Sarkozy: gare aux banquiers !

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                                 
La réunion organisée par Nicolas Sarkozy à l’Elysée avec les préfets, les Trésoriers payeurs généraux et les banquiers a me semble-t-il un triple  un triple objet.

 

Cette initiative relève d’abord de l’action psychologique: la psychologie est évidemment importante. On sait bien qu’un défaut de confiance peut être un facteur amplificateur de la crise. Il s’agit donc pour Nicolas Sarkozy d’affirmer une nouvelle fois sa présence active et volontaire, de bien montrer qu’il garde le contrôle de la situation  dans la tempête et que sur le terrain les représentants politiques de l’Exécutif, les préfets et les représentants économiques du pouvoir - les TPG veillent à l’exécution de ses  directives. En l’occurrence la mobilisation des banques au service des entreprises.  Cette opération de communication peut contribuer à relever le moral des entreprises.

Cette rencontre a  une visée proprement politique. L’Etat a consacré des montants considérables au sauvetage des banque. 3 milliards pour sauver Dexia, 360 milliards pour garantir les prêts interbancaires, 40 milliards pour recapitaliser les établissements financiers. Cela fait beaucoup au regard  des 10,5 milliards  injectés dans les six grandes banques françaises banques pour qu’elles accordent plus facilement des crédits aux entreprises et aux particuliers comparés plus encore aux 250 millions consacrés à la création de 100000 emplois aidés. Il est évidemment important pour Nicolas Sarkozy de démontrer que les libéralités de l’Etat à l’endroit des banques ne sont pas vaines et qu’il ne s’agit nullement de cadeau sans contrepartie.

Cette rencontre a enfin un objet officiel: l’obligation faite aux banques d’accorder des crédits aux entreprises - ressort en revanche  du vœux pieux. Le volontarisme politique est une chose. L’économie en est une autre. Pour avoir joué du crédit plus qu’elle n’avait de capital pour le garantir, les banques sont aujourd’hui largement endettées. Elles n’ont sans doute pas encore pris toute la mesures des actifs douteux  voire insolvables qu’elles possèdent souvent hors bilan. Elles sont aujourd’hui engagées dans une longue phase de désendettement. Les exhortations, voire les menaces politiques, fussent-t-elles présidentielles, ne pourront aller contre l’évidence: le crédit sera désormais et pour longtemps plus rare et plus cher ! 

Commenter cet article

SEDAT 06/11/2008 11:24

A Mayer...!

En toute objectivité réaliste et idéaliste,l'Etat joue à la "Surenchère virtuelle et synthétique",c'est-à-dire apporter une enchère supérieure à une autre enchère,action de promettre (les promesses n'engagent que ceux qui y croient) encore plus qu'un autre,afin d'alimenter une espèce de psychose individuelle et collective sociètaire,de telle manière à assurer son emprise sur la masse et d'assoir sa suprêmatie identitaire...!

Reynaldo.

mayer 04/11/2008 12:39

Cher PLS,
Je n'ai pas pu vus repondre avant, étant en déplacement, mais en voulant le faire, j'ai précédemment lu les commentaires des internautes et ai constate que ma réponse exacte se trouvait dans votre blog. Il vous suffira de relie le commentaire de Alain. C'est mot pour mot ce que je voulais vous repondre. Je rajouterai juste cela. Pouvez vous pendant 30 secondes, imaginer le scénario si les états n'avaient pas intervenu comme ils l'ont fait. Vous seriez en train d'écrire je suis sur l'inverse de ce que vous avez écrit, en cassant beaucoup plus de sucre sur le dos de NS, et je vous aurez donné raison. Des centaines de milliers de chomeurs, de faillites un veritable 1929/1933. Alors ce que nous vous demandons c'est qu'à l'avenir, vous pesiez le pour et le contre d'une action avant d'écrire n'importe quoi, cela va de votre crédibilité à vous aussi. Et de vous remémorer le calcul élémentaire, vous devez surement avoir un petit fils en maternelle, profitez en.

Claude 03/11/2008 01:25

Yann,

Il ne faisait pas la promotion des subprimes. Il parlait de simplifier le crédit hypothécaire en France (ce n'est pas un gros mot : l'hypothèque est un droit sur un bien qui garantit une dette. Elle est inscrite au Code Civil, 1804, p. 383 depuis Napoléon et Flaubert en parlait déjà dans le Tome II de Bouvard).

Bien entendu la crise des subprime est une conséquence des prêts hypothécaires, pas parce qu'ils étaient hypothécaires, mais parce qu'ils étaient spéculatifs. Ne mélangeons pas tout.

Rappelons que les acheteurs américains pauvres souscrivaient un crédit avec remboursement du capital différé (et intérêts de transition faibles) pour revendre avec profit avant d'avoir à rembourser. La chute du marché immobilier due à la crise des matières premières et du pétrole les a mis dans une impasse. Ils ne pouvaient pas vendre à perte un bien hypothéqué (les banquiers ont eu tort de ne pas accepter) et ils ne pouvaient pas payer des échéances incluant les mensualités du capital et des intérêts. Les biens gagés invendables (il y en avait trop) ont été dépréciés par la crise de l'immobilier qui en a découlé. Nous connaissons la suite.

Ceux qui ont acheté une maison à crédit en France il y a un an, dix ans ou cent ans l'ont hypothéqué au profit du prêteur. Ce n'est pas une invention de Sarkozy. Une hypothèque ou sa levée sont des démarches lourdes et couteuses. Sarkozy proposait simplement de simplifier les démarches et de diminuer le coût de l'inscription au bureau des hypothèques. Il n'a jamais proposé que les français se mettent à spéculer en achetant des logements qu'ils ne peuvent pas se payer. La règle des 30 % est contournée, mais toujours à l'insu des banquiers.

Votre amalgame est convaincant pour les gens qui n'ont pas compris les subprimes mais pas pour les gens qui ne gobent pas n'importe quoi par simple effet de mode. Plus les caricatures sont outrées plus elles attrapent de gens naïfs.

Cordialement,
Claude

yann 02/11/2008 14:55

l'avantage d'Internet, c'est qu'il n'oublie pas. Une petite video ressortie sur Sarkozy à l'époque pas si lointaine où il faisait la pub pour les subprimes:

http://www.dailymotion.com/prochoix/video/x772t0_sarkozy-et-limportation-des-subprim_news

Claude 02/11/2008 10:29

Chère Marianne,

C'est quand même de votre faute si on vous prend pour une idiote. Quelle idée d'aller chercher de l'information financière sur le blog d'un quidam qui se prend pour le Messie de la finance et de la politique et qui pour preuve n'apporte que des liens à lui même où il se réfère à d'autres articles qu'il avait également écrit lui même. Vu de l'extérieur il s'agit d'un client de banque qui vient de recevoir une lettre de remontrances de son guichetier. Méfiez vous des gens qui veulent punir tous ceux qu'ils rendent responsables de leur propre médiocrité. Ce sont eux qui vous prennent pour une idiote.

Allez au Café du commerce (ou sur le blog de PLS, ce qui est peu différent) et vous aurez une info bien plus fiable.

Lisez les journaux professionnels, de droite et de gauche, aucun n'est vraiment impartial, faites le tri, souvenez vous de vos études de droit, d'économie et de gestion et là vous aurez une idée à peu près sérieuse de la situation. Cela ne voudra pas dire que votre jugement sera infaillible (ni plus ni moins que le notre) mais aura au moins le mérite d'être étayé.

Bonnes lectures,
Claude