Les affres du mercato !

Publié le par blog-pl-seguillon

           A lire ce que content les gazettes sur le mercato des animateurs   de l’audiovisuel, à l’exemple de ce qui se passe sur le marché du foot,   je constate que ces derniers -les animateurs mais également   maintenant les journalistes- ne sont plus que des produits d’appel.

           Ils ne valent et ne pèsent que ce qu’ils rapportent en contrats publicitaires sonnants et trébuchants, autrement dit ce qu’ils font en audience ou, si l’on préfère, le volume de consommateurs et de consommatrices qu’ils sont aptes à mobiliser à un instant t au profit des annonceurs.  

               Considérant, par ailleurs, que les politiques, dans l’opinion des Français, (ce sont les sondages qui le disent) sont au plus bas dans l’échelle de confiance que nos concitoyens téléspectateurs portent aux différentes professions -ils voisinent les prostituées dans leur esprit… J’en conclus logiquement, mathématiquement et peut-être naïvement que les journalistes politiques, sur les antennes de télévision, ont un bien piètre poids dans ce contexte.

                 Sans doute, journalistes politiques, ne valons-nous guère plus qu’une passe !

Publié dans blogpls

Commenter cet article

commentaires 07/09/2006 18:03







Par footglouton,

 





Influenzia





Vous faites un constat bien amer de votre métier ! Pourtant, à voir tous les papiers sur Ségolène Royal, on se dit que les journalistes politiques ne sont pas pour rien dans sa montée en puissance. Ils auraient encore de l'influence, à moins qu'ils ne soient manipulés.















Par 007fonsy,

 





Journalistes





Un journaliste n'est pas là sans cirer les pompes de ses donneurs publicitaires commensaux ! Partis et pompe à finances. Profession (?) de lêche-culs thuriféraires de la couleur annoncée. Les Français deviennent insensibles à ce genre d'addiction. A part des Editos du genre Claude IMBERT.(le POINT). Merci de votre "TOC" sur les journalistes vendus.















Par spah,

 





coup de blues





Petit coup de blues Mr Séguillon ? Pour les journalistes "produits d'appel", ils sont quand même plus des "animateurs de l'info" que des journalistes... Certes nombreux ont du talent et un vrai sens du journalisme, mais ils "servent" l'information comme un chef de rang dans un restaurant qui vous commente les plats lorsqu'ils arrivent sur la table... Je pense pour ma part que la force du journalisme reste dans le commentaire: au point qu'aujourd'hui, je préfère regarder un 100% politique (ou une autre émission très animée chez votre concurrent de la TNT). A l'air de l'info instantanée brute et non analysée, je suis peut être un rare "happy few" comme on dit, qui aime encore les débats politiques... Très honnêtement, le jour où on a eu l'idée de faire défilé les brêves en bas de l'écran, le journalisme s'est tiré une balle dans le pied!