La tornade Royal !

Publié le par blog-pl-seguillon

         Samedi matin , je me trouve à Fez, au Maroc, où je suis le ministre de la Culture et de la Communication. De quoi parlent les interlocuteurs marocains de Renaud Donnedieu de Vabres, ses homologues et les autorités marocaines ? De Ségolène Royal ! Ils veulent comprendre !

 

            Samedi soir, de nombreux Français vivant au Maroc ou venus de France assistent à l'ouverture du festival de Fez  avec un concert de William Christie . De quoi discutent-ils ? De Ségolène Royal ! Ils s’interrogent sur ses chances d'emporter la palme.

 

            Dimanche matin . Retour à Paris. J'achète le JDD. A qui le Journal du Dimanche consacre-t-il sa Une ? A Ségolène Royal bien sûr ! Sous le titre, cette fois  "Hollande juge Ségolène".

 

            Dimanche soir, je me retrouve au grand Jury pour y interroger François Chérèque, avec mes confrères Nicolas Bteytou et Jean Michel Apathie. Par quoi terminons-nous l'émission ? En lui demandant son jugement sur Ségolène Royal bien entendu !  Et le secrétaire général de la CFDT de n'être pas avare de commentaires. Ségolène Royal a peut-être eu tort de parler d'encadrement militaire des jeunes délinquants mais elle pose les bonne questions estime le leader syndicaliste.

 

            Ce matin , au réveil, quelle nouvelle me saute aux oreilles ? Les propos de Ségolène Royal puisés sur son site, repris par les radios  et déplorant les effets négatifs des 35 heures.

 

            Matin, midi et soir , sous le ciel gris de Paris ou sous le soleil marocain, il n'est plus possible d'échapper à cette tornade Royal. Où que vous soyez, quoi que vous lisiez, quel que soit votre interlocuteur, le ségolisme ne vous laisse plus un instant de répit ! Nul n'est indemne. Pas même Nicolas Sarkozy qui annonce une conférence de presse jeudi prochain pour répondre à celle qui commence à l'inquiéter sérieusement.

 

            Il faut dire que la madone socialiste des sondages met les bouchées doubles. Pas un jour sans qu'elle ne lâche une petite phrase dont chacun a bien compris qu'elle a pour objectif de séduire l'opinion et d'obliger in fine le parti socialiste, prenant  acte de son incontournable  popularité, à en faire sa candidate à l'élection présidentielle. 

 

            Le jeu politique est limpide !

 

            Je me demande toutefois s'il n'est pas de plus en plus risqué.

 

            A trop et trop tôt solliciter l'opinion,  Ségolène Royal risque de la lasser. L'opinion, comme la mode est frivole et fugace.

 

            A trop et trop insolemment bousculer l’orthodoxie de ses camarades socialistes la présidente de la région Poitou-charentes risque fort d'être recalée lors de l'examen de passage qu'ils lui feront passer à l'automne.

 

            A trop et trop vite se prendre pour Tony Blair, la candidate la plus populaire de l'heure paraît oublier deux choses. Que le Premier ministre britannique n'a plus aujourd'hui la cote et qu'il n'a pu l'avoir hier que parce la Grande Bretagne avait auparavant subi le régime draconien  de Margaret Thatcher.  

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article