Qu'attend Lionel JOSPIN ?

Publié le par blog-pl-seguillon

Tous ceux qui, ces dernières semaines, ont rencontré Lionel Jospin me rapportent que l'ancien Premier ministre ne décolère pas.

Il est furieux contre François Hollande dont il critique point par point la gestion du PS. Lors d'un déjeuner avec lui, il y a quelques semaines,  il a  dressé un inventaire minutieux et cruel de toutes les fautes qu'avait selon lui commises le Premier secrétaire du PS depuis 2OO2.

Il est furieux contre Ségolène Royal dont il conteste les qualités de présidentiable et à laquelle il reproche de lui avoir coupé l'herbe sous le pied en faisant émerger sa propre candidature au lendemain du congrès du Mans.

Il est furieux contre ces présidents de région qui, pour des raisons bassement électoralistes au sein de leur fief, se déclarent pour Ségolène Royal.

Il est furieux contre lui-même qui voulait revenir sur la scène politique et qui en est empêché par cette candidature impromptue.

Le problème de Lionel Jospin est malheureusement qu'il continue d'attendre que ses camarades fassent appel à lui. De même qu'en 2002, il s'imaginait forcément élu parce qu'il se concevait le meilleur et le plus honnête, il continue d'attendre aujourd'hui qu'on vienne le chercher parce qu'il serait le plus compétent , le plus expérimenté et le mieux à même de réconcilier les socialistes avec eux-mêmes, de faire l'union et de mener campagne présidentielle contre Nicolas Sarkozy .

Imaginon s que Lionel Jospin ait aujourd'hui le courage de faire retour de son propre chef sur la scène politique, d'annoncer qu'il est candidat, de déclarer que la candidature de Ségolène Royal n'est pas sérieuse, que pourraient faire les Fabius, Lang, DSK ou Royal sinon aquiescer.

Lionel Jospin prendrait aussitôt 20 points dans les sondages.

Mais Lionel Jospin est peut-être atteint du syndrôme delorien. Il aimerait sans doute devenir président à la condition qu'on vienne l'en supplier . Il ne semble pas avoir cet appétit dévorant du pouvoir qui conduit à prendre des risques et à soulever des montagnes. En son inconscient, il n'a peut-être pas réellement envie d'aller à l'Elysée si les électeurs l'y promouvaient. 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

mjr71 08/09/2006 11:57

Camarade !je croyais que HOLLANDE était l'un de ses camarades, et puis il n'a pas de casseroles mais il est comme Marie Ségolène MITTERRANDIEN qui confondait sécurité de l'état avec celle de sa famille.