QUI TROP EMBRASSSE ... (1)

Publié le par blog-pl-seguillon

    

Nicolas Sarkozy auquel on ne peut reprocher un manque de flair politique, a fort bien mesuré le danger que représentait le plébiscite dont a bénéficié Ségolène Royal au sein du parti socialiste. La candidate de la gauche sort bien évidemment renforcée de ces primaires et peut désormais se consacrer totalement à la campagne présidentielle. Elle risque donc de prendre un train d’avance sur le président de l’UMP qui n’a toujours pas annoncé officiellement sa candidature et qui doit supporter les banderilles du Premier ministre, la mauvaise humeur d’une   Michèle Alliot-Marie dont on ne sait si elle sera ou non candidate et d’un Président de la République qui se comporte très exactement comme s’il avait la secrète intention de briguer un nouveau mandat.

     Le ministre de l’Intérieur a donc décidé de presser l’heure de l’annonce de sa candidature. Il pourrait le faire autour du 30 novembre à l’occasion d’une émission de télévision sur France2.

     Cela lui suffira-t-il pour prendre son envol, autrement dit pour se donner cette tranquille épaisseur qui sied à un candidat - pour reprendre une expression de Jean-Pierre Raffarin , et pour  être en mesure de rassembler son camp en dépit des efforts de quelques uns pour l’en en empêcher?

     Il ne faut guère se faire d’illusion. Une campagne présidentielle se joue sur le tempérament, le caractère des candidats et l’image qu’ils donnent d’eux mêmes  plus – on peut le regretter mais c’est ainsi- que sur les programmes.

Miser sur l’inexpérience ou l’incompétence supposées de Ségolène Royal serait une erreur. C’est ce qu’ont fait ses compétiteurs socialistes, Laurent Fabius ou Dominique Strauss Kahn avec le succès que l’on sait !

    

     Ségolène Royal est une femme. C’est, dans l’air du temps, un avantage sur Nicolas Sarkozy.

     Elle a réussi, jusqu’à présent, avec son slogan de la démocratie participative, à donner d’elle-même l’image d’une candidate qui se veut proche des citoyens et au milieu du peuple auquel elle dit vouloir rendre la parole.

     Pour Nicolas Sarkozy , demeurer ministre de l’Intérieur, président du Conseil général des Hauts de Seine ( dont le budget équivaut à celui de la Grèce), président de l’UMP et néanmoins se vouloir candidat «  naturel » plein et entier à l’élection présidentielle est sans doute une erreur.

     Ministre des polices,  il apparaît sans cesse sur les écrans de télévision entourés d’une escouade de gardes du corps et de bataillons de CRS. Ce n’est pas du meilleur effet face à l’image de la  blanche et virginale Ségolène Royal .

     Ministre des banlieues, il n’est pas à l’abri d’une nouvelle flambée de violence et des dérapages qui peuvent s’en suivre.

     Ministre du gouvernement, il peine à conjuguer solidarité et « rupture ».

     Ministre, président de l’UMP, président du Conseil général du 92, il accrédite le reproche fait aux hommes politiques d’être des cumulards et surtout, épuisé par tant d’activisme,  - il suffit de constater la fébrilité et la nervosité physiques qui l’habitent, il  donne tout sauf l’image d’une force tranquille !

     Quels que soient les avantages que lui procure sa présence au gouvernement ( protection contre les coups politiques tordus – c’est lui-même qui l’a expliqué, visibilité naturelle, intendance confortable ) ne devrait-il pas, du point de vue de son propre intérêt,  annoncer à la fois sa candidature et sa démission de la place Beauvau , voire de la présidence de l’UMP ?

 

Quel est votre sentiment sur ce sujet ?

(1)... mal étreint !

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Gillou - Paris 24/11/2006 12:26

Cher Eric Gillot, avant d'affirmer renseignez vous, Sarkosy n'a jamais voulu abolir la loi de 1905, il demande (comme il l'a fait devant les maires) une réflection sur le financement des mosquées (qui n'est pas autorisé dans cette loi). Pour le reste si vous etiez assez Sarkosyste je trouve que votre veste se retourne facilement (pour avoir serré la main du Président des états unis, une broutille, repris nauséabondement  par des anti-Sarkosiste qui serait très heureux de faire de même). Si vous attendez d'être d'accord à 100 % pour apporter votre suffrage à un candidat (te) je vous souhaite bon courage, car le candidat parfait n'existe pas.

