Le rêve de Besancenot

Publié le par blog-pl-seguillon

  Olivier Besancenot affirme, quand on l'interroge sur les ondes, qu'il n'a aucune prétention à être le candidat fédérateur de la gauche de la gauche lors des prochaines élections présidentielles.  Mais il confie, hors micro, ne pas exclure de demeurer  au final quasi seul en lice sur le terrain de la gauche de la gauche à l'exception bien sûr d'Arlette Laguiller ou du candidat du Parti des travailleurs.

 

     La candidature de José Bové est contestée par le PCF. Elle ne va pas sans problème à la L.C.R. où l'on reproche à l'ancien leader de la Confédération paysanne ses complaisances pour le PS et notamment pour Laurent Fabius. On voit mal José Bové se lancer dans la course avec pour seul appui un quarteron de Verts et ce qui reste des militants d'Attac. Il faudrait, en tous les cas, pour qu'il puisse aller jusqu'au bout de son ambition que le PS lui fournisse les signatures de maires dont il a besoin pour se lancer dans la course.

 

       Le PC est déchiré entre son souci de préserver son patrimoine d'élus, ce qu'il ne peut faire qu'au gré d'une alliance avec le PS et sa préoccupation de se positionner à la gauche de la gauche. Si elle joue la première partition, Marie-Georges Buffet n'aura pas le soutien de la Ligue communiste révolutionnaire. Si elle joue la seconde, le PC est condamné à perdre son groupe parlementaire lors des législatives qui suivront la présidentielle, groupe qu'il ne peut conserver sans l'aide des socialistes.  Dans tous les cas de figure, Marie-Georges Buffet redoute de faire un score inférieur à celui déjà quasi ridicule de Robert Hue en 2002, soit moins de 3,7% !

 

    Quant à Jean-Pierre Chevènement, même si le MRC en maintient l'hypothèse, sa candidature paraît peu probable. Le président d'honneur du MRC n'a guère envie de rééditer l'expérience de 2002.

 

    Les Verts étant ce qu'ils sont et les difficultés qu'ils ont à désigner un candidat étant ce que l'on sait, Olivier Besancenot n'exclut pas non plus qu'eux aussi n'aient pas de candidat à la présidentielle.

 

     Ces comptes étant faits, Olivier Besancenot demeurerait quasi seul en lice à la gauche de la gauche  exception faite d'Arlette Laguiller dont l'image est aujourd'hui quelque peu usée. Le porte-parole des la Ligue, bien que n'ayant pas la prétention de fédérer la gauche de la gauche en deviendrait de fait le leader et serait assuré d'un score plus qu'honorable.

 

     Mais peut-être n'est-ce qu'un rêve dans l'imaginaire du jeune leader trotskyste qui entend avoir les pieds sur terre et ne pas se bercer d'illusions.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

commentaires 07/09/2006 16:43







Par louraby,

 





Besancenot





Pourquoi vous présenter, vous ne passerez pas, encore de l'argent dépensé pour rien, celui-ci aurait put financer certaines oeuvres, telles que téléthon ou le sida en Afrique.















Par pgerard6,

 





pffffffff





Oui Besancenot c'est l'avenir ! et moi je suis les Beattles...















Par j777c,

 





Besancenot





Votre analyse est tres fine , il est et sera le plus représentatif de gens qui veulent tout remettre à plat , jeune , souriant (Arlette est enterrée)Ce garçon est l'emblème de la génération à venir , qui va hériter de tous les problèmes: Ecologique , surpopulation , vieillissement , manque énergétique . C'est un Néopolititien . Malheureusement il est trotskyste , donc n'a pas les pieds sur terre , et se berce d'illusions .















Par spah,

 





mode de scrutin





Je me pose depuis plusieurs mois des questions sur le système à deux tours des élections présidentiels. Car, dans la démocratie d'opinion et médiatique d'aujourd'hui, toute personne qui a un tantinet de notoriété ou une "grande gueule" se porte candidat à l'élection présidentielle! C'est soit disant pour faire porter des idées, mais à la base il s'agit de désigner le chef suprême... Dis comme cela, on voit mal un faucheur d'OGM avoir le contrôle du bouton atomique. Ce mode de scrutin dévie le sens même de cette élection, où cela devient un exutoire... Chacun fait son marché, histoire de montrer qu'il n'est pas d'accord. Et au final faudra choisir (quand on a le choix, pas comme la dernière fois), entre deux ténors "classiques": comment alors le président peut prendre le pouvoir avec sérénité alors que 2 semaines auparavant, à peine 18-25% des votants ont déclarés être d'accord avec ses idées! Cela jette le trouble, et on comprend qu'au bout de 4 ans, avec ce genre de premier tour façon Star Academy, un président est essouflé car il partait de toute façon avec peu de gens derrière lui... Qu'en pensez-vous ? Le mode de scrutin est il adapté aux enjeux de la fonction ?















Par claude555,

 





les gauchistes nous foutes dans la merde





arlette et olivier ont une particularité commune; arlette a travaillé 35 ans au crédit lyonnais et olivier est facteur!!ils defendent les travailleurs, les VRAIS on, croit rever!!krivine depuis 68 a pas foutu grand chose et tous ces ces branleurs nous presentent des plans pour vivre heureux!! pour vivre heureux faites comme eux!! trouvez des boites qui vous payent a rien foutre!!!















Par urf,

 





les parlementaires :





l'engouement du peuple pour le football éclaire singulièrement le monde politique ! un stade (la FRANCE) deux équipes, aux prébendes dignes des plus fameux tycoons, qui se portent les coups les plus bas, tout en se moquant des dégats causés à la pelouse, pendant que les spectateurs amnésiques et ahuris de bière et de cris saccagent (souvant)les tribunes qui parfois les engloutissent en s'effondrant!















Par assurancevie,

 





PAUVRE GAUCHE





PLUS IL Y A DE CANDIDATURE A GAUCHE PLUS LE PEN A SES CHANCES POUR UN SECOND TOUR PRESIDENTIEL