Grève de la faim de Jean Lassale : les bouches s'ouvrent

Publié le par blog-pl-seguillon

          J e m'aperçois que les bouches s’ouvrent depuis que   Jean Lassalle a mis fin à sa grève de la faim ?   après avoir obtenu que   Toyal Europe, filiale française du groupe japonais Toyo Aluminium, agrandisse son site industriel existant à Accous (Pyrénées-Atlantiques) au lieu de construire une deuxième usine à Lacq , village situé à 65 km de là.

            Q uand le député des Pyrénées atlantiques   jeûnait dans la salle des Quatre colonnes au Palais Bourbon, les élus, tout particulièrement les élus UDF et leur chef François Bayrou , saluaient son courage et son obstination allant parfois jusqu’à l’encourager dans son action.

            A ujourd’hui que Jean Lassalle   n’est plus en danger, beaucoup de ses collègues de l’Assemblée se montrent très critiques. J’évoquais lundi les propos de Jean-Louis Debré , le président de l’Assemblée nationale, regrette que les élus fassent passer les intérêts de leur circonscription avant l’intérêt national. D’autres sont aujourd’hui plus violents et reprochent à Jean Lassalle d’avoir eu surtout pour préoccupation sa réélection alors même qu’il est en difficulté dans sa propre circonscription. Tel dénonce son caractère   fantasque et peu structuré.

              Eric Raoult , député de Seine Daint Denis ,   me raconte qu’un samedi, faisant   visiter l’Assemblée nationale à un groupe d’électeurs de sa circonscription, alors qu’il   s’épuisait vainement à retenir leur attention dans la salle des quatre colonnes, la plupart n’avait d’attention que pour le gréviste de la faim, se faisaient photographier à ses côtés tandis que certains …déposaient une pièce ou un billet à ses pieds !

            C e qui fait dire d’ailleurs à Jean-Louis Debré que les médias ont indûment monté en épingle cette grève de la faim.

            M ais le plus sévère est peut-être Alain Rousset , le président de la région Aquitaine   que je recevais ce matin sur L.C.I. A ses yeux, cet épisode est dramatique pour   l’avenir de notre industrie. Nul, explique-t-il, n'est   aussi respectueux de l’environnement et de la protection sociale que les Japonais. Ce chantage à la grève de la faim risque d’avoir pour résultat qu’ils ne réaliseront en définitive ni à Accous ni à Lack cette implantation industrielle importante pour la région. Et Alain Rousset   d’expliquer qu’il essaie de recoller les morceaux avec les Japonais. Ceux-ci, me rappelle-t-il, ont actuellement en France le quasi monopole de la fabrication des matériaux composites, nécessaires à notre industrie aéronautique.

           D ommage que les élus   n’aient pas eu le courage de critiquer plus tôt haut et fort cette grève de la faim respectable mais totalement inopportune , voire néfaste pour notre économie.  

           D ommage que   l’info émotion, celle qui fait pleurer dans les chaumières, l’emporte sur l’analyse.

           D ommage   que télévision et raison ne fassent   pas forcément bon ménage !

Publié dans blogpls

Commenter cet article