Un tournant dans le quinquennat

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

             
Peu de choses à ajouter après le discours de Nicolas Sarkozy à Toulon par rapport à ce que nous avions déjà écrit sur ce blog sous le titre " Nicolas Sarkozy sur la crise: le dit et le non dit". Lors de son intervention devant quelques 4000 militants, la semaine passée, Nicolas Sarkozy s'est fait Saint Just pour condamner vertement, au nom de la morale et de la justice, ceux par qui le scandale est arrivé. Et il a réclamé leurs têtes. Le président de la République a coiffé le chapeau rond d'Antoine Pinay pour rassurer les petits épargnants et les consommateurs. Il a retrouvé les accents volontaristes de Bonaparte pour annoncer la poursuite et l’accélération des réformes. Mais, au-delà de l’illusion du verbe et du paradoxe des différents rôles assumés, se dessine la réalité d’un tournant radical dans le quinquennat. La crise a eu raison des ambitions originelles de  Nicolas Sarkozy, croissance, pouvoir d'achat, baisse des impôts. L’heure n’est pas à la relance. L’Etat n’en a pas les moyens. Elle  n’est pas  à l’austérité. Nicolas Sarkozy se refuse à en payer le prix politique. Le chef de l’Etat n’en promet pas moins de fait du sang et des larmes. La crise aura eu au moins la vertu de le dédouaner des erreurs économiques  initiales. Elus président de la croissance, Nicolas Sarkozy se mue en président de crise.

Commenter cet article

Claude 30/09/2008 23:18

Bonsoir Olivier,

Moi culotté ? Ou vous naïf ?
Voilà quand même bien des années que l'on prêche pour la diminution du temps de travail et que cela ne choquait pas outre mesure notre ancien ami Bayrou (sans doute des gens qui n'ont pas lu Marx avec la même attention que moi).
Je vous signale que Bayrou (pour qui j'ai voté quand vous votiez Chirac ou Mitterrand ou pire) a l'excellent humour (assez compétitif avec celui de S. Royal) qui consiste à dire dans le même discours qu'il est pour la diminution de la dette et pour la non diminution du nombre de fonctionnaires, voire l'augmentation du nombre de professeurs, et aussi pour des tas de dépenses que Sarkozy ne veut pas faire tout de suite (donc l'augmentation du train de vie de l'Etat). Il est très difficile d'être cohérent quand on est populiste et moraliste tout à la fois. C'est pourquoi quand vous changiez de champion en votant Bayrou, j'en changeais aussi en ne votant surtout plus pour lui.

Avec cette crise, si elle dure au moins un an, il n'y a que deux français susceptibles d'être élus en 2012 : D. Strauss Kahn ou N. Sarkozy. Et pour la crise actuelle, ces deux là savent comment ça marche et ont des solutions à proposer. Les autres ont tourné le dos en disant "ça ne me concerne pas, c'est pas de ma faute, débrouillez vous...". N'est pas homme d'Etat qui veut.

Bayrou vient de démonter une fois de plus qu'il n'aime pas les crises et ne sait pas les gérer malgré la main tendue de Fillon (lâcheté déjà expérimenté à l'Education Nationale).

Cordialement,
Claude

Claude 30/09/2008 18:45

Béa,

L'avantage du Marriott c'est que souvent, c'est bien chauffé...

Je sais, c'est de mauvais goût.

Pour les frais de mission je ne sais que vous répondre vous avez des chiffres que je n'ai plus.

Mais, à titre d'exemple, on a montré du doigt les frais de représentation et de mission de la Garde des sceaux. Ceux-ci, à l'époque, correspondaient aux réceptions données régionalement pour présenter la carte judiciaire. La ministre s'y déplaçait avec son Etat Major. A diviser ce gros problème en plusieurs petits, la réforme est passée assez en douceur, force est donc de se dire que cela nous a coûté moins cher que plusieurs mois de désordre judiciaires.

Quand aux déplacements du Premier Ministre qui font l'objet de railleries actuellement parce que les gens ne comprennent pas qu'il se déplace en avion plutôt qu'en tricycle, il serait utile que ces gens là sache qu'il ne se déplace jamais seul et qu'il a toujours avec lui (comme le Président qui lui en plus se déplace avec la bombe sous le bras) tous les moyens de communications modernes indispensables à sa fonction. Il est difficile d'équiper un TGV pour ça même en première.

Cordialement,
Claude

olivier 30/09/2008 18:39

M. Claude,
vous assénez quelques vérités fondamentales et difficilement réfutables comme "il faut travailler pour s'en sortir" ce dont même K. MARX n'oserait pas vous contredire complètement. Cela dit je vous signale que les discours que vous tenez aujourd'hui sont ceux que vous teniez en assemblée voilà déjà plusieurs dizaines d'années. pourtant vous avez voté pour presque tous ces irresponsables...

Sarkosy n'est pas responsable de la crise mondiale et je pense qu'elle est plus profonde que l'on ne le pense. Un an n'y suffiront pas à mon sens et compte tenu de l'inertie du système.

Enfin dire que Bayrou aurait laissé filer la dette alors que l'un de ses principaux arguments en campagne présidentielle fut la réduction urgente de la dette publique et que NS à fait le contraire....je vous trouve d'un culot à toute épreuve.
Digne de l'équipe de com de Sarkosy
Présentez vous

Certes

Bea 30/09/2008 14:46

Je vous propose cher Claude pour réduire le definit, de reduire les Frais de mission de ces braves messieurs du gvt.... Franchement, les chiffres (que j'ai d'une source au ministère de la justice), sont hallucinants.... A moins qu'ils ne mangent tous a chaque fois au fouquet's, maxims ou dorment au marriot.. Ou a moins qu'ils soient des goinfres et mangent chancun pour 10 que disje pour 10, pour 100 au moins. C'est du nimporte quoi ces frais de mission pour nos hauts fonctionnaires et totalement injustifiés!!!

Torrents 29/09/2008 20:30

Zorro commence à ressemble au sergent Garcia