Mirino 23/11/2006 16:57

Bien que j’apprécie l’opinion de Mr Jean-marie wolff, je crois que ce serait plutôt dans les intérêts de Nicolas Sarkozy de se dissocier du gouvernement dès le début de 2007 ou en même temps qu’il annonce sa candidature. Tant qu’il reste une partie de ce gouvernement du quel on devient lasse à cause de ses chefs, il n’incarne pas nettement l’alternative, le changement ou la fameuse ‘rupture’. D’ailleurs en le quittant, sans faire trop de fracasse et en restant pour quelques temps dans les coulisses par la suite, il seraitlibre de mieux s’exprimer, et sa personnalité devrait en sortira encore plus renforcée.

Eric Gillot 23/11/2006 14:42

Cher Monsieur Claude DUBOIS,  Je ne dis pas que votre message est de mauvaise foi parce-que vous n'êtes pas d'accord avec moi.   Je ne dis pas qu'il est de bon ton de dire que les USA sont une nation hautement démocratique.   Et surtout je ne vous prête pas des idées absurdes comme d'applaudir Le 1er ministre Iranien ou tout autre supposition gratuite.   Dans un blog, une seule chose est de bon ton, c'est de ne pas faire de procès d'intention !   Je respecte le fait que vous trouviez intelligent d'abolir la loi de 1905, de serrer la main de Bush, de passer la banlieue au Karcher (en sachant que vous n'avez pas d'eau à mettre dans le dit Karcher), j'en passe et des meilleures.   Il y a un an, j'étais assez Sarkozyste, plus en tous cas que Fabiusien ou DSKiste.   Les choix récents de Mr Sarkosy  n'étant pas les miens, j'espère Mr Dubois, que vous voudrez bien  m'en excuser !

Claude Dubois 23/11/2006 13:20

Cher Monsieur PLS,

Il est de bon ton chez certains de vos correspondants de tirer à vue sur Sarkosy, souvent d'ailleurs avec mauvaise foi. Je pense par exemple à Mr Gilot qui écrit que Sarkosy s'est tiré une balle dans le pied en allant faire allégeance au Président Bush.

Il ne faut quand même pas exagérer.

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, le Ministre de l'Intérieur se rend aux Etats Unis pour rencontrer certans de ses collègues, ce qui est tout à fait dans ses prérogatives. Au cours de son séjour, et d'ailleurs avec l'accord de Chirac, il est reçu par le Président des Etats Unis. Quel crime ! Et en plus il lui serre la main. Quelle honte !

Le Président Bush est quand même le Président de la nation la plus puissante du monde, nation hautement démocratique, qui vient d'être honorée par l'attribution de plusieurs prix Nobel.

Je rappelle pour mémoire ( certains semblent en manquer ) que les USA nous ont délivrés du nazisme et protégés du communisme. On peut peut-être  leur en être un peu reconnaissants, et si certains leur glissent parfois un petit mot de remerciement, ce n'est pas plus mal.

Ah, si Sarkosy était allé serrer la main de grands démocrates de la planete, comme Fidel Castro ou comme le Président de l'Iran qui veut détruire Israël, ou comme certains dictateurs africains, alors quel bonheur ! Il n'aurait aucun problème car tout serait politiquement correct.

 

Gillou - Paris 23/11/2006 12:44

Pourquoi reproche t'on à un politique son cumul de mandats, mais que l'on passe sous silencece grand nombre de personnes qui sevissent dans les différents médias (TV, journaux, radios, voir même producteurs) mais ceci est moins visible et pourtant ils cumulent.

Arrétons cette hypocrisie !!!

Madame Royal préfère faire une visite à la réunion des maires plutôt que de sièger à l'assemblée nationale (alors qu'elle est rémunérée pour) ou se discute la loi sur la délinquance.