moralement intolérable politiquement irresponsable

Publié le par blog-pl-seguillon

 L’attentisme de la communauté internationale au Proche-Orient est moralement insupportable. Il est politiquement irresponsable.

     Les morts palestiniens, 52 en une semaine dans la bande de Gaza, des rues éventrées, des maisons  détruites par dizaine, des canalisations et des poteaux électriques arrachés, des vergers et des oliveraies rasés, une ville,  Beit Hanoun,  à l’état de ruine… n’agitent guère les chancelleries. Les Etats-Unis ont d’autres chats à fouetter. Georges Bush a trop à faire avec un congrès où il a perdu la majorité et un sénat ou il y a quelque  chance qu’il en aille de même. De tout manière la guerre d’Irak  et le soutien inconditionnel apporté à Israël par l’actuel administration américaine lui interdise un rôle arbitral. L’Europe, tous juste bonne à apporter une aide financière aux Palestiniens, est convaincue qu’elle n’a pas capacité à modifier le cours des choses. Si bien que Tel Aviv peut poursuivre impunément ses opérations punitives sur Gaza sans  qu’aucune capitale occidentale de bronche.

     Quand,  durant l’été, Israël a lancé sa guerre contre le Liban au motif d’en finir avec le Hezbollah, La France puis les Européens et, tardivement, les Etats-Unis se sont mobilisés pour obtenir un cessez le feu et le retrait de Tsahal moyennant le renforcement de la Finul à la frontière israélo libanaise. C’est que les Occidentaux ont craint que le conflit ne fasse tâche d’huile et que la région de n’embrase. En revanche, aujourd’hui tant que les opérations de polices israéliennes  sont circonscrites à Gaza ou en Cisjordanie, peu importe leurs effets. Les chancelleries se moquent bien de leurs conséquences meurtrières et destructrices pour un peuple qui n’en peut mais. Les équilibres mondiaux ne sont pas menacés.

                                                           

     D’aucun, je le sais par avance, vont rétorquer que les Israéliens sont état de légitime défense et qu’ils  ne réagiraient pas de la sorte si les combattants du Hamas cessaient de lancer des roquettes artisanales sur les bourgs israéliens aux franges de Gaza ou si, régulièrement, des kamikazes ne se faisaient pas exploser dans les villes israéliennes. Soit. Ces actes sont condamnables. Mais la meilleure façon de les prévenir, si telle était vraiment l’intention d’Israël, ne serait-elle pas d’accorder enfin,  aux Palestiniens un Etat digne de ce nom,  entendons non pas ces bantoustans ne sont autant que de prisons où une jeunesse sans travail, sans horizons et sans espoir ne rêve que de prendre les armes.

     Quelle références et quels principes peuvent avoir ces jeunes quand il constate qu’Israël n’en respecte aucun et se croit habilité à enlever, comme le ferait un gang,  et emprisonner des ministres au prétexte qu’ils appartiennent au Hamas. A quoi peuvent-ils croire encore lorsqu’on les engage à se conduire démocratiquement à l’instar du voisin israélien et que ce voisin réputé démocratique récuse le résultat des  urnes dès lors qu’il n’est pas celui qu’il espérait.  

     Mais si l’attentisme de la communauté internationale est révoltant du point de vue de la morale, il est peut-être, plus gravement encore, d’une simple point de vue de la real politique totalement irresponsable du simple point de vue de la  real politique.

     Qui ne voit, en effet, que l’attitude d’Israël ne fait que renforcer les éléments les plus extrémistes des Palestiniens ?

     

Qui ne voit que l’opération menée contre Beit Hanoun n’a fait que conforter le Hamas qui apparaît de plus en plus, aux yeux des Palestiniens, comme la seule force capable de les défendre et de leur donner quelque espoir ?

     Qui ne voit que cette répression disproportionnée donne des arguments à ceux qui, à tort ou à raison,  soupçonnent le gouvernement israélien de n’avoir d’autre objectif que de réduire peu à peu les Palestiniens en sorte de n’avoir plus qu’à leur accorder un jour quelques territoires fragmentés où ils seront parqués comme des indiens dans leurs réserves ?

  Qui ne voit enfin que la politique du gouvernement israélien  renforce l’ islam intégriste  dans les territoires palestiniens ? Qui ne voit enfin qu’elle nourrit une haine croissante des populations de ces régions à l’encontre d’un Occident jugé partisan et injuste, de fait, dans le conflit israélo-palestinien.

   Il est bien de proclamer, comme le font toutes les chancelleries occidentales que deux Etats doivent pouvoir cohabiter, un Etat israélien qui a le droit de vivre en sécurité dans des frontières sûres et reconnues et un Etat palestinien économiquement et humainement viable. Mais s’en tenir à l’incantation  platonique est hypocrite et lourd de conséquences pour l’avenir. Il ne faut plus se raconter d’histoire :il n’y aura de solution à ce conflit qu’imposée de l’extérieur aux deux partie et d’abord à Israël. Et cela ne pourra se faire que s’il y a parallèlement une maturation interne de l’opinion publique israélienne.  

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mirino 17/11/2006 16:33

Cher Mr Ebichu,Comme on ne peut pas récrire l'histoire il n y a pas de retour, certainement pour  les Iraqiens. L'opinion des uns et des autres à l'égard da la sagesse de l'idée initiale de faire tomber un régime tyrannique n'est plus relevante. J'ose simplement suggérer que le choix de la démocratie du peuple était un événement assez importante pour mériter au moins un petit geste positif et symbolique de la part de la France qui, d'après tout, défende en principe aussi la démocratie. Je ne crois pas que les 22 pays démocratiques contribuant aux forces de la coalition, soient négligeable non plus.À l'égard de la politique étrangère de la France, surtout concernant le Proche-Orient, si la France a une responsabilité exceptionnelle à cause de sa relation particulière avec le monde Arabe, je ne suis pas persuadé qu'elle l'assume d'autant qu'elle puisse pour contribuer positivement à la sécurité International. Sa relation ambiguë avec le Hezbollah en est un exemple. Son attitude à l'égard d'Israël et sa manière de bouder les iraqiens sont des autres. Rien donc n' y semble très net. Je ne crois pas que une telle politique reflète trop la volonté des français. Vous êtes un peuple trop fier pour suivre trop longtemps une politique d'autruche.Pour Israël et Palestine, au contraire, l'interposition n'a jamais marché. J'ai une tendance à croire néanmoins qu'il y ait peut-être plus d'espoir actuellement que jamais auparavant. Espérons au moins que ce soit vrai.

Mirino 15/11/2006 22:11

Cher Mr Ebichu,



‘To cut and run’ comme on dit en anglais, n’ajouterait qu’au mal en Iraq. Sans la présence des forces de coalition la guerre civile sera une bien pire réalité que ce ne soit le cas actuellement.



Si j’ai fait allusion au soutien de la France pour aider à consolider cette démocratie nouvelle née, c’était que son absence ‘frappante’ à cet événement si important pourrait être interprétée comme une condamnation.

Par contre la présence d’une France avec son influence considérable au monde Arabe, pour féliciter et soutenir le peuple qui venaient de choisir leur liberté, les aurait certainement encouragé.

Jamais je n’ai prétendu que ce geste aurait résolu les problèmes, mais il n y a pas de doute qu’il aurait été beaucoup mieux que rien de tout.



C’est d’ailleurs une raison de plus pour ne pas confier une responsabilité aussi importante (la politique étrangère) à une seule personne qui risque même d’être tentée de donner priorité à sa propre vanité au lieu de donner sa bénédiction à un peuple qui avait tellement besoin.

Mirino 15/11/2006 18:21

Cher Mr Ebichu,



‘To cut and run’ comme on dit en anglais n’ajouterait qu’au mal en Iraq. Sans la présence des forces de coalition la guerre civile sera une bien pire réalité que ce ne soit le cas actuellement.



Si j’ai fait allusion au soutien de la France pour aider à consolider cette démocratie nouvelle née, c’était que son absence ‘frappante’ à cet événement si important pourrait être même interprétée comme sa condamnation.

Par contre la présence d’une France avec son influence considérable au monde Arabe, pour féliciter et soutenir le peuple qui venaient de choisir leur liberté, les aurait certainement aidé.

Jamais je n’ai prétendu que ce geste aurait résolu les problèmes, mais il n y a pas de doute qu’il aurait été beaucoup mieux que rien de tout.



C’est d’ailleurs une raison de plus pour ne pas confier une si importante responsabilité (la politique étrangère) à un seule homme qui risque même d’être tenté de donner priorité à sa propre vanité au lieu de donner sa bénédiction à un peuple qui avait tellement besoin.

Noé 15/11/2006 09:08

merci PLS pour cette article lucide et objectif

Mirino 14/11/2006 18:01

Je suis plutôt d’accord avec Mopsus.

Il a fallu quand même que les Syriens partent de Liban, et si la France avait davantage de responsabilité de veiller que le Hezbollah ne prenne pas trop avantage de la situation par la suite, c’était aussi la responsabilité de l’Europe et les EU.

Il aurait fallu qu’avec le soutien de l’ONU le Hezbollah soit désarmé suivant la résolution 1559. L’ONU a une lourde responsabilité en considération des conséquences de ne pas avoir trop insisté sur cette résolution.



Mais la France semble avoir une politique étrangère floue et ambiguë au Proche Orient. Sa manière complaisante avec le Hezbollah est incompréhensible en considération des objectifs ouvertement déclarés par ce dernier, son histoire y compris sa responsabilité concernant le massacre des 58 militaires français à Beyrouth en 1983.

On se demande même si Mam, avec ses ambitions présidentielles se rende bien compte de cette histoire, car faire une drame pour la foule à cause d’un vol bas d’un avion de chasse Israélien pendant que l’on répare les routes pour le Hezbollah, semble indiquer bien le contraire.

Et ne serait-il pas la responsabilité de Président Chirac, qui aime tant le Liban, d’insister que le Hezbollah soit désarmé en accord avec la résolution de l’ONU et sous la surveillance du FINUL, justement pour éviter la possibilité d’une autre tentative folle du Hezbollah, suivie d’un autre contrecoup d’Israel envers le Liban?



La France, avec sa relation plus proche au monde Arabe, a quand même une responsabilité plus importante que jamais aujourd’hui.

Malgré les opinions pour ou contre l’intervention en Iraq par exemple, qu’elle soit une idée mauvaise ou non, lorsque tout un peuple choisit librement et vote massivement pour la démocratie, on les soutient.

On pourrait aussi se demander si la France avait été présente pour les soutenir et les encourager à ce moment là, si son engagement et sa contribution n’auraient pas eu un effet déterminant et positif pour les Iraqiens. C’est le temps et l’histoire qui jugera.