Bachar el Assad sur les Champs-Elysées : Du pour et du contre !

Publié le par Pierre-Luc Seguillon

Les dirigeants politique de gauche -  à quelques exceptions près ( Jack Lang ), les défenseurs patentés des droits de l’Homme et quelques personnalités de l’actuelle majorité s’offusquent de la présence du président syrien Bachar El Assad, le 14 juillet prochain,  à la tribune officielle  dressée place de la Concorde à Paris et où se retrouveront l’ensemble des personnalités françaises et étrangères conviées à assister au traditionnel défilé militaire. Nicolas Sarkozy, en effet, a  invité à cette célébration républicaine annuelles les représentants des 27 pays membres de l’Union européenne et ceux des pays du pourtour méditerranéen réunis la veille à Paris pour le lancement de l’Union des pays de la Méditerranée.

Le propos du président français est triple :

Conforter son initiative méditerranéenne, reprendre pied au Proche-Orient et donner un lustre particulier au lancement de la présidence française de l’Union européenne.

Il est douteux que le fait de rassembler de manière spectaculaire 35 chefs d’Etat et de gouvernement sur une même tribune officielle à l’occasion du 14 juillet confère à la présidence française de l’Union européenne une efficacité particulière. L’orgueil national y trouvera son compte. Le président de la République en retirera un  bénéfice personnel pour son image domestique. Mais ces festivités n’enlèveront rien des difficultés de la construction communautaire.

Il est incontestable par ailleurs que la France et l’Europe ont  intérêt à retrouver un rôle politique au Proche-Orient lors même qu’elles sont un contributeur militaire et financier important à la résolution des problèmes dans la région. Il est non moins évident que ce retour politique et cette volonté de contribuer à la recherche d’une solution pacifique aux conflits qui déstabilisent cette partie du monde ne peuvent  se faire sans un dialogue avec Damas et avec Téhéran. Il faut probablement s’attendre  que la prochaine Administration américaine prenne langue avec le régime syrien et avec Téhéran. Paris et Bruxelles auraient donc bien tort de cultiver l’attentisme sur ce dossier.

Le projet d’Union des pays de la Méditerranée, quand bien même ne serait-il qu’une « revitalisation »  du processus de Barcelone, est  une initiative positive. Une telle union entre des pays que tant de conflits opposent encore, à commencer par le problème israélo-palestinien, et que les pays membres du Nord et de l’Est de l’Union européenne  considèrent avec une certaine suspicion, ne peut sans doute être que fragmentaire et très progressive. Elle n’en est pas moins opportune pour répondre à des problèmes communs de sécurité, de développement durable et d’approvisionnement énergétique.

A partir de ces considérations l’on peut se poser un certain nombre de questions.

Etait-il de bonne méthode de faire coïncider le lancement de cette Union des pays de la Méditerranée avec l’ouverture de la présidence française de L’Union européenne ? A première vue, la réponse est « oui » : c’est donner d’emblée  à ce projet  une grande crédibilité. A la réflexion, il eut  peut-être été plus astucieux et plus efficace de la part de la France de procéder par étape et de manière moins spectaculaire afin de ne pas donner à nos partenaires européens le sentiment que Paris cherche à opposer brutalement une Europe méditerranéenne à une Europe germanique.
          


          En toute hypothèse faut-il inviter le 13 juillet  tous les pays riverains de la Méditerranée et en particulier la Syrie à une telle rencontre. C‘est l’évidence même puisque c’est l’essence du projet et c’est en outre la condition pour prétendre exercer un rôle au Proche-Orient.

Ayant  convié tous les pays constituant cette Union méditerranéenne à assister ensuite au défilé du 14 juillet, Nicolas Sarkozy doit-il en écarter le seul président syrien Bachar El Assad ? Ce serait parfaitement illogique !

Certes, les contentieux entre Paris et Damas sont lourds. Nos diplomates n’ont pas oublié l’assassinat en 1981 de notre ambassadeur  Louis Delamarre, imputé aux services syriens. Les militaires français ont gardé le cruel souvenir de l’attentat du Drakkar  au camion suicide qui, en 1983,  tua à Beyrouth 53 parachutistes du 1er RCP et du 9ème régiment de chasseurs, perpétré par le Hezbollah avec la complicité de Téhéran et sans doute de Damas. Enfin, Paris réclame que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafik Hariri, opposé à l’ingérence syrienne au Liban et  victime  d’une attaque à la voiture piégée à Beyrouth, le 14 février 2005, revendiquée par  un groupe baptisé « Groupe de Victoire et de Jihad en Syrie ».


            Mais pourquoi  refuser la présence du président syrien aux  festivités du 14 juillet parce que son régime contredit  les vertus républicaines de liberté, de fraternité  d’égalité et de démocratie célébrées ce jour là et accepter en revanche que s’assoient aux côtés du chef de l’Etat le tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, l’égyptien Hosni Moubarak, le colonel Kadhafi - s’il n’avait pas récusé l’Union méditerranéenne, voire l’israélien Ehoud Olmert. L’Etat hébreu viole depuis des décennies toutes les résolutions des Nations Unies et a fait de Gaza la plus vaste prison du monde. La paisible Tunisie touristique est un Etat policier où les institutions démocratiques sont pure fiction. Les geôles égyptiennes ne sont pas peuplées que de délinquants et de criminels !


            Autrement dit,  après avoir réuni le 13 juillet tous ces dirigeants du Sud pour tenter de constituer une Union méditerranéenne, objectif louable et fondé, ou bien Nicolas Sarkozy les convie tous à participer aux festivités du 14 juillet privilégiant la realpolitik, ou bien il eut fallu qu’il n’en invitât aucun tant nombre d’entre eux représentent des Etats qui, à des titres divers, sont fort éloignés des idéaux républicains et démocratiques fêtés de jour là.

Commenter cet article

mayer 14/06/2008 20:42

La position de Mrs Lang et Rocard est une position de personnes pragmatiques et sensés. En isolant la Syrie, nous ne faisons que la pousser encore plus vers l'Iran. En ouvrant un dialogue constructif avec El Assad, la France comme tous les autres pays démocratiques qui le ferons, permettront à la Syrie de sortir de la dictature dans laquelle elle est empétrée depuis plus d'un demi siécle. A mon avis, il faut opérer avec la Syrie comme nous le faisons si bien avec la Chine. Des dictatures avec lesquelles la France opére ouvertement ne manquent pas, l'Arabie Saoudite, la Tunisie, L'Egypte, la Chine, la Russie etc... C'est par le dialogue et du temps que nous arriverons à sortir la Syrie des griffes de Téhéran, et non en l'isolant encore plus. L'union de la méditérranée est une formidable occasion (même sans la Lybie de Kadafi) de dialogue et d'ouverture. Sans Kadafi, c'est encore meilleur, car une fois isolé, il fera moins le fier et peut être même que tout ira mieux.

Alain 14/06/2008 19:58

Le Bloc-notes

() Vendredi 13

Une journée noire à marquer avec de l’encre hautement sympathique :

-Les Irlandais toujours rebelles, se refusent au traité européen.
Au Guinness des records : la bière brune irlandaise et les référendums européens qui ne comptent pas pour des prunes.
Dans les pubs à Dublin on s’interroge, à quand la prochaine tournée ?

Résultats du référendum : 752.451 Oui, 862.415 Non,
Il aura manqué 55.000 Oui irlandais pour les 500 Millions d’habitants européens concernés.
-L’ambassade de France à Dublin n’aura finalement pas trouvé acquéreur, à vendre pour 50 M€, située sur Ailesbury road Ballbridge, les irlandais ont dit également non!

-Notre football sombre à l’Euro2008, notre équipe défaite par les hollandais (4 buts à 1), encore une victime du malaise européen de ce vendredi 13.

() Encore une blonde

A TF1 grand chambardement, PPDA champion du PAF ! Se voit fermer la porte dans le PIF ! Lui le romancier, le baroudeur, amateur de jolies femmes, se voit détrôné par l’ancienne doublure du journal télévisé.

C’est Laurence Ferrari, une belle blonde !
Qui distillera à la rentrée, les nouvelles du monde !

N’avez-vous pas remarqué, chers loulous !
Que nos consœurs, s’infiltrent partout !

Dans l’éducation, elles instruisent nos enfants !
Elles informeront dorénavant, leurs parents !

Allons garçons de la patrie, il nous faut rugir !
Il nous faut sauver Jean-Pierre Pernaut, ou mourir !

() Jamel Debbouze supporte la fondation Chirac

Le facétieux Jamel et le très sérieux Jacques, ensembles à l’inauguration ;
Son épouse Mélissa Theuriau avait obtenu le scoop de l’interview de l’ancien président de la république, quel rapport ?

() Les gardiens Afghans à la conférence de Paris

Venus à Paris pour rapatrier les 20 Mds$, montant des fonds récoltés à la conférence de Paris, les gardiens de la prisons de Kandahar au sud afghan n’ont pu empêcher les talibans de libérer un millier de prisonniers.
Voilà ce qui arrive à courir deux lièvres à la fois !

() Le Bonus-malus écologique

Qui a calculé les bonus-malus écologiques de la taxe carbone automobile se demande Eric Woerth ? Le succès des petits modèles automobiles bénéficiant du meilleur bonus est tel que le ministre du budget s’inquiète du manque à gagner de 100M€ de rentrées fiscales déjà enregistrées.

Après la chasse au gaspi, l’Eco-chasse-à-l’homme, Jean-Louis Borloo ne se sent pas visé !

() Les échanges de maillots

Il n’y a pas qu’au foot que les joueurs s’échangent les maillots ! Nos politiques s’y mettent aussi :
-A gauche, au PS pour conduire le parti, il faut se réclamer du libéralisme,
-A droite, le gouvernement nationalise les chantiers de l’atlantique, les syndicats applaudissent !

Alain

Jeff de Burlats 14/06/2008 17:17

Et que pensaient les français et les alliés des efforts entrepris par le Général De Gaulle pour renouer dès les années 50 (jusqu'à cette rencontre déterminante de Septembre 53 à la Boisserie) des relations diplomatiques avec l'Allemagne (vaincue) à travers des liens très personnels entretenus avec le Chancelier Adenauer?
Il y a un temps pour l'engagement vers l'autre aussi "infréquentable" soit-il, si cela peut sauver des vies et ramener à terme la paix ou au moins une forme de cohabitation pacifiée.

Kader 14/06/2008 17:11

Je suis totalement d'accord avec vos dires. Ce qui me dégôute, c'est que cette gauche totalement hypocrite
ne reproche jamais rien aux dirigeants israéliens et ne soffusque jamais de leurs présences alors qu'ils sont responsables d'une immense tragédie.La gauche qui doit défendre les colonisés soutient les colonisateurs,il va falloir un jour se demander pourquoi dans ce cas là elle est totalement partisane; lobby ou groupe de préssion ,il va falloir y donner un nom!

reric 14/06/2008 10:36

Recevoir tous les "chefs" de ces Pays Arabes est une grande idée pour l'image de la France et sur le plan diplomatique. Les inviter au défilé encore une meilleure idée. L'exclusion de l'un d'entre eux, serait d'une bêtise dont seuls les opposants d'une belle idée de la France dans le Monde, sont capables.... Les peuples arabes ont une haute pratique de l'hospitalité, il n'y a que des imbéciles et des ignares qui font mine de l'ignorer, heureusement que nous avons un Président intelligent.....