Bernard Accoyer, invité du Grand Jury

Publié le par Pierre-Luc Seguillon


L’UMP est-elle devenue un bateau ivre sans direction ? Le faux pas sur les OGM, les désaccords entre le secrétaire général, Patrick Devedjian, et son supposé adjoint, le ministre Xavier Bertrand sur la durée légale du travail pourraient le donner à penser.

            Le groupe parlementaire majoritaire est-il divisé sur les OGM, les trente-cinq heures ou sur la réforme des institutions ? Celle-ci a-t-elle quelque chance de rallier l’opposition et d’être votée par les trois cinquième des parlementaires ?

            La majorité est-elle déstabilisée par la manière dont Nicolas Sarkozy entend concentrer toutes les décisions à l’Elysée ? François Fillon pourra-t-il longtemps encore supporter la marginalisation dont il est victime de la part du chef de l’Etat. Le groupe des 7 ministres constitué autour de Nicolas Sarkozy sans le Premier ministre est-il un gouvernement bis ?

            Faudra-t-il une session extraordinaire pour achever le travail parlementaire programmé ?

            Telles sont les questions et beaucoup d’autres – dont celles que vous formulerez, aux quelles ne pourra échapper Bernard Accoyer,  député UMP et président de l’Assemblée nationale, invité ce dimanche  du Grand Jury RTL LCI Le Figaro.

Commenter cet article

olivier 30/05/2008 15:39

La vie de famille n'étant pas un loisir mais un fondement pour une trés large majorité de français, une augmentation de la durée de travail hebdomadaire est sans doute préférable à une augmentation du nombre de jours.

Les heures supplémentaires permettent une certaine souplesse mais pourquoi ne pas prévoir une tranche obligatoire qui laisserait cette souplesse, simplifierait et permettrait une meilleure gestion. Car les paies sont certes sous-traitées mais ce n'est pas gratuit et les entreprises ont parfois l'impression de n'y rien comprendre...

marie 28/05/2008 22:12

voici un annuaire (dictionnaire des sites francais), site dont le propriétaire veut être millionnaire! http://www.jeseraimillionnaire.com

Claude 26/05/2008 13:55

Bonjour,

On fait dire ce que l'on veut aux chiffres si on ne les met pas en perspective. Et, bien entendu, on ne les met pas en perspective en fonction de ce que l'on aimerait bien démontrer mais en fonction de ce que l'on mesure. Quand on parle des 35 heures on parle de la durée hebdomadaire et cela ne mesure que la durée hebdomadaire des gens qui travaillent. Pour mesurer l'ardeur d'un peuple, c'est moins la durée hebdomadaire de travail qui compte que la durée annuelle moyenne des actifs (y compris les chômeurs, bien entendu). Et, là nous avons le temps de travail le plus court de tous les pays industrialisés. Les gens font la même erreur quand ils parlent de productivité horaire (sans préciser de quelle productivité ils parlent) plutôt que de productivité collective et annuelle.

Bien entendu, il faut régler le problème de l'emploi des jeunes comme celui des séniors. Il est ridicule de conditionner l'âge de la retraite au taux d'emploi des jeunes et des séniors. Le choix de 41 ans a été fait en fonction d'objectifs qui n'ont pas été atteints. Si le taux d'emploi des jeunes et des vieux grimpe jusqu'à la moyenne européenne, 41 ans de cotisation seront à peine suffisants à démographie égale. Si ce taux d'emploi ne progresse pas, 41 ans seront insuffisants et il faudra probablement travailler 42, voire 43 ans. Le non emploi des juniors et des séniors n'est donc pas une raison de différer l'augmentation de la durée du travail mais c'est plutôt une bonne raison de l'augmenter plus vite et de manière plus importante quitte à la rebaisser si le taux d'emploi augmente.

Même si l'arithmétique n'est pas la tasse de thé des français, pour des raisonnements aussi simples nous n'avons pas de raisons de nous en passer.

Il faut aussi rappeler que le cadeau fiscal destiné à aider au passage aux 35 heures est bien supérieur (35 fois) aux 800 millions de réduction de la confiscation des revenus importants et qu'il n'est pas le fait du gouvernement actuel (ni du précédent).

Les heures supplémentaires défiscalisées ont permis de maintenir la croissance à au moins 0,8 point de plus que prévu par les prévisionnistes. Un gain supplémentaire non encore pris en compte va échoir aux ménages concernés qui acquitteront moins d'impôts à heures supplémentaires égales. Ce pouvoir d'achat non négligeable va aider la croissance.

La défiscalisation des heures sups complique un peu le calcul des paies par les entreprises. Cependant il faut savoir que + de 90 % des entreprises ne réalisent pas leurs bulletins de paie elles même (merci à Jean-Michel Aulas, puisqu'il est à l'honneur ce WE, et à ses confrères) et que les autres ont des services informatiques intégrés.

Cordialement,
Claude

SEDAT 26/05/2008 09:24

Bjr Pierre-Luc Séguillon...! Elle est belle la république et ses devises...!
Comme c'est étrange,j'ai trouvé Bernard Accoyer aphatique...!
Aphatique[apati] n.f. 1.Philo ANC. Indifférence du sage à tout mobile sensible. 2.Insensibilité,caractère d'une personne indifférente à l'émotion ou aux désirs. On ne peut le tirer de son apathie. Syn. indolence,inertie,molesse.- Gr. apatheia;sens 1,1373. apathique[apatik] adj.et n.Sans énergie,insensible à tout. Syn. indolent,mou.-1643.
Ce qui est d'autant plus curieux,dans cette histoire,est le fait que Jean-michel qui était assis en face de lui en paraissait pour le moins(écrit comme parlé)tout son contraire,comme vous,mon très cher, très bon,Pierre-luc Séguillon...!
Moralité de l'histoire,un "Nom",n'explique pas tout...!
P.S En vérité,je n'avais que d'yeux(Dieu),que pour Rachida Dati...! lol
Bien à vous,Reynaldo.

annick 26/05/2008 00:18

Bravo PLS d'avoir mis en évidence l'impossibilité de subventionner les 35h et le paquet fiscal quand on a des milliards de déficits et que la consommation donne des signes de faiblesse!!! Les 35 h sont condamnées puisque le gouvernement s'entête sur son choix initial contestable...
On a l'impression d'assister à un écopage en urgence dû à une grosse brèche dans la cale après erreur de navigation!
Apparaît, il est vrai une incohérence pour les heures supplémentaires, un recul du progrès social,un ras le bol des entreprises d'avoir à reprendre encore et encore leur organisation et une atteinte à la liberté pour ceux qui se contentent des 35h.
Et la "cacophonie" Deveidjan- Bertrand...
Ce dernier étant, en effet, au four et au moulin...
Ajoutons que selon une étude européenne (eurostat) les salariés français travaillent en moyenne 35,3 h par semaine et, en moyenne, les autres pays de l'Europe des 15, travaillent...35.4h.Sommes nous si tire au flanc que cela?
Notre problème, (pour le système des retraites aussi), n'est pas tant la durée du travail mais que les jeunes et les séniors ne travaillent pas assez. Ne nous trompons pas encore de cible!!
Sinon, on va ajouter aux 25-50 ans une pression supplémentaire à un fardeau déjà bien lourd....C'est plutôt leur emploi, leur formation qu'il faut subventionner plutôt que d'élargir la défiscalisation des droits de succession qui avait déjà été largement diminuée par le précédent gouvernement ou d'hypothétiques heures supplémentaires liées essentiellement à la croissance!(qui ne profitent, en plus, qu'à ceux qui ont déjà un emploi. Donc pas à l'embauche des jeunes et des séniors...).
Croissance que nul ne maîtrise actuellement...
D'ailleurs Mr Accoyer, sous la haute surveillance du "soviet suprême" (!), a mis un bémol aux belles promesses de vertu dogmatique budgétaire avec raison et bon sens.
La "cacophonie" vient du fait que le parlement réagit, à bon escient, à des projets...usines à gaz!