Colombey : une inauguration très politique !

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                   

 

                        L’inauguration, ce samedi, par Nicolas Sarkozy du Mémorial Charles-de-Gaulle à Colombey- les-Deux-Eglises mérite une attention que ne justifierait pas, en d’autres circonstances, cette cérémonie convenue. Le président de la République a en effet décidé de prendre occasion de cet événement pour tenter d’effacer l’impression donnée par le G4, la semaine dernière, de la mésentente entre Paris et Berlin.

C’est aux côtés d’Angela Merkel, en effet, que le Nicolas Sarkozy procédera à cette inauguration. Le propos est bien évidemment de démontrer que face à la crise les deux chefs d’Etat sont unis. L’ombre tutélaire du général ne peut que contribuer à crédibiliser cet entente franco allemande sans laquelle l’Europe demeure impuissante.

Les images comptent. Elles ne suffisent pas. De part et d’autre du Rhin et en dépit des dénégations répétées des responsables français et allemands,  se sont accumulé depuis des mois les incompréhensions, les frictions et les tensions. Sans doute les torts sont-ils partagés. L’activisme du président français et certaines de ses initiatives agacent la chancelière allemande. Le peu de solidarité européenne de la chancelière dans la crise puis ses volte faces ont irrité Paris. Au-delà des images rassurantes, il convient que les deux capitales parlent enfin d’une même voix sur la crise et coordonnent propositions et suggestions. C’est l’une des condition sine qua non du retour de la confiance.

Il y en a d’autre bien sûr… pour que renaisse … peut-être, la confiance. A commencer par la crédibilité et la force des décisions qui seront prises également durant ce week-end par les ministres des Finances  et les banquiers centraux du G7 puis du G20 !

 

Commenter cet article

olivier 13/10/2008 06:31

Je suis ravi que le fief du général soit le lieu d'accueil de cette "réconciliation". La Haute-Marne est son mémorial De Gaulle, cela fait cliché mais l'expérience montre qu'il faut savoir s'appuyer sur son passé pour se projeter dans l'avenir. souhaitons que le couple moteur de l'Europe ne l'oublie pas...

SEDAT 13/10/2008 05:56

Bjr Pierre-Luc Séguillon...!

Suggestion de Reynaldo:Pourquoi vous ne développeriez-pas le concept d'une réalisation d'un nouveau "Blog politique" à l'image identique à celui du "Génie en herbe" (humour),Christophe Barbier,vous y gagneriez en richesse de vocabulaire et d'expressions et de fluidité de vitesse d'informaion...?!

"En vérité,on ne voit pas qu'à cet égard,il puisse y avoir de critère,d'étalon,autres que l'or.Eh...!Oui,l'or,qui ne change pas de nature,qui se met,indifféremment,en barres,en lingots ou en pièces,qui n'a pas de nationalité,qui est tenu,éternellement et universellement,comme la valeur inaltérable et fiduciaire par excellence.D'ailleurs,en dépit de tout ce qui a pu s'imaginer,se dire,s'écrire,se faire,à mesure d'immenses événements,c'est un fait qu'encore aujourd'hui aucune monnaie ne compte,sinon par relation directe ou indirecte,réelle ou supposée,avec l'or.Sans doute,ne peut-on songer à imposer à chaque pays la manière dont il doit se conduire à l'intérieur de lui-même.Mais la loi suprême,la règle d'or-c'est bien le cas de le dire-qu'il faut remettre en vigueur et en honneur dans les relations économiques internationales,c'est l'obligation d'équilibrer,d'une zone monétaire à l'autre,par entrées et sorties effectives de métal précieux,la balance des paiements résultant de leurs échanges.
La France,pour sa part,est prête à participer activement à la vaste réforme qui s'impose désormais dans l'intérêt du monde entier...!


Extrait de "Discours et messages"-Plon,1970-Page 330 à 334. Général Charles de Gaulle (Lille,Nord,1890-Colombey-les-Deux-Eglises,Haute-Marne,1970).

Un jour,au cours d'une conférence de presse,il répondit à un journaliste dont la question était simplement"Comment allez-vous?":"Je vais bien,mais rassurez-vous,je ne manquerai pas de mourir"...!

Reynaldo.

Claude 11/10/2008 01:09

Bonsoir,

Comme le faisait remarquer Alain Minc, Angela Merkel a fait la grave erreur de craindre de donner de l'argent allemand à l'Europe alors que son système bancaire étant le plus faible et que c'est l'Allemagne qui avait besoin de l'argent de l'Europe. Par son erreur elle a déboursé la totalité de son aide aux banques allemandes et elle a envoyé un message négatif aux opinions publique.

Il est donc temps qu'elle fasse amende honorable. Sarkozy lui en donne l'occasion.
Claude

de la mata jeanpaul 10/10/2008 23:20

Pour Merkel , d'abord Colombey...ensuite lui offrir des colombes et le tour est joué...pas compliquées les Allemandes, quand on sait les prendre !

Jeff de Burlats 10/10/2008 16:02

Il me plait que, dans le registre des symboles et des images, N.Sarkozy et A.Merkel se retrouvent dans le fief du Général De Gaulle.

En ce 50ème anniversaire de la 5ème République, celui qui connaissait si bien son pays, sa patrie et ses concitoyens (au sujet desquels il ne se faisait guère d'illusions quant à leur unité) agit d'outre-tombe comme le ferment de cette cohésion si nécessaire par les temps maussades et perturbés qui courent.

Au fond, c'est jacques Chirac qui en parlait le mieux:" Charles De Gaulle nous a quittés, mais nous n'avons pas quitté Charles De Gaulle" (1971).