Le double pari de Sarkozy

Publié le par Pierre-Luc Seguillon


 

             Nicolas Sarkozy semble avoir  choisi de tenter le tout pour le tout ! Autrement dit,  de continuer à réformer tous azimuts et à marche forcée en dépit d’une situation économique réputée défavorable et malgré une dérive budgétaire difficilement amendable.

            En réalité, le chef de l’Etat fait un double pari.

            Il estime qu’en se dépensant lui-même sans compter sur le terrain pour promouvoir et vendre ses réformes il obtiendra l’adhésion des Français et vaincra les réticences des catégories concernées. L’amélioration de sa cote de popularité paraît lui donner raison.  La cote de confiance de Nicolas Sarkozy remonte en effet de 5  points à 37% par rapport à il y a un mois, contre 61% de sondés ne lui faisant pas confiance, selon le baromètre TNS-Sofres pour le « Figaro Magazine » à paraître samedi. Le président a certes encore beaucoup de chemin à faire pour retrouver la popularité qui fut la sienne au début du quinquennat mais cette inversion à son avantage de la courbe  de confiance semble bien le résultat de son retour trépidant sur le terrain depuis quelques semaines.


           
Le second pari de Nicolas Sarkozy repose sur l’économie. Le chef de l’Etat mise sur un rebond de la croissance  en 2010 dont il pourra s’attribuer le mérite même si ce rebond est davantage la conséquence d’une amélioration de l’environnement international que le résultat des réformes. La poussée de croissance française au premier trimestre 2008 ( + 0,6%) et les derniers chiffres du chômage pourraient lui donner raison. Le taux de chômage a en effet baissé à 7,2%
de la population active en France métropolitaine en moyenne au premier trimestre 2008 (-0,2 point par rapport au précédent trimestre) selon des chiffres publiés jeudi par l'Insee. Ce taux, en baisse de 1,2 point sur un an, correspond à deux millions de chômeurs en France métropolitaine.

             L’opposition, critique, attribue cette baisse aux effets mécaniques de l'évolution de la démographie et au recours de plus en plus massif aux contrats précaires. Il est incontestable que ces facteurs jouent un rôle dans cette décrue de même que le  contrôle plus tatillon des chômeurs n’est pas étranger à cette baisse.

            Mais le déclin du chômage des 25-49 ans qui  passe à 6,6% en métropole au premier trimestre contre 7,5%  il y a un an, montre que les chefs d’entreprises continuent d’embaucher dans un contexte réputé morose. Voilà  qui signifie  qu’ils anticipent déjà des possibilités de rebond de l’économie dans un avenir relativement proche et ce qui tend à justifier l’optimisme de Nicolas Sarkozy et de sa ministre de l’Economie, Christine Lagarde. On comprend l’empressement de celle-ci hier soir à se trouver une émission matinale pour pouvoir annoncer la bonne nouvelle avant même que ne tombent  les chiffres officiels de l’INSEE.

Commenter cet article

Bonard 27/06/2008 15:04

Christine Lagarde et Laurent Wauquiez se pavannent comme des paons pour se felliciter de leurs 300.000 emplois créés en 2007. On pourrait faire partie de la fête si l’envers du décor ne révélait pas tant de chiffres mirifiques. En effet, en 2006 sur les 188.900 créés, 60 % soit 116.000 l’ont été dans les services à la personne (aide à domicile, employés maison, garde d’enfants et autres domestiques). D’après les sources administratives, chacun de ces emplois créés correspond à 420 heures de travail annuel soit 12 heures / semaine ou encore un salaire 300 € /mois. Suite au plan Borloo en 2007, les créations dans les services à la personne sont près de 180.000. Ces boulots précaires n’ont que pour objectifs de réduire les chiffres de chômage officiellement, mais très certainement pas de vivre décemment.

Bonard 27/06/2008 15:03

LES VRAIS CHIFFRES DU CHOMAGE et les RESULTATS DE LA BAISSE DU CHOMAGE

Demandeurs d’emploi publiés par le Ministère du travail au 27 mars 2008.

catégorie 1) 1.896.800
catégorie 2) 331.100
catégorie 3) 224.100
catégorie 4) 171.500
catégorie 5) 225.200
catégorie 6) 476.600
catégorie 7) 70.400
catégorie 8) 90.700
cat + 55ans) 375.000

TOTAL 3.861.400 chômeurs (d’après les chiffres officiels de Laurent Wauquiez, mais lire la suite…)

Les 8 catégories en question n’existaient pas dans les années 1980, mais depuis elles ont été crées afin de minimiser les chiffres publiquement. En effet, seule la catégorie 1 sera révélée au grand public.

La catégorie 1 regroupe les personnes sans emploi, immédiatement disponibles, à la recherche d’un emploi en CDI à plein temps

La catégorie 2 regroupe les personnes sans emploi, immédiatement disponible, à la recherche d’un CDI à temps partiel

La catégorie 3 regroupe les personnes sans emploi, immédiatement disponible, à la recherche d’un emploi en CDD, temporaire ou saisonnier, y compris de très courte durée

La catégorie 4 regroupe les chômeurs non immédiatement disponibles (en arrêt maladie ou en formation)

La catégorie 5 regroupe les personnes en CES (contrat emploi solidarité) ou en CEC (contrat emploi consolidé), à la recherche d’un emploi de meilleure qualité

Les catégories 6/7/8 regroupent les demandeurs d’emplois qui ne sont pas immédiatement disponibles (par exemple, les personnes effectuant un préavis à la suite d’un licenciement, ou les personnes ayant déjà un petit boulot mais cherchant un emploi de meilleure qualité)

La catégorie 6 regroupe les personnes à la recherche d’unCDI à plein temps (en n’étant pas immédiatement disponibles)

La catégorie 7 ceux qui cherchent un CDI à temps partiel et ne sont pas disponibles immédiatement

La catégorie 8 les personnes à la recherche d’unCDD, d’une mission d’intérim ou d’un emploi saisonnier, y compris de court durée, qui ne sont pas immédiatement disponibles.

A savoir que sur les 1.100.000 Rmistes, plus de la moitié ne sont pas comptabilisés, ce qui corrige le total ci-dessus à 4.350.000 chômeurs.

Aussi les personnes radiées ne sont plus compabilisées.

Par ailleurs, les personnes ne s’inscrivant pas à l’ANPE, principalement les jeunes 18/25 ans car ne percevant pas de Rmi, aussi les autres générations ne percevant aucune indemnité chômage et ne trouvant plus l’utilité de s’inscrire ne sont quant à eux pas comptabilisés non plus !

Enfin, de nombreux intérimaires ne sont pas inscrits, ces personnes travaillent en obtenant des heures de travail aléatoires.

En l’occurence, il est clair que le nombre de chômeurs est bien supérieur à 4.350.000 si on y ajoute les non-inscrits et les travailleurs pauvres qui peinent à obtenir quelques heures de travail hebdomadaire (12h / semaine en moyenne)

Romain 07/06/2008 10:04

Si ces chiffres de l'INSEE sont aussi contradictoires que l'augmentation de plus de 3% du pouvoir d'achat, récemment annoncé...on se marre

Pari et belle histoire: c'est de la politique?
Cela m'évoque plutôt la foi...

"Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas"
Je crains que Malraux n'est pas prévu la spiritualité et l'évangile du profit!
Dieu= le profit Clergé= la main invisible Evangile=le storytelling

Jeff de Burlats 06/06/2008 20:29

Sondages, popularité, grande lessiveuse des chiffres, communication, médiatisation, commentaires... tout l'arsenal qui détourne et dégoute le populo de la politique et des politiciens...

Alain 06/06/2008 13:58

Cher PLS,

() Vous voici en progrès sur les chiffres cités, faudrait-il vous en féliciter ? Pour vous avoir tant châtié je vous dois bien cette vérité !

() Pour saisir cette opportunité de tracer un bilan de notre économie après avoir tant pataugé ces derniers mois, vous nous décrivez un double pari du chef de l’Etat, pari basé sur un va tout, vous nous dites : « Il a choisi de tenter le tout pour le tout, continuer à réformer tous azimuts ».

Le président voit ses efforts récompensés, les réformes avancés et vous nous le rappelez les principaux facteurs économiques en bonne voie d’être maîtrisés.
Pourquoi tenterait-il le tout pour le tout à quatre ans de la fin de son mandat ?

() Vous vous trompez de personne, Nicolas Sarkozy ce n’est pas Jérôme Kerviel ce trader de la société générale, en graves difficultés face à son poker menteur, qui en effet joua le tout pour le tout en engageant sur les marchés financiers des sommes supérieures aux fonds propres de sa banque, 50 Mds€ une folie !

Le Chef de l’Etat continue de faire ce qu’il dit et répète depuis sa campagne et depuis son élection, réformer notre pays, il le dit à longueur d’interviews, il le fait à longueur de cessions parlementaires.
Vous faites semblant de le découvrir pour les besoins de votre cinoche, le nombre de réformes engagées est éloquent, vos lecteurs le savent pertinemment !

() Premier de vos paris, les réformes et une présence accrue, favorable selon vous à une meilleure cote de popularité. Personne n’est totalement indifférent aux sondages, cependant au sommet ou au creux de la vague de popularité le rythme des réformes et sa présence sur le terrain n’ont guère changés.

() Second pari, celui de rebondir en misant sur des conditions économiques plus favorables en 2010, dont il pourrait s’attribuer le mérite.
Du grand guignol économique, vous qui n’avez même pas vu en 2008, la croissance effective de 2007, vous osez miser devant vos lecteurs sur un rebond en 2010 ?

Chapeau pour la prévision ou l’inconscience, il est vrai que vous n’avez apparemment pas grand-chose à perdre.
J’y vois pour ma part le résultat de la vigueur réformatrice de nos dirigeants (merci Nicolas), plus fort que la sinistrose, et votre confiance retrouvée dans le génie créatif français.
Ce faisant, vous voulez par avance priver le chef de l’Etat de tout crédit sur les résultats 2010, quelle manigance !

Alain

PS : pas de photos de Nicolas ! Des escalators ces froids et vils butors ! Quel retord ce PLS là !