Diplomatie à vue !

Publié le par blog-pl-seguillon

    

    Ségolène Royal a inventé une nouvelle approche diplomatique que l’on pourrait qualifier de  diplomatie à vue à l’instar de la navigation à vue.

     La droite française  était sans doute mal venue de lui reprocher sa rencontre avec le Hezbollah. Une délégation de parlementaires libanais,  dont des élus du Hezbollah, a été accueillie à l’Assemblée et  au Sénat il y a quelques mois sans que nul n’y trouve à redire. Le Hezbollah est un parti qui participe au gouvernement libanais. De même, il est fort possible que l’interprète qui traduisait les propos du député shiite Ali Amar, membre du Hezbollah,  ait passé sous silence la comparaison de l’occupation israélienne de terres arabes avec l’occupation allemande de la France lors de la deuxième guerre mondiale. Là encore l’affaire a été volontairement exploitée par la droite française. Elle n’a pas valu à Ségolène Royal de critiques de la part des autorités israéliennes qui l’ont fort bien reçue.

      Ce qui devrait bien plus inquiéter est la variation et l’inconstance des propos tenus par la candidate socialiste selon les situations, selon les circonstances et au gré des interlocuteurs rencontrés.

                                                                                      

      Au départ de son périple au Proche-Orient Ségolène Royal promet de rencontrer tous ceux qui sont démocratiquement élus. Son entrevue  au Liban avec un député du Hezbollah lui ayant valu une polémique franco-française, elle renonce à rencontrer des représentants du Hamas

       Lorsque, devant elle, le député shiite libanais, Ali Amar, dénonce la « politique folle» des Etats-Unis, Ségolène Royal acquiesce en expliquant qu’elle partage beaucoup de choses avec son interlocuteur notamment son analyse des Etats-Unis. Devant la surprise créée chez les journalistes par cette déclaration, elle corrige plus tard qu’elle voulait parler de l’Administration américaine actuelle.

      Au Liban, Ségolène Royal dénonce le survol de la Finul par les chasseurs israéliens. A Jérusalem elle les justifie !

     A Beyrouth elle stigmatise la politique de Bush. En Israël elle se fait plus radicale que les Etats-Unis ou les Européens en réclamant  que non seulement l’accès du nucléaire militaire mais également l’accès du nucléaire civil soit refusé aux Iraniens. Ce qui est d’autant plus étrange  que Téhéran est depuis longtemps sur la voie du nucléaire civil et qu’on ne voit pas sur la base de quelle législation internationale on serait en droit de le lui interdire.

     A Gaza Ségolène Royal tient un discours de compassion pour les Palestiniens. A Jérusalem elle trouve que la construction d’un mur séparant Israël des territoire palestiniens et contribuant à l’asphyxie économique de ces derniers n’a rien de choquant sinon peut-être une partie de son tracé !

     Certes, il faut se garder de l’arrogance et de la suffisance  stupide de certains diplomates ou pseudo spécialistes des questions d’Orient qui estiment avoir le monopole de la compréhension de cette région du monde. Voilà cinquante ans qu’ils se gargarisent de leur science de l’Orient compliqué. Voilà cinquante ans qu’ils n’ont pas trouvé l’once d’une solution à son instabilité chronique. Mais ce n’est pas non plus en tenant des discours à géométrie variable selon les lieux et les interlocuteurs que Ségolène Royal se fera «  facilitatrice » - selon son expression  d’une solution au Proche-Orient. La navigation à vue en diplomatie est un exercice périlleux. La candidate socialiste  vient d’en faire l’expérience. La séduction incontestable exercée sur ses différents interlocuteurs ne suffit pas à dissiper un sentiment de grande improvisation.  A moins qu’il ne s’agisse d’une démarche mûrement réfléchie et qui consiste, sur le terrain extérieur comme sur le terrain intérieur, à dire à chaque interlocuteur ce qu’il à envie d’entendre !

                                                                                                             

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mirino 13/12/2006 16:03

Avec tous ses manoeuvres hâtives, impropres et irréfléchies

entreprises uniquement pour gagner quelques points présidentielles de plus et se mettre, elle imagine, devant, sans trop d’égards aux problèmes enracinés très graves de Proche-Orient, on est tenté de faire un parallèle avec StarAc’.

Non pas pour comparer la scène politique avec celle de l’école vers la célébrité éphémère et nationale de divertissement- comparativement sincère et en tous cas plus sensible et moins hypocrite. Il s’agit de comparer l’évolution de la tendance de vote, d’autant intéressante qu’incohérente, de la jeunesse voire le peuple.

Ne pourrait-on donc poser la question à propos de la validité de la démocratie lorsqu’il n’est pas manifeste que l’intelligence moyenne n’atteigne plus les hauteurs vertigineuses (pour ne pas dire- soit en chute libre)?



Peut-être Chevènement dans sa mure lucidité a bien compris ce phénomène et a ainsi parié son âme sur le sourire trompe-l’oeil qu’il estime donc gagnant.

Et en regardant autour de nous on voit la même incohérence chez les voisins. Le choix navet médiocre des dernières élections d’Allemagne, et à l’envers, le manque total d’appréciation pour Blair en GB.

Mais quoi qu’il arrive, il y a sans doute