Guerre de trente ans

Publié le par blog-pl-seguillon

Pronostic de Philippe Douste Blazy, notre ministre des Affaires étrangères sur le dossier nucléaire. Si, avec les quatre autres ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de Sécurité, nous ne parvenons par à trouver un accord acceptable avec les Iraniens, il ne restera plus aux Européens qu'à expliquer aux Etats-Unis qu'opter pour des sanctions militaires c'est à coup sûr déclencher cette fois "une guerre de trente ans" avec le monde musulman !

Publié dans blogpls

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mirino 07/09/2006 17:57

IranAhmadinejad est un provocateur, et selon les iraniens plutôt civilisés, ce qu'il déclare n'est pas uniquement pour satisfaire la foule moins civilisée. À la longue la meilleure solution serait de laisser la peuple Iranienne se débarrassent de lui lorsque c'est possible. L'UN est démodée à cause de droit de veto privilegé. Un tel système ne peut jamais être considéré démocratique et encore moins aujourd'hui. Avec un tel système on avance nulpart, bien que la majorité de pays soient plutôt d'accord aux motions déposées. Il n y a rien cependant qui empêche l'Europe avec les Etats Unis d'appliquer des sanctions bien ciblées pour isoler Iran. La Chine et la Russie nous veulent faire croire qu'un tel démarche pourrait être dangereux, ce qui sont des balivernes car rien ne serait plus dangereux qu'une intervention militaire. Si l'on ne fait rien, c'est compréhensible que l'Israël n'attendra pas indéfinitivement non plus. Ce qui est certain est que jamais le monde puisse permettre un tel homme et un tel régime de développer des armes nucléaires. Au moins Philippe Douste Blazy en semble bien consciente.

 

Douste ou Blazy ambiguïtéAprès la manière dont Mr Douste Blazie s'adressait au Présidente Ahmadinejad, lui traitant d'une 'influence stabilisatrice' pendant la crise au Moyen Orient, les anglais considéraient- ou bien il a un bon sens d'ironie- ou bien il n'est pas très consistant à l'égard de sa politique étrangère. Ceci surtout après avoir montré à quel point lui, donc la France, est contre le poursuit d'enrichissement d'uranium en Iran. On se demande si cette ambiguïté étrange fait partie du programme de ce que l'on estime 'politiquement acceptable' en France. ('Correcte' n'est plus le bon mot car il implique quand même des limites). Comment la France gère sa présence en Liban sera intéressante et peut-être révélateur.