Loi sur l'immigration : les chrétiens sonnent le tocsin

Publié le par blog-pl-seguillon

  

    S i j'ai invité ce matin le pasteur Jean Arnold de Clermont , président de la Fédération protestante de France, c'est qu'il ma semblé opportun de faire entendre la voix des Eglises chrétiennes dans ce difficile débat sur l'immigration.

 

     E lles ont l'avantage de rappeler quelques principes élémentaires que la société individualiste dans laquelle nous vivons a tendance à oublier quelle que soit la réalité de sa crispation sur le problème de l'immigration.

 

     Jean Arnold de Clermont est un homme modéré. Il n'invite pas ses ouailles à partir en croisade contre le gouvernement. Mais il fait justement remarquer que ce problème de l'immigration mériterait d'être traité avec sérénité. Ce qui ne peut être évidemment le cas dans une période préélectorale.

 

       S 'il a été séduit par la franchise et la volonté de dialogue et d'écoute de Nicolas Sarkozy , il redoute que le ministre de l'Intérieur ne soit, dans ce projet de loi, davantage inspiré par la volonté de capter les voix du Front national que par le réel désir de traiter au fond le problème immigration-intégration.

      I l craint surtout, lors du débat à l'Assemblée nationale , que Nicolas Sarkozy ne soit débordé sur sa droite par des élus enclins  à répondre de manière   démagogigue à l'allergie croissante de l'opinion contre une immigration supposée mal maîtrisée. Il  déplore aussi que, dans un débat qui risque de tourner à la polémique, ne s'instaure une regrettable confusion entre immigration et intégration, immigrés étrangers et français d'origine   étrangère. Quand la France tremble devant la flambée de violence des jeunes de banlieues et s'en prend à l'immigration, elle oublie que ces jeunes sont français et pour beaucoup de deuxième génération!

 

   Jean Arnold de Clermont ne fait là qu'exprimer une critique et une crainte largement partagées par l'ensemble des Eglises chrétiennes, catholique, protestante et orthodoxe.

Publié dans blogpls

Commenter cet article