Le salaire de Forgeard !

Publié le par blog-pl-seguillon

    Retrouvé cet  entrefilet paru dans le journal L'Exapansion daté du 5 février 1998 sous le titre: "Les Français traînent des pieds sur le salaire de Forgeard" :

    "Ce ne sont pas des querelles franco-allemandes, mais des problèmes de fonctionnement franco-français qui ont retardé la nomination de Noël Forgeard au poste de futur administrateur-gérant d'Airbus Industrie... Selon un des partenaires, les émoluments souhaités par le futur patron d'Airbus (on évoque 20 millions de francs par an) n'auraient pas été l'objet de l'habituelle information préalable de la part du partenaire français, Aérospatiale. Il est vrai que c'est lui qui verse son salaire - très inférieur - à l'administrateur-gérant actuel, Jean Pierson... Le conseil de directoire d'Airbus aurait donc appris en direct le montant demandé."

       Déjà, à l'époque, celui qui n'était pas encore co-président d'EADS semblait  avoir un sens très aigu de ses intérêts financiers personnels !

Publié dans blogpls

Commenter cet article

palloporo 07/09/2006 16:58

Patrons déconnectés et salaire des patronsLes stoch actions sont en soi à la limite du scandaleux.Dans des affaires on a pu voir par le passé des entreprises faisant faillite pendant que le pdg s'en allait avec en poche 25 millions d'euros.Un pdg d'une entreprise dont le salaire avoisine,et parfois dépasse les 200000 euros/mois, plus que scandaleux,c'est de l'indécence.S'attribuer de plus des primes sur des contrats reussis, alors que l'on cherche "la petite bête" pour augmenter,ne soit que de dix cents,le salaire d'un smicard.Que les politiques se dépèchent de faire une loi interdisant ces pratiques scandaleuses,outrancières,indignantes et indigestes.

spah 07/09/2006 16:58

marchéSur la hauteur des salaires, je pense que c'est la loi du marché qui prime. Si le conseil d'administration estime que c'est le bon tarif, ok. Mais alors, il est évident qu'il doit y avoir un retour sur investissement: vendre des actions de sa propre entreprise pour des millions d'euros (alors qu'avec son salaire, on a de quoi déjà être largement heureux et installer ses enfants, sic), juste avant l'annonce d'un retard dont on ne dit qu'on n'est pas au courant, c'est une faute très lourde pour un dirigeant! Un patron américain aurait déjà démissionné... ce qui est anormal, c'est la goinfrerie sans se préoccuper de son entreprise : on aimerait voir monsieur Forgeard expliquer à la Bourse ou à ses clients, que tout va bien, 6 mois de retard sur un avion qui volera 30 ans, il n'y a pas péril en la demeure, que la technologie et l'innovation chez EADS prime, etc... Bref un discours d'un chef, d'un leader, d'un patron qui est solidaire de ses équipes. Là il se la joue perso, obnubilé par la rémunération. Et les résultats monsieur Forgeard ?