J.M.Le Pen: 2007 ou le scénario rêvé

Publié le par blog-pl-seguillon

Jean-Marie Le Pen a un regret. Il le confie volontiers: ne s'être pas retrouvé au second tour de l'élection présidentielle de 2002 face à Lionel Jospin plutôt que confronté à Jacques Chirac .

 

            I l est d'ailleurs convaincu que si Jacques Chirac n'avait pas obtenu  la non candidature de Charles Pasqua au prix d'un poste de sénateur assurant l’immunité de ce dernier et s'il n'avait pas, de l'Elysée, favorisé la candidature de Christine Taubira , c'eût été le cas.

 

            E ntre lui et Lionel Jospin , estime-t-il, il y aurait eu une vraie confrontation d'idées. Ce qui n'a pas été le cas avec Jacques Chirac. Et, pense-t-il,   il aurait obtenu au second tour - bien que battu - un score largement supérieur à celui obtenu face à Jacques Chirac.

 

            D ès lors, Jean-Marie Le Pen se prend à rêver d'une telle configuration en 2007. La bagarre entre  Ségolène Royal favorisée par les sondages et les éléphants candidats du PS a quelque chance, espère-t-il, de tourner au vinaigre et de déchirer le parti socialiste. Pour réconcilier tout le monde, celui-ci n'aurait d'autre solution que de faire appel à Lionel Jospin

 

            P our que ce scénario rêvé devienne réalité, encore faudrait-il …

 

            1 . que Lionel Jospin parvienne à opérer son retour sur la scène politique... ce qui, en l'état actuel des choses, paraît bien difficile.

 

            2 . que Jean-Marie Le Pen batte au premier tour le candidat de l'UMP, sans doute Nicolas Sarkozy , ce qui, du moins au jour d'aujourd'hui, ne paraît guère plausible.

 

            3 . Que  Philippe de Villiers ne prenne pas à Jean-Marie le Pen les voix dont il aura besoin pour réitérer son exploit de 2002. Ce qui n’est pas exclu !  

 

            4 . Que Jean-Marie Le Pen obtienne les 500 parrainages d'élus nécessaires à la validation de sa candidature. Ce qui, selon les dires du président du FN, sera   beaucoup plus aisé qu'en 2002.

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article