Europe : l'impossible unanimité

Publié le par blog-pl-seguillon

Vice président de la Commission européenne, Jacques Barrot est formel. S'il y a grippage de l'Union européenne, la faute n'en revient ni à la Commission ni au Parlement. La responsabilité de la paralysie incombe au Conseil européen ou, plus exactement, à son mode de décision.

Inivité ce matin de L.C.I, Jacques Barrot m'en fait la démonstration à titre personnel après avoir déclaré à l'antenne que l'Europe n'est pas en panne!

La Commission fait son travail, m'explique-t-il, et elle le fait de mieux en mieux. Les commissaires issus des pays récement entrés dans l'Union sont, pour la plupart, ceux-là mêmes qui ont négocié l'adhésion de leur pays à l'Union. Ils savent parfaitement comment fonctionne la machine européenne. Ils jouent pleinement le jeu collectif de la Comission dans laquelle les commissaires ne sont pas les représentants de leurs pays respectifs mais les porteurs de l'intérêt commun.

Il me semble bien optimiste. La vérité est que la Commission, en dépit de l'incontestable habileté politique de José Manuel Barrosso , peine encore à jouer les moteurs de l'Europe. Jacques Barrot défend il est vrai sa boutique, l'institution européenne,  et il le fait avec conviction.

Le vice président de la Commission européenne estime également que le Parlement européen prend  de plus en plus de poids dans le fonctionnement de l'Union.

Il n'a pas tort. Mais le chemin à parcourir est encore long.

Tout le mal, me confie Jacques Barrot , vient du fonctionnement du Conseil européen c'est-à-dire l'instance décisionnaire qui réunit les vingt-cinq chefs d'Etat ou de gouvernement. Les décisions prises à l'unanmité deviennnt quasi impossibles! Imaginez, m'explique-t-il, une porposition française faisant la quasi unanimité. Il suffit que Malte ou quelqu'autre petit pays oppose son véto pour que la dite proposition soit recalée. . Tant que l'on fonctionnera de la sorte, juge le commissaire Barrot, l'Europe balbutiera. La seule vraie réforme dont on a aujourd'hui besoin c'est le passage à la majorité qualifiée dans  quasiment tous les domaines. Alors il sera possible d'avancer et de préparer l'avenir.

On ne saurait lui donner tort sur ce point ! 

Publié dans blogpls

Commenter cet article