Bertrand Delanoe, invité du Grand Jury

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

                              
Bertand Delanoë est, ce dimanche, l'invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Candidat à la direction du parti socialiste, au terme du prochain congrès de  Reims, il lui appartiendra  d'analyser la crise financière et économique qui frappe notre pays à l'instar des grandes puissances industrielles. Comment juge-t-il les réponses apportées par le chef de l'Etat, son volontarisme, ce qui ressemble fort - sans le dire à une politique de relance au risque de laisser filer les déficits publics, ses efforts pour mobiliser ses partenaires européens ? Nous lui demanderons aussi bien entendu ce que préconiseraient les socialistes s'ils étaient aux affaires en pareilles circonstances.
Mais nous interrogerons également le maire de Paris sur ses ambitions, sa compétition avec les autres ténors du PS, Martine Aubry, Ségolène Royal ou Benoît Hamon. Dans un ouvrage récent intitulé "De l'audace",  Bertrand Delanoë définit le PS comme "le parti de la croissance au service de la justice social" et souhaite que "les socialistes du XXI ème siècle acceptent pleinement le libéralisme". Comment conjugue-t-il cette profession de foi avec la situation actuelle?
Autant de questions qui, avec les vôtres éventuellemnt , feront l'émission.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude 07/10/2008 11:34

Oui, Laffargue, c'est vrai que nous devons soit économiser 25 % de ce que nous dépensons, soit produire 25 % de richesses en plus, soit un peu des deux. Uniquement réduire la voilure ne serait pas une bonne solution. Ce serait une solution de repli donc de déclin. L'expérience nous démontre que tous groupe humain qui ne progresse pas est appelé à disparaître.

Cependant il ne faut pas confondre. Notre endettement nous prive de solutions faciles pour résister à la crise actuelle mais n'est pas du tout la cause de la crise.

La crise est liée à la nature humaine. Dès qu'un groupe humain entrevoit la prospérité les moins actifs veulent profiter des richesses produites par les plus actifs. Il y a plusieurs façons de procéder pour "capturer" les fruits (et aussi les éventuels futurs fruits) de la croissance. Mai 68 est un exemple de captation d'une future croissance. La crise pétrolière actuelle est une conséquence de la captation par les détenteurs de pétrole, des richesses produites par les nations industrieuses. La spéculation est le bon moyen d'astucieux "pique-assiettes" pour accaparer une partie de la croissance.

Tous ces moyens conjugués surajoutent de la croissance artificielle à la croissance vraie. L'enchérissement des facteurs de production rend plus chères les richesses produites dont la vraie valeur est surestimée.

Tant que tout le monde s'accommode de cet état de fait tout va bien pour les spéculateurs. Comme un spéculateur "joue" presque toujours à terme, une forte croissance même artificielle lui convient bien. Quand les coûts de productions deviennent tellement importants que la demande s'essouffle, la croissance stagne et les spéculateurs perdent leurs espoirs de gains et leurs mises en même temps.

Il est probable que les spécialistes qui analyseront cette crise à posteriori constateront qu'elle à pris naissance dans une trop forte croissance qui a provoqué une trop forte hausse des matières premières aggravée par la conjoncture (accidents climatiques, cataclysmes, engouement irréfléchi pour une pseudo écologie, etc.). Ces hausses ont stoppé la croissance brutalement.

Mais l'économie réelle dans la vraie vie se porte mondialement plutôt bien. L'outil industriel est efficace, les progrès de l'agriculture permettent de produire plus sur moins de surfaces, etc. Il y a donc toutes raisons de penser que dès que les commentateurs vont remettre les pieds sur terre, la confiance va revenir progressivement et tout va repartir. Nos dirigeants ne peuvent rien d'autre que de nous rassurer afin que nous ne surajoutions pas une faillite de nos bons financiers à celle des mauvais. Ensuite ils ne peuvent que travailler pour éviter la prochaine crise.

Il est ridicule d'opposer libéralisme et dirigisme. La crise est la même quel que soit le modèle économique (voir le Crédit Lyonnais, fer de lance du gouvernement socialiste). Il est ridicule d'évoquer Keynes que certains font se retourner dans sa tombe. Keynes était pragmatique. Sarkozy ne l'est pas moins cela n'en fait pas un anti libéral pour autant (Keynes lui même se posait la question). Si Keynes vivait aujourd'hui il n'est pas très sûr qu'il soit Keynésien. Je pense qu'il préconiserait sensiblement ce qui se fait actuellement.

Le libéralisme c'est aussi des règles pour bien délimiter les responsabilités et la liberté de chacun.

Cordialement,
Claude

Jeff de Burlats 07/10/2008 10:49

(Petite Vacherie)
On le présente comme présidentiable et ses critiques à l'adresse du Président Sarkozy le démontrent.
"Bertrand Delanoé y pense, lui aussi, chaque matin... quand il s'épile!!!"
Pardon, je n'ai pas pu m'en empêcher.

SEDAT 07/10/2008 08:43

Bjr Pierre-Luc Séguillon...!
Pour Claude...!

L'"Or",ultime valeur refuge...!

Crise financière...!

Conséquence de la crise financière (crise de foi),les investisseurs déboussolés et manquant de visibilité sur l'évolution des marchés se ruent sur l'or...!

Source "LCI".

Ne pas ou ne jamais perdre le "Nord",mon cher "Claude",ou,tout au moins,essayer,il est dans notre tête" et admettons que vous "auriez"(un avoir) perdu la votre,celà ne serait (être et avoir été) pas grâve (humour) ...!
Rassurez-vous,nous vous aimons...!
Bien à vous,Reynaldo.

eLleaiMe 07/10/2008 01:00

Explication :
Je ne fais pas procès d'attention ni d'intention ; Mais pourquoi avez-vous choisit cette photo pour illustrer votre commentaire ?

eLleaiMe 07/10/2008 00:54

Sérieux ,
Faut-il que le chef des socialistes s'entoure de conseillers uniquement de gauche ? Faut-il qu'il s'entoure de personnalité du centre ? et de droite ? Faut-il qu'il fasse du "sarkosisme" ? Le congrès socialiste doit-il devenir l'image du congrès tout court ?
Et bien non ....c'était pour RIRE....