Deux conceptions de la politique

Publié le par blog-pl-seguillon

François Mitterrand sur la peine de mort  ( émission "Cartes sur table" - Antenne 2 16 mars 1981 )

"Sur la question de la peine de mort, pas plus que sur les autres, je ne cacherai pas ma pensée. Et je n'ai pas du tout l'intention de mener ce combat à la face du pays en faisant semblant d'être ce que je ne suis pas. Dans ma conscience profonde, qui rejoint celle des Eglises, l'Eglise catholique, les Eglises réformées, la religion juive, la totalité des grandes associations humanitaires, internationales et nationales, dans ma conscience, dans le for de ma conscience, je suis contre la peine de mort [...] Je suis candidat à la Présidence de la République et je demande une majorité de suffrages aux Français, et je ne la demande pas dans le secret de ma pensée. Je dis ce que je pense, ce à quoi j'adhère, ce à quoi je crois, ce à quoi se rattachent mes adhésions spirituelles, mon souci de la civilisation : je ne suis pas favorable à la peine de mort."

                                                                                                

Ségolène Royal sur l'entrée l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne   ( Conférence de presse à l'Assemblée nationale  -11 septembre 2006 )

"Mon opinion est celle des Français. car c'est le peuple français qui doit se prononcer"

Deux conceptions de la politique à vingt-cinq ans de distance. Quelle est votre propore sentiment: une élection se gagne-t-elle en observant les sondages ou en affirmant une ligne politique ?

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mirino 15/10/2006 21:08

Avec respect, Mr Spah, si je maintiens que le sujet de l’entrée de la Turquie à l’Union Européenne est aussi une question de large orientation concernant peut-être le peuple encore plus que le gouvernement, il n’est point pour soutenir la cause de Ségolène Royal.A mon humble avis, utilisant une telle comparaison avec ces deux questions dont les sujets sont incomparables (l’une morale, éthique et légale et l’autre  géographique, ethnique et sociale) n’est pas le meilleur choix  pour illustrer le point. Il aurait été plus incontestable et juste si la même question était posée.Je suis cependant persuadé que le point est d’autant valable qu’importante à faire.  

En tous cas je ne peux pas dire que j’attends avec énormément d’impatience le grand jour où Ségolène va enfin révéler qu’elle a quelque chose à dire.

Brisefer 15/10/2006 08:55

Mme Royale est en phase avec la stratégie de communication du P.S depuis que tous les militants sont des élus. Un seul objetif, sonder, ne pas se mouiller, garder sa place. Le PS est devenu un parti de pétochards.



Gare si jamais un Jean-Pierre Chevènement se présentait. Comme l'ex-president dont vous parlez, voilà l'exemple d'un homme de vision politique, et qui ne remise pas sa langue dans sa poche. Sa visin de l'europe lui en a coûté, car au PS, on n'aime pas les perturbateurs du système en place (regardez aujourd'hui Fabius).



Vive la fin de la sclérose Hollande-Ségo !

jacques 14/10/2006 18:06

Comme il parait qu'environ 80% des journalistes sont de gauche,je ne vois pas de raisons de s'indigner du peu de critiques des médias à l'encontre de S Royal.C'est exactement ce qui s'était passé en 81 entre Giscard et Mitterand et c'est de cette époque que j'ai cessé d'acheter un journal.

Je fais partie des 60% de français qui en ont mare du clivage gauche droite et comme en plus je ne vote jamais pour un fonctionnaire ni pour les extrèmes,mon choix se réduit.Une fois de plus je risque de voter blanc

AGOSTINI Philippe 14/10/2006 16:03

Mitterand a été clair sur la peine de mort, dommage qu'il ne l'ait pas été sur bien d'autres sujets. Ne le cannonisons pas tout de suite.

Ségolène (puisque c'est ainsi qu'on l'appelle) a fait une faute grave par ce qu'elle révèle de la paralysie d'une candidate à la candidature par rapport au parler neuf qui avait fait son succès au début de la pré-campagne.

Fabius traine son boulet de "gauche" choisi par oportunité avec le "non" et ce n'est pas en proposant 100 balles cash (8%) sur le smic qu'il deviendra plus crédible!

Il reste DSK ou Bayrou?

Maryse Chrétien 14/10/2006 11:27

Aucun étonnement dans cette non-prise de position de Ségolène Royal . Plus les mois , les semaines et les jours passent et plus elle se révèle sous son véritable jour : calculatrice et avide de pouvoir.

Par ailleurs, plus l'échéance approche et moins elle a envie de se confronter à ses challengers socialistes. Madame Royal ne veut pas être "ballotée" d'un côté sur l'autre . Je crois surtout qu'elle est beaucoup plus à l'aise dans la presse people et dans les apparences que dans le vrai débat politique où on risque de la découvrir un peu pâlotte , très démago et peu crédible.

Etre ou paraître that is the question !

Maryse 49