Ségolène Royal : Ecoutez et voyez ma différence

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

 

 

            Le style de Ségolène Royal, lors du meeting qu’elle a tenu au Zénith de week-end, a surpris pour ne pas dire dérouté les observateurs. Il a valu à l’ancienne candidate à la présidence de la République une avalanche de critiques et de moqueries, tout particulièrement de la part de ses propres amis socialistes.

            L’ironie est aisée. Elle est cependant mauvaise  conseillère !

            Ségolène Royal fait d’abord preuve d’une incontestable intelligence tactique. Elle  a fort bien compris qu’elle avait  perdu une partie de son capital de sympathie dans l’opinion. Elle sait qu’elle est tout au plus à égalité de vote chez les militants socialistes par rapport à Bertrand Delanoë et Martine Aubry. Elle a donc choisi astucieusement de se retirer provisoirement de la course à la direction du PS et de contourner habilement le parti socialiste avec ce meeting festif et chantant auquel étaient conviés militants et sympathisants. Une manière de prendre de la hauteur et de renvoyer ses compétiteurs à leur cuisine partisane.
                                                                                               

            L’ancienne candidate à la présidence de la République a renoué, samedi soir, en le perfectionnant avec un genre qui lui est propre : le meeting à mi chemin du show et du téle évangélisme. Un spectacle politico-émotif dans lequel elle excelle et qu’elle a visiblement  préparé avec des professionnels du spectacle sans rien laisser au hasard, de la gestuelle  préalablement répétée au discours suivi sur prompteur et tenu entre deux  séquences de raggamuffin et de hard rock. Elle a ainsi peaufiné son image de belle madone résolue, tenace, courageuse , persécutée par ses amis comme par ses adversaires,  brandissant l’étendard de la révolte contre les suppressions d’emploi, contre la précarité, contre la pauvreté, contre les « porte-flingues de l’Elysée », contre le système financier en folie et contre ses propres censeurs socialistes. Et de proposer à son auditoire de retrouver le goût de la fraternité cette valeur héritée tout autant de la  culture chrétienne que de l’histoire républicaine.

            Un manière de faire de la politique inédite dans notre pays, qui rappelle les shows des candidats américains – lors de leur convention à Denver, en août dernier, les démocrates ont ainsi mêlé, émotion, musique et politique, et qui ringardise quelque peu ses concurrents socialistes et leurs arguties hermétiques de congrès. Difficile à Bertrand Delanoë d’incarner le changement dans la continuité, flanqué de Lionel Jospin et de François Hollande. Délicat pour Martine Aubry, soutenue par Pierre Mauroy et Laurent Fabius, de figurer le renouveau.

                  
           
Mais où est le programme de Ségolène Royal dira-t-on ? Quelle réponse propose-t-elle  aux turbulences que nous traversons aujourd’hui ? Vrai ! Hormis l’émotion  et l’incantation, le discours est d’une grande vacuité. Seulement, face au tsunami qui frappent les économies occidentales, qui, de Nicolas Sarkozy à Bertrand Delanoë, de François Fillon à Martine Aubry propose une réponse convaincante ?

            Ségolène Royal a le mérite d’inventer un style, de proposer la fête et la révolte, l’émotion et l’espoir à une population jeune lassée des propos technocratiques que ne cessent de déjouer les faits.

            Il n’est pas certain que ce style convaincra. Il est sûr, en revanche, que les socialistes devront longtemps encore compter avec Ségolène Royal qu’elle soit considérée par eux comme un handicap ou comme un atout !

Commenter cet article

Lecteur 01/10/2008 15:12

L’icône socialiste, l’ex-madone des sondages poursuit sa campagne d’évangélisation des masses non populaires par un spectaculaire péplum au Zénith dans lequel son plan média s’est enrichi d’une chorégraphie gestuelle bras ouvert en croix, flottant sur les flots des hourras de la foule telle la liberté guidant le peuple.

