Dominique De Villepin aux aguets

Publié le par blog-pl-seguillon

Dominique de Villepin est aux aguets . Lucide, le Premier ministre sait parfaitement qu’il n’est pas en position aujourd’hui de prendre part à la course présidentielle. Mais il n’a pas renoncé pour autant. Il a retrouvé la popularité qui était la sienne avant l’épisode malheureux du CPE. La croissance est au rendez-vous. Le chômage devrait continuer de baisser. Le Premier ministre  est quasi assuré d’un bilan honorable. Il ne désespère donc pas de pouvoir , si la cote de Nicolas Sarkozy devait fléchir ou si ce dernier était victime de quelque dérapage inattendu, de pour voir se présenter à l’élection présidentielle au nom de la rencontre entre un homme et un peuple selon la vielle formule gaullienne.

    Dominique de Villepin confie volontiers que Nicolas Sarkozy n’a, à ses yeux, ni la stature ni le sang froid nécessaires à un chef d’Etat.

    Pour l’heure, il se contente de prendre systématiquement le contre-pied de toutes les propositions de Nicolas Sarkozy , du service civil obligatoire à la suppression des régimes spéciaux de retraite. Il n’hésite pas à stigmatiser le manque d’expérience de Nicolas Sarkozy en politique étrangère au point de laisser entendre que son ministre de l’Intérieur, élu président, serait un dangereux électron. Il fait moisson de tout ce qui peut gêner le président de l’UMP. Ainsi l’a-t-on, entendu dimanche soir au Grand Jury,  dire tout le bien qu’il pensait d’une éventuelle candidature de Michèle Alliot-Marie avec laquelle, pourtant, il n’entretient pas des relations particulièrement conviviales.     Tel le chasseur, il guette le moment où sa proie marquerait quelque signe de faiblesse. Pour l’heure, il se contente de chercher à l’affaiblir.

Publié dans blogpls

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mirino 12/10/2006 21:22

Certes Mr de Villpin a la stature présidentielle idéale, au moins superficiellement.Il sait aussi comment séduire, comment trouver et former les mots justes pour faire plaisir aux partisans de la droite.Mais malheureusement il n’a pas convaincu avec son fameux CPE. Pire il voulais alors s’imposer, au lieu de laisser le temps aux premiers concernés, ou bien être plus subtile, faire en sorte que cette jeunesse a l’impression que c’est elle qui ait participé à développer l’idée, enfin la partie essentielle, et acceptable.Il faut de l’humilité, la modestie et davantage d’intelligence pour faire cela, car il va sans dire que personne, surtout un étudiant, n’aime qu’un autre dispose et décrète d’une manière aussi catégorique de son avenir, et ceci même si au fond il reconnaît que l’idée n’est pas totalement insensée.

Si Mr de Villepin n’a pas alors convaincu, c’est aussi parce qu’il n’est pas convaincant. Il n’inspire pas la confiance- sans avoir à se référer à quoi que ce soit d’autre.Si ce commentaire simpliste contient quand même quelques petites vérités, il se peut que Mr de Villepin n’ait pas toutes les qualités présidentielles idéales, sinon essentielles.