AVANTAGE SEGOLENE

Publié le par blog-pl-seguillon

Du dernier débat , j'avais estimé que Ségolène Royal l'avait gagné parce qu'elle ne l'avait pas perdu et ne s'était pas révélée la Bécassine que suggéraient ses compétiteurs. Du débat d'hier soir , je pense que la candidate socialiste  sort vainqueur  parce qu'elle l'a cette fois emporté sur ses compétiteurs .

 

 

Pourquoi a-t-elle pris l'avantage ?

 

 

D'abord, me semble-t-il, parce que le débat s'est organisé autour de ses propres propositions. Celles-ci sont contestables. Leur formulation est souvent improvisée. Ainsi en va-t-il des "comités citoyens" Elles ont été contestées. Mais elles permettent à Ségolène Royal d'apparaître paradoxalement innovante face à un Laurent Fabius engoncé dans le projet socialiste  et à un Dominique Strauss-Kahn enfermé dans l'anachronisme d'une social démocratie allemande. Hier soir, C'est elle qui, physiquement et intellectuellement, était au centre du jeu, ses partenaires ne faisant que se déterminer par rapport à son discours.

 

 

Ségolène Royal était évidement sur son terrain familier et privilégié, plus à l'aise sur les questions de société que sur les dossiers économiques. Dans ce registre, elle apparaît plus crédible et plus convaincante que ses concurrents.

 

 

La candidate socialiste a enfin gagné parce qu'elle a su, avec son flair de communicante,  délivrer, à la différence de ses concurrents deux messages simples. Qu'a-t-on retenu du propos de Laurent Fabius  ?  Une défense sourcilleuse du projet socialiste qu'à la vérité bien peu ont lu. Que reste-t-il dans la mémoire des téléspectateurs du discours trop complexe de Dominique Strauss Kahn ? Peu de choses sans doute. Ségolène Royal est en revanche parvenue à faire passer deux messages simples voir simplistes: une ambition, rendre la parole et le pouvoir aux Français; un programme, « l'Education, encore l'éducation, toujours l'éducation » !

 

 

Deux remarques encore.

 

 

Beaucoup plus à l'aise que dans le débat précédent, la parole plus libre, Ségolène Royal, il est vrai attaquée par ses deux compétiteurs, Ségolène Royal  a été par moment virulente. D'aucun diront qu'elle a ainsi démontré qu'elle avait une autorité naturelle. D'autres, au contraire, expliqueront qu’elle révélait de la sorte sa véritable nature,  cassante autoritaire, méchante! Je vous laisse juge.

 

 

Certains commentaires sur mon blog suggèrent que j'aurais une inclination particulière pour la candidate socialiste, voire plus, machiavélique, que je ne vanterais sa percée que dans l'espoir de favoriser Nicolas Sarkozy ! Analyser n'est pas choisir. Je peux bien sûr me tromper dans l'analyse. Mais cette analyse, croyez le bien ,n'est aucunement sous-tendue par une option partisane.  

 

 

 

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

laffin 04/11/2006 20:51

La presse joue ,le jeux visible de N.S. monter Ségolene plus facile pour lui apres dans un debat non preparé de l'exploser .Qu'un DSK ou un Fabius; bien preparé, nous ne sommes pas les cretins que vous pensez a+

observateur_alien 26/10/2006 10:10

Vous y allez un peu fort M. Seguillon !

 

Moi-même, « ségoliste » convaincu, je ne pense pas que le débat ait été à l’avantage de Mme Royal. Et d’ailleurs aucun des débats ne peut être à son avantage : comme elle est très haut au départ, la tendance la plus probable est qu’elle baisse, ce qui semble confirmé par les sondages (qui, au demeurant, n’ont que peu de pertinence car la population votante du 16 novembre prochain est selon toute évidence très peu similaire à celle des sondés : il semblerait que l’issue du vote réel devrait placer M. Fabius en second derrière Mme Royal alors que les sondages donnent DSK).

 

Votre analyse est peut-être valable du point de vue d’un « communicant » professionnel et dans une vision à plus long terme mais pas dans le cadre de l’enjeu immédiat de ces débats qui est le vote interne au PS.

 

Ce qui est positif pour elle dans ces débats c’est qu’elle acquiert une expérience du genre, d’une part, en apprenant qu’elle devrait mieux soigner la formulation de ses idées et, d’autre part, en s’entraînant à travailler le ton ainsi que la gestion des émotions et de la pression.

 

Je souhaiterais revenir aux sondages consécutifs à ces débats et attirer votre attention d’analyste politique sur le paradoxe qu’ils présentent : une tendance vers la baisse en termes d’intention (fictive) de vote et à la hausse pour ce qui est de sa capacité à convaincre. Ce serait intéressant de savoir comment vous (ainsi que vos collègues du service politique) décryptez cette contradiction.

Eric Gillot 26/10/2006 09:38

Cher PLS,

Visiblement le fossé se creuse entre les Français du monde du travail et .....................ceux des beaux-quartiers, les parisiens branchès, les bobos qui hantent le site de LCI.

Les Français qui travaillent sont crevés en rentrant du boulot, ils n'ont généralement ni le temps ni les moyens de vous envoyer des messages où l'agressivité rivalise avec le parti-pris:     des ayatollahs de l'idée reçue, des Césars du lieu commun et comme toujours chez les fanatiques, l'effet de masse remplace le raisonnement.               L'histoire du monde est pleine d'exemples de ces masses faussement cultivée, refusant de croire toute forme de nouveauté, si prompts à vouloir brûler Galilée..............                                                Courage monsieur Seguillon,  nous sommes entrain de basculer dans un siècle ou la raison est menacée par l'obscurantisme, ou le désir de croire remplace peu à peu le désir de savoir !                           Les bobos, qui sentent le mirage de Mai 68 retomber comme un soufflé deviennent de plus en plus aigris.

Cher PLS, tenez bon !

 

 

 

Eric Gillot 26/10/2006 09:37

Cher PLS,

Visiblement le fossé se creuse entre les Français du monde du travail et .....................ceux des beaux-quartiers, les parisiens branchès, les bobos qui hantent le site de LCI.

Les Français qui travaillent sont crevés en rentrant du boulot, ils n'ont généralement ni le temps ni les moyens de vous envoyer des messages où l'agressivité rivalise avec le parti-pris:     des ayatollahs de l'idée reçue, des Césars du lieu commun et comme toujours chez les fanatiques, l'effet de masse remplace le raisonnement.               L'histoire du monde est pleine d'exemples de ces masses faussement cultivée, refusant de croire toute forme de nouveauté, si prompts à vouloir brûler Galilée..............          &nb

Alexandre 26/10/2006 00:43

Ebichu a raison de le faire remarquer!Chassez le naturel il revient au galop!Mme Royal est surnommé Zapaterreur dans sa région et pour cause,elle est autocrate et ne supporte pas la contradiction et donc elle a eu de nombreux procès aux prudhommes avec ses sulbaternes! Normal qu'elle aimerait jouer au rôle de petite mère du peuple avec ses jury populaires entre autres encadrement militaire,syndicalisme obligatoire etc...Un bien triste avenir pour la France si elle serait élue!