P.S. " Aux urnes camarades !"

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                                                     
          Ils sont quatre !  Deux hommes, deux femmes. Déjà la parité ! Quatre qui briguent la direction du PS, officiellement pour Bertrand Delanoë et Benoît Hamon, officieusement  pour Martine Aubry et pour Ségolène Royal. Quatre que les 160000 militants à jour de cotisation vont chercher à départager en allant voter pour l’un d’entre eux, demain soir, dans leurs sections respectives.

Chacun et chacune d’entre eux ont leur spécificité propre même si tous appartiennent à la même famille politique et partagent un même corpus idéologique.

 

            Bertrand Delanoë  

 

            Bertrand Delanoë  est social démocrate tendance libérale assumée,  libéral  au sens tocquevillien du terme s’entend;  à ne pas confondre avec un libéralisme économique tendance  Wall street.

            Le maire de Paris s’inscrit dans la continuité historique de son parti et en assume tout le passé.   La preuve en est qu’il  est soutenu par Lionel Jospin et par François Hollande… ce qui n’est pas forcément un atout aux yeux des militants, vu l’échec du premier à l’élection présidentielle en 2002, et la gouvernance très critiquée du second à la tête du PS depuis cette date.

            Bertrand Delanoë prône un rassemblement de la gauche qui n’est pas sans rappeler la bonne vieille Union de la gauche. Pas question à ses yeux de passer alliance avec le Modem de François Bayrou

            Le maire de Paris  ne manque pas d’autorité. C’est une qualité. Il est réputé autoritaire et solitaire dans sa gouvernance. C’est le défaut stigmatisé  par  ses concurrents.

 

            Martine Aubry

 

            Martine Aubry  est sociale démocrate tendance nord - enracinement populaire

            Elle se veut l’épicentre du rassemblement.  La preuve en est sa capacité à réunir sur une même motion Strauss Khaniens et Fabiusiens. Mais ceci n’est pas nécessairement un atout  si l’on se souvient à quel point les uns et les autres ont   différé sur le sujet européen.

            Le maire de Lille prône le  rassemblement à gauche ; elle a de la sympathie pour les amis de Benoît Hamon et elle n’envisage d’alliance avec le Modem qu’au plan local et sur un mode d’exception.

Ses camarades louent sa capacité à travailler en équipe. Pierre Mauroy, son parrain lillois, déplore ce qu’il estime être son manque de sens politique.

 

            Ségolène Royal

 

            Ségolène Royal juge que la social démocratie est dépassée. Sa posture est d’autant plus difficile à définir. On se risquera à la situer entre une radicalité de circonstance et une modernité version Obama avec lequel elle dit avoir de nombreux atomes crochus.  

            Ségolène Royal s’est habilement rapprochée de grands élus comme Gérard Colomb, maire de Lyon ou comme le président du conseil général des Bouches du Rhône, Jean-Noël Guérini. Elle remporte un incontestable succès auprès des militants et plus encore auprès des supporters.  

            Elle veut rassembler  tous azimut bien au delà du PS. A l’endroit du Modem, son attitude relève du « oui mais ».

            Elle témoigne d’une qualité qui fait le succès de ses meeting : la  fièvre d’un social évangélisme participatif et communicatif. Ce même social évangélisme participatif fait le défaut et l’approximation de son projet.

 

            Benoît Hamon

 

            Benoît Hamon est tendance gauche gauche

            C’est le petit qui grandit  à mesure que se creuse la crise

            Ses qualités premières sont la jeunesse et la nouveauté. Il a pour défaut d’être entouré  de vieux routiers couturés de mille cicatrices pour avoir mené tous les combats internes du PS depuis vingt ans.

 

            Trois questions demeurent aujourd’hui sans réponse :

            Qui  arrivera en tête demain ? Le pronostic le plus courant est celui d’une arrivée dans un mouchoir de poche.

            Autour duquel des quatre – par forcément celui qui arrivera en tête, se constituera la majorité susceptible de diriger le PS ?

            Les socialistes entreront-ils au congrès avec un Premier secrétaire et une majorité le 14 novembre prochain Ou bien le congrès de Reims commencera-t-il dans l’incertitude au risque de se terminer en fiasco ?

         

            PS. Pour être impartial, on n’oubliera pas les discrètes motions écologiste et «  utopia »

 

 

 

Commenter cet article

Mirino 07/11/2008 09:51

Et voilà. L'on est arrivé au point songeur ou mensonger, de départ. Ségolène. Donc rien n'est gagné. Le contraire car déjà pariant sur le cheval royal, à sa triste perte, la gauche doit être insouciante, sinon bornée et masochiste de vouloir refaire la même expérience. Ce ne peut qu'être le début de la fin. La gauche va se deviser en petits gaucheries ('gauchettes') chacune cherchant sa raison d'être et sa cause.
mais Mme. Royal n'a pas besoin de s'inquiéter de tomber cette fois, parce qu'elle ne décollera pas.

Alain 06/11/2008 23:18

Dans votre jeu à découvert vous nous montrez quatre As, est-ce bien raisonnable quand vous nous décrivez deux dames et deux valets ! Tirez une nouvelle donne, avec un peu de chance… !

« Libéral », prudence les mots sont trompeurs, un libéral américain (Wall Street) est un socialiste. Tous les américains sont des libéraux économiques au sens français!

Vous nous déclarez que Ségolène Royal serait proche d’un Obama ? En êtes-vous si sûr :

(1)Serait-elle en faveur de l’application de la peine de mort comme Obama ?
(2)Serait-elle en faveur d’un massif renforcement des forces de l’OTAN en Afghanistan ? Et de mesures de représailles directes sans sommation contre des réfugiés talibans au Pakistan ?
(3)Renforcer nos frontières par des murs infranchissables, des caméras et des patrouilles comme Obama veut l’intensifier à la frontière Mexicaine
(4)Régulariser les clandestins à la manière de Sarkozy, au cas par cas, signer un contrat de développement avec les pays sources comme le fait Sarkozy ? (Obama faisant comme Sarko)
(5)Être contre le mariage homo (pour un statut d’union type Pacs) comme Obama ?
(6)Une conscience écologiste bien modeste d’Obama, par rapport aux acquis de notre Grenelle
(7)Augmenter les budgets et les effectifs de l’armée comme Obama ?
(8)Elle ne serait pas hostile à la possession d’armes par les français, comme Obama ?

La réponse est non évidemment, les mesures envisagées par Obama sont bien plus proches de celles que pourrait soutenir un Alain Madelin, voire plus à droite, que du couple Royal-Sarkozy
Alain

Mirino 06/11/2008 22:56

Qu'il y ait quatre divisions montre la gravité de la maladie de cette partie qui souffre lamentablement d'une crise d'identité. Ce n'est pas nécessairement la faute de Royal-Dutch. En essayant d'échapper du dogme, Ségolène est montée tellement haut que c'était inévitable qu'elle finirait comme Icare. Et lorsque on revient sur terre de manière inélégante, gauche ou 'maladroite', ou on rentre dans le vieux enclos dogmatique, ou bien on s'en va.

Comme si ce n'est pas assez d'avoir une crise économique mondiale et un engagement très sérieux contre les forces du mal, la gauche française n'a rien de mieux à faire que de démontrer à quel point elle est totalement en loques.
Et même, si éventuellement Bernard, ou bien Martine, ou bien Benoît, ou même Ségolène est choisi(e), peut-on soupirer enfin avec soulagement? Non, car cette maladie est incurable, à moins qu'une opération majeure soit exécutée, avant que ce ne soit pas trop tard. Il s'agirait d'un purge profonde pour essayer de retrouver les vestiges de la raison d'être, de l'âme, des aspirations, des principes, de l'intégrité, des idées, sinon encore davantage de choses positives.
Si par miracle on trouve quelques exemples, pas totalement morts, on doit alors essayer de les ressusciter rapidement. Le reste, les morceaux vieux et nuisibles, on jette.
Dernièrement il faudra absolument administrer un bon tonique de jeunesse.
Je crains qu'autrement il n'y ait aucun espoir.

Jeff de Burlats 06/11/2008 12:29

Scénario probable: répartition "à égalité" des suffrages... Obligation de chercher des alliances.... nouvelles motions "sincères" d'union des courants... Toujours pas de chef... désignation d'un secrétaire de "consensus".... congrès galère, où se focalisent les luttes d'appareils, de courants, de rus, de caniveaux... Nouvelle nuit des seconds couteaux pour nous sortir une déclaration de fin des guéguerres et un programme passe-partout, avec une direction "renouvelée ou presque, enfin avec quelques nouveaux quoi!....

Et pendant ce temps là, les militants et sympatisants attendent et attendent encore l'homme ou la femme providentielle... et ils ont le culot de prétendre gouverner la France???

SEDAT 06/11/2008 09:04

"L'amour le plus discret laisse par quelque marque échapper son secret".
Jean Racine-Extrait de Bajazet.

"Pour être aimé,soyez discret,la clé des coeurs,c'est le secret".
Jean-Pierre Florian.

"C'est une chose précieuse qu'une langue dont la discrétion est sûre".
Euripide de "Iphigénie de Tauride".

"Lorsqu'on désire,on se rend à discrétion à celui de qui on espère".
Jean de La Bruyère. Extrait des caractères.

"La discrétion est la seule vertu qui souffre l'excès,sans en souffrir.
Marcel jouhandeau.

"La sincérité est de verre,la discrétion est de diamant".
André Maurois. Extrait des conseils à une jeune fille qui dit tout ce qu'elle pense.

"Les bavards sont les plus discrets des hommes:ils parlent pour ne rien dire".
Voltaire.