Bonnet vert et vert bonnet

Publié le par blog-pl-seguillon

   Que Dominique Voynet ou Yves Cochet devienne le candidat des Verts à l'élection présidentielle, c'est, pour parodier une expression célèbre inventée jadis par le communiste Jacques Duclos "Bonnet vert et vert bonnet " !

   Tous deux sont des militants de longue date de l'écologie politique. Tous deux sont partisans de passer avec le parti socialiste un contrat de gouvernement. Tous deux ont été ministres de Lionel Jospin. Tous deux ont leur talon d'Achille. Une partie des Verts reproche à Dominique Voynet d'être par trop réaliste. L'autre fait grief à Yves Cochet de pécher par utopisme. Mais l'une et l'autre trouveront un accord avec le PS.

   Dernière similitude avancée par Noël Mamère , croisé ce matin : ni l'un ni l'autre ne fera le score qu'il a réalisé  ? en 2002, soit 5,3% des voix. Explication du député maire de Bègles: hanté par le spectre du premier tour de 2002 qui vit Le Pen devancer Lionel Jospin, beaucoup d'électeurs de gauche priviligieront le vote utile. Par ailleurs, une fraction des Verts pourrait être tenté d'aller vers José Bové si d'aventure celui-ci parvenait à fédérer la gauche de la gauche autour de sa candidature.  

Publié dans blogpls

Commenter cet article

alexi43 07/09/2006 17:49

le PS ou l'UMP relègueront toujours l'envionnementLes verts ont abandonné l'écologie sur l'autel des compromissions avec le PS. Ils ont fait perdre beaucoup de temps au pays, si bien que nous sommes quasiment les plus mauvais élèves d'Europe en matière d'environnement. Par sectarisme. Par gauchisme. Par cette stratégie d'alliance dont on voit aujourd'hui qu'elle amène à 2 ou 3% d'intention de vote : un ECHEC, il faut le reconnaître. Corinne LEPAGE de son côté a pris l'option et le risque de ne conclure aucune alliance, de ne s'embarquer dans aucun mauvais compromis. Au centre de l'échiquier, elle représente l'avenir : doite et gauche ne s'opposent plus tant que ça : le clivage est ailleurs. Dans la participation démocratique, dans une économie écologiquement viable, dans la fin du carrièrisme politique et l’implication de la société civile... CAP 21 préfèrera n'avoir peu ou pas de candidats élus plutôt que d'y parvenir en sacrifiant l'environnement ou la santé publique... Un choix auxquels les verts n’ont jamais pu se résoudre.

spah 07/09/2006 17:48

politique et écologismeQuand on voit que les "grands" partis comme le PS ou l'UMP arrive à recruter à tour de bras (40000 en plus par exemple sur la dernière campagne d'inscription du PS - cela se compte aussi en dizaine de millier à l'UMP), dans un contexte de fin de règne et donc d'espoir d'un renouveau politique en 2007, il est un peu dommage que les verts soient aussi peu présents dans notre démocratie: seules 5000 personnes ont voté pour le choix de leur candidat!!! Et ils arrivent encore à se diviser, aussi peu nombreux soient-ils, entre les écolo alter-mondialistes/utopistes et les écolo pragmatiques... Dommage! Le discours d'un Nicolas Hulot, défendant les mêmes principes et proposant un système transversal à l'état plutot qu'un ministère unique, est plus fédérateur me semble t'il. Quand on voit la faiblesse des verts en France par rapport à leurs homologues européens, y a de quoi se poser la question sur l'organisation de ce parti dont la bicéphalité clairement affichée ce week-end ne l'aide pas à trouver un positionnement rassembleur...