Démocratie d'opinion contre démocratie de représentation

Publié le par blog-pl-seguillon

     Même si ce n’est nullement acquis – rien n’est acquis tant que le vote n’a pas eu lieu, la désignation de Ségolène Royal par les militants du P.S. est des plus probables.

     Lionel Jospin était sans doute le seul à pouvoir lui faire obstacle. Dés lors qu’il a décidé de ne pas prendre part à la compétition, la voie paraît largement ouverte pour la présidente de la région Poitou-Charentes .

     Un débat va certes avoir lieu au sein du PS, devant les militants mais aussi devant l’opinion. François Hollande s’en fera l’arbitre aimable sinon partial. Il est fort possible que Jack Lang retire sa candidature. Il ne resterait plus en lice que Dominique Strauss Kahn , qui se veut le candidat de la modernité, et Laurent Fabius qui entend être celui de la radicalité.  

Mais ce débat interne paraît bien anecdotique au regard d’une opinion qui pèsera lourd sur la décision des militants du PS . On sent bien qu’une majorité d’entre eux a déjà fait le choix Royal.

     Lionel Jospin , qui a renoncé à être candidat à l'investiture PS pour la présidentielle, s’élève dans la lettre qu’il adresse aujourd’hui aux militants  contre "la force des pressions exercées sur le parti et dans le parti au nom de l'opinion". Certes ! Mais il n’a sans doute pas perçu que le parti socialiste a déjà profondément changé et  que les nouveaux adhérents, ceux-là même qui ont acquis le droit de vote pour 20 euros sont d’avantage des supporters que des militants. Peut-être n’a-t-il pas compris – peut-être n’avons-nous pas perçu,  que la vie politique française est en train de s’américaniser et que la démocratie d’opinion  prend progressivement le pas sur la démocratie de représentation.

 

 

D’ailleurs, à supposer  que le duel final des présidentielles se joue entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy , on voit bien qu’il se jouera entre deux figures de la rupture souhaitée par un électorat qui ne jugera guère sur le bilan des sortants quel qu’il soit. D’un côté, une rupture d’image, celle incarnée par Ségolène Royal, parce qu’elle est une femme, parce qu’elle semble nouvelle pour s’être toujours tenu à l’écart des appareils, en dépit de sa longévité politique et parce qu’elle a une autre manière d’aborder la politique allant toujours du particulier et du concret à l’universel plutôt que de suivre le chemin inverse. Une rupture a priori séduisante parce qu’elle reste virtuelle. De l’autre côté, la rupture dans les fait incarnée par Nicolas Sarkozy. Une rupture que tous appellent  pour chacun mais que chaque catégorie redoute pour elle même. Une rupture qui inquiète parce qu’elle se veut  réelle.

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mirino 02/10/2006 15:39

Evidemment si l'on a posé une bombe c'est frère Antoine dont Ségolène ne mentionne même pas. Heureusement elle n'a pas fait trop de bruit, ni a causé beaucoup de dégât, au moins pas encore. (On parle de la bombe bien entendu). Mais dorénavant avec de tels incendiaires dans la famille il faudra qu'elle (Ségolène) fasse doublement attention, d'abord pour sa propre sécurité, avant de considérer celle, et le bien être general, de la France.

Alexandre 01/10/2006 23:58

Le discours de candidature de Mme Royal est basé de blablas comme d'habitude ,aucune solution que le flou artistique,c'est là son fort car la réalité ne peut faire rêver ou fantasmer et contrairement à ce que croient tous ces militants de la vague de 20€ ,elle n'a aucune recette miracle en réserve! Une grosse bulle médiatique entrenue par le flou mais l'heure de vérité approche où il faudrait vraiment sortir son programme chiffré et des solutions pour le pays!Il y a bien le projet socialiste mais s'y reférer c'est décevoir une partie des sympathisants de ses sondages,le hic! Rester avec les copier collers sarkozystes blairistes,ce serait décevoir la gôche!

Mirino 01/10/2006 16:05

Rambo WarriorAlors que Ségolène planait comme un aigle royal si loin au dessus de nos têtes, avec son sourire de béatitude, on vient de tirer rudement sur la corde.Les aspirations, y compris celles d'un monde plus sûr pour sa famille, ont pris une sacré gifle. Car il semble y avoir bien de discorde sinon de l'insécurité dans la sienne.Pourquoi Antoine a choisi un tel moment de faire une telle révélation à propos de son frère?Mais réfléchissons. Si Gérard Royal comme membre du DGSE a posé le bombe en juillet 1985 pour faire couler 'Rainbow Warrior', il n'avait que suivit les ordres pour exécuter 'l'Opération Satanique' (nom de code qui contraste bien avec les aspirations célestes de Segoloin). Le Premier Ministre à cette époque était Fabius. S'il était assez 'contaminé' déjà, il avait l'intelligence d'avouer que cette opération fut bien l'oeuvre de la France. Hernu, le Ministre des Armées demissionerait, mais celui qui avait autorisé l'operation était Président Mitterrand lui-même. C'est donc toute la gauche qui doit encaisser ce coup de sel sur la blessure, mais c'est probable que Ségolène ainsi que Fabius soient en première ligne.Peut-être il va y avoir une petite conversation bien tôt entre Sego et Anto.

Mirino 30/09/2006 10:54

Le grand JeuAvec sa voix théâtrale, fataliste et triste, celle d'une prima donna qui, jouant dans son meilleur et peut-être son dernier rôle, reconnaît déjà le poids énorme qu'elle doit assumer toute seule pour accomplir sa mission sacrée, son devoir, son destin.Ségoloin nous berce avec ses phrases et ses formules tous faits qui veulent absolument tout et absolument rien dire :  son bonheur est notre bonheur... qu'elle soit prête pour sa mission de conquête... la France a besoin de l'Europe, l'Europe a besoin de la France... la sécurité pour ma famille, la France.... bref, un beau flou de mauvais poésie, mal récité et ponctué par des beaux sourires.Et ses adulateurs sont complètement séduits, sinon totalement dupés.Tandis que Mr Hollande sort de l'eau trop boudeur et froid pour jouer le role de chevalier. Il ne peut pas s'empêcher de lâcher encore sa critique- qu'il ne veut pas être un candidat de plus, préférant de servir son parti et non l'inverse.Que de talent et de noblesse qui règne à gauche!

cindi 28/09/2006 21:46

On avait en france le sourire de la joconde nous avons maintenant celui de Ségolène... dans les journaux aux infos, sur les blogs. Mais je le dis ce n'est pas l'élection, de Miss France c'est un président de la  république que l'on doit choisir, et un président doit être quelqu'un qui sait parler, défendre la france dans le monde, et non faire des sourires .Tiens ici aussi on parle de rupture.