mobilisateur mais non dénué parfois d’aspects démagogiques.  Elle prône une coalition républicaine et donc une alliance avec le Modem au deuxième tour d’une présidentielle dont la forme pourrait être celle d’un contrat de gouvernement. Elle imagine un parti de supporters à l’américaine. Du moins entend-t-elle rendre aux militants un pouvoir qu’elle estime aujourd’hui confisqué par les apparatchiks.

Le résultat de cette élection dépendra beaucoup du comportement des tenants de la motion de Bertrand Delanoë et de ceux de la motion Benoît Hamon. La motion du maire de Paris est en état de décomposition. Les amis de Benoît Hamon devraient reporter leurs voix, dans un second tour, sur le nom de Martine Aubry. Mais beaucoup dépendra aussi du comportement et éventuellement du choix des militants qui étaient à jour de leur cotisation mais ne se sont pas prononcés lors du vote des motions – environ 30000, et de ceux qui pourraient encore se mettre à jour de cotisation pour participer à l’élection du Premier secrétaire - environ 60000.

L’arithmétique est favorable à Martine Aubry

La dynamique est du côté de Ségolène Royal

Il est bien difficile aujourd’hui de dire si la clarification entraînée par cette élection, qu’elle qu’en soit l’issue, conduira les socialistes à l’union retrouvée ou au divorce consumé. Le déroulement du congrès de Reims n’incline pas à retenir le scénario le plus optimiste pour le PS !

Commenter cet article

LAFARGUE 24/11/2008 19:43

Je ne suis pas de gauche mais quand je vois ce qui se passe au PS un soi-disant parti politique responsable je trouve ce qui se passe comique. D'un côté on dépose plainte pour faux et de l'autre pour diffamation.Quand je vois celà et que tous les responsables de ce gachis demandent de revoter je me marre. Pour ma part on n'a qu'à donner des mitraillettes aux lieutenants de chaque bord et celui qui reste debout détermine le camp vainqueur. Je plaisante mais dans mon commentaire il n'y a rien de risible car on aurait pu être dirigé par ces comiques. Ouf heureusement que ce n'est pas arrivé.

eclipse 17/11/2008 22:23

Scoop. Une candidature de plus au PS, un éléphant supplémentaire de dernière minute, avec une motion nouvelle, de rupture et plus innovante.
Tous les détails sur www.ateliers-eclipse.com.
Bisous Babar

Evelyne75 17/11/2008 11:09

« Elle sait qu'elle a besoin des voix du Modem parce qu'elle sait que la proportion de français de gauche (40 %) ne changera pas significativement d'ici 3,5 ans. »

Mais sait-elle Mme Royal qu’un autre postulant à la candidature présidentielle en 2012 peut apparaître ? Que sait-elle de la manipulation, voir des accords, dont est capable le représentant de la majorité actuelle ?

Je persiste à écrire que Mme Royal se fout du PS oui dans ses stratégies minables en mai « je serai votre Chef » « En octobre Frigidaire » et comble de tout elle envoie le petit Walls à l’ouverture du congrès de Reims, pour promulguer SA candidature devant un mur de caméras et de micros..On ne fait pas l’unanimité et surtout pas de la politique sur des « coups de cœur » et pas non plus dans les médias et les sondages.

Merci de cet échange Claude

SEDAT 17/11/2008 09:10

Jésus se promène parmi les élus du paradis quand son regard se porte sur un homme.
-"Cet homme ressemble à Joseph,mon père terrestre,Je suis sûr que c'est lui".
Jésus s'approche de l'homme:
-Dis-donc,ne travaillez-vous pas le bois lorsque vous étiez vivant?
-Tout à fait,répondit l'homme.
-Et n'aviez-vous pas un fils qui a été concu par l'opération du saint-esprit?
-Oui,tout à fait,répondit l'homme.
-Et ton fils,n'a t-il pas été cloué les mains et les pieds...!
-Oui,je crois,répondit l'homme.
-Papa,dit Jésus...!
-Pinocchio,répondit le menuisier...!

Claude 17/11/2008 09:04

Bonjour Evelyne,

Il est évident que le discours de Martine Aubry est plus convaincant du point de vue d'un socialiste.

Je n'aime pas l'idée que la Ségolène Royal que nous connaissons soit un jour Présidente de la République. L'intelligence politique n'aide pas à comprendre les interrelations de tous les grands problèmes de notre temps. Pris individuellement ils semblent simples à résoudre mais tous ensembles sont bien plus compliqués à maîtriser.

Cependant, dire qu'elle ne sait pas rassembler est surprenant devant l'évidence. Elle rassemble (un peu) plus de voix de militants que les autres leaders et ce sont ces voix là qui comptent.

Elle sait qu'elle a besoin des voix du Modem parce qu'elle sait que la proportion de français de gauche (40 %) ne changera pas significativement d'ici 3,5 ans.

La stratégie de S. Royal est d'annoncer la couleur tout de suite parce qu'il n'y a pas d'autres électeurs disponibles que ceux du centre au moins le temps d'une élection car elle sait très bien que la gauche n'acceptera pas de partager le pouvoir ni d'accepter la proportionnelle (et je vois mal la gauche s'allier avec le FN même avec l'intention de ne respecter ses alliés que le temps d'une élection).

Ses concurrents à gauche, qui sont face à la même équation, savent très bien tout ça mais ont choisi de mettre leurs futurs électeurs devant le problème quand celui-ci se présentera.

Elle ne se fout surement pas du PS mais compte plus sur les militants qui réagissent "au coup de coeur" que sur les dirigeants qui sont bien obligés de réfléchir, eux, puisqu'ils sont, le plus souvent, des élus.

Bayrou, lui, sait très bien qu'il ne peut être élu que par des électeurs de gauche en majorité car s'il n'est pas très fort en économie, ce qui le met en colère quand on lui fait remarquer qu'on lui souffle ce qu'il faut dire, il sait au moins compter jusqu'à 100%. Et il sait aussi qu'il n'aura jamais une majorité à l'assemblée (même à la proportionnelle) et là, contrairement à S. Royal, il est bien obligé de faire l'impasse.

Bonne journée,
Claude