La Gauche au sénat: progrès à pas comptés

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

           
La gauche peut se targuer d’avoir remporté une belle victoire électorale au sénat. Les socialistes espéraient conquérir une dizaine de sièges ; ils en ont gagné le double et la gauche dans son ensemble 23. Il y deux explications à ce succès.

 

Une explication mécanique : elle est aussi limpide qu’un syllogisme.

Le collège électoral qui élit les sénateurs au suffrage indirect est composé des conseillers régionaux, généraux et des délégués des conseils municipaux.

Or, la gauche est prédominante dans les collectivités territoriales. Elle dirige 20 régions sur 22, 58 départements sur 102 et 139 villes de plus 30000 habitants sur 232

Cette victoire est donc le prolongement logique des succès remporté par la gauche aux élections régionales, cantonales et municipales

 

S’il n’y avait une sur représentation des petites communes rurales conservatrices (*) et une sous représentation des centres urbains dans le collège électoral qui a interdit toute alternance au sénat depuis 1958, la gauche serait aujourd’hui majoritaire dans la haute assemblée.

 

Une explication politique : elle est tout aussi évidente

Si des départements traditionnellement à droite ( Aube, Ile et Vilaine, Alpes maritimes ou Côte d’or ) ont désigné des sénateurs de gauche c’est bien parce qu’indépendamment de toute couleur politique,  les élus locaux sont de plus en plus mécontents à l’encontre du pouvoir central.

La liste des griefs est connue. La fermeture des service public : bureau de poste, perceptions  écoles. La nouvelle carte judiciaire qui a conduit à la fermeture de tribunaux. La disparition des casernes La restructuration hospitalière Et peut-être surtout la grogne contre un Etat qui se défausse de plus en plus de certaines de ses compétences sur les collectivités locales  tout en réduisant les dotations budgétaires.

 

Paradoxe de cette situation

 

La gauche détient le pouvoir locale. Du moins y est-elle largement majoritaire. Elle vient de remporter un réel succès au sénat même s’il demeure limité du fait de la sr représentation des petites communes dans le collège électoral.

Elle deviendra peut-être majoritaire dans la chambre haute à l’occasion de son renouvellement de 2011, un an avant les présidentielles. Et pourtant les socialistes  semblent  toujours aussi absents du débat national,  tout entier occupés de se chercher vainement un chef, une stratégie et un projet.

 

*  53% des délégués des conseil municipaux viennent des communes de moins de 1500 habitants qui ne représentent que 33% de la population. Les villes de plus  150000 habitants ont 7% des délégués et représentent 15% de la population

Commenter cet article

Raty de Robinson 29/09/2008 19:14

Enfin, une bonne nouvelle. Raffarin est dans les mojettes.
Ce nullissime bourgeois de conseil général, faiseur de phrases stupides,ne goûtera pas aux fastes présidentiels du Luxembourg.Il lui reste ceux du sénateur de base, qui ne sont pas minces.
Sa tête du fils gaté et défait lors de la proclamation des résultats du vote m'a enchanté.
Car j'avais pour ce politicien , qui a soutenu Chirac à l'occasion des acccusations de corruption dont il faisait l'objet, comme a dit Pompidu à mauvais escient (contre le journaliste dénonciateur de corruption Gabriel Aranda) " une réserve inépuisable de mépris".
Comme le disait lui même Raffarin, on a parfois des "petits bonheurs".

Bea 24/09/2008 10:02

Nos braves politiciens, faute d'avoir des idees, se referent aux systèmes des pays voisins, en partriculieurs aux pays nordiques. Seul petit bemol: le système social de ces pays ne semblent pas si parfait que cela si l'on en juge les deux tueries successives à l'américaine en Finlande....

Raty de Robinson 23/09/2008 19:06

On peut déplorer la sous représentation de la gauche au Sénat , et , encore plus , le goût des candidats de gauche pour une place dans cette enceinte, dont tout indique qu'elle est (en principe) en opposition totale, dans son mode d'élection, dans ses fastes, dans ses pouvoirs en trompe l'oeil, avec les idées de progrès.
Mais les gens de gauche peuvent toutefois se prévaloir d'une certaine légitimité à siéger au Palais (Médicis) du Luxembourg : la moquette est rouge.

lucie 23/09/2008 12:32

Tout à fait d'accord avec votre analyse, PLS.

Je ne peux cependant m'empêcher d'y ajouter un peu d'insolence.... en fait nos élus locaux ont voté pour le PS virtuel, car dans la période les socialistes ne savent pas se définir... ou on peut dire qu'ils ont voté pour un espoir de PS!
Ou alors, dans certains départements l'UMP a voulu montrer qu'il y avait une différence entre être UMP et être sarkozyste.Certes les dirigeants de l'UMP ont un discours assez lissé, mais sur le terrain c'est très différent et si les idées sont quand même souvent reconnues, le style du Président ne passe toujours pas...

Claude 23/09/2008 12:25

Bonjour Monsieur Séguillon,

A une époque ou l'on se plaint d'un supposé délaissement de nos petites villes et villages il faut noter que le Sénat "aime" la France qui n'intéresse plus ceux qui habitent les grandes villes.

Le jour où nos campagnes ne seront plus représentées au Parlement elles seront "massacrables" à tout moment.

L'Assemblée assure un relatif équilibre dans la représentation des populations alors que le Sénat assure cet équilibre dans la représentation des territoires. Et, de mon point de vue, c'est bien.

Cordialement,
Claude