Pourquoi n’a-t-elle donc pas ouvert encore plus largement son corsage pour accentuer cette allégorie de la liberté, fraternité d’un happening en forme de culte d’une personnalité qui n’est plus politique.
Ce sera peut-être la prochaine étape de son newlook, une gorge pour ce charmant rossignol.

Je ne sais si Henri Emmanuelli a bien fait d'avoir renoncé finalement à déposer sa motion pour le congrès qui désignera dans quelques semaines un nouveau premier secrétaire...!
S’il est monté au créneau le premier pour dénoncer la forme du meeting de Ségolène Royal se situant, selon lui, entre "show business et le rassemblement de secte"."La politique n'est pas un show",a-t-il déclaré lors du forum de Radio J, trouvant la démarche de Ségolène Royale "axée sur le marketing, dans la logique de la publicité commerciale, qui néglige le fond".

Je reconnais au moins le langage vrai d’un militant socialiste de la première heure, souvent sectaire, toujours franc ayant assumé devant la loi les responsabilités de la direction du parti, de François Mitterrand à Lionel Jospin.

En cassation, les « responsables » seconds couteaux des écoutes de l’Elysée sous Mitterrand viennent de voir leurs condamnations confirmées, il est bien dommage dans notre pays que notre justice si imparfaite, ait laissé le principal responsable de cette coupable infraction à la Liberté indemne de responsabilité officielle !

Emmanuelli a payé lui, il parle toujours de politique!

Bea 01/10/2008 10:00

Tous les hommes politiques prennent des cours de communication. Le probleme numéro de Segolene, c'est la tonalité de sa voie (c'est horrible, il faut l'avouer), et ses gestes, bien appris et répétés, mais qui ont l'air tellement peu naturel.

Il faut que Segolène fasse ce qu'elle fait de mieux: sa politique de region, et fasse preuve de modestie! Elle n'a aucune chance, absolument aucune pour 2012, et elle représente le meilleur atout pour Sarkozy pour gagner le second tour. Je vous le repète cher Claude, l'ennemi numero a abattre pour vous chers Sarkozistes, c'est Bayrou! On en reparlera..

Lecteur 30/09/2008 18:02

Cher Monsieur,

Je rejoins Jean-Marie Wolf concernant votre dispositif anti-spams d'autant plus chyyyant et inutile que le modérateur en dernier ressort met 12 à 24 heures pour valider les commentaires!
Si modérateur, alors l'anti-spam est inutile!
Est-ce trop demander que le modérateur soit plus rapide?

Bea 30/09/2008 11:44

A lire pour savoir ce que devient le fric de nos petites actions..

http://www.centrepatrimonial.com/pdf/CAC40.pdf

Le CACA 40 n'a jamais cessé de jouer les montagnes russes, et nous sommes en ce moment précis dans la vallée. L'Everest pointe à l'horizon!

Il faut que le Français lambda comprenne bien cela et se l'enfonce bien dans le crane! Quand certains perdent de l'argent, d'autres en gagnent , selon le principe des vases communiquant! Que le caca baissse ou monte, il ya TOUJOURS un gagnant et un perdant, a moins que des imbéciles brulent des billets dans un coin.. Mais j'en doute!


Le fléau de notre siecle sont les inégalités sociales: un pays comme la chine est tres revelateurs de notre époque: les grands patrons raflent tout, tandis que le peuple bosse dur pour pas un rond, donne du lait frelaté aux bébés, etc... Les seuls remèdes a ce fleau s'appellent controle, état et impots proportionnels aux revenus!

Ce n'est pas être de gauche ou communiste de dire cela, c'est le bon sens paysan! Il est inadmissible de donner ces sommes astronomiques venant de nos impots a des gens incompétents (les patrons de banques et leurs traders) ou qui sous la pression permanente, prennent des mauvaises décisions!

benflasherBZH 30/09/2008 11:28

La motion, ici: http://www.fiersdetresocialistes.org/files/MotionFiersdetresocialistes.pdf

Les barrissements de certains Brachiosaures, on s'en fout !!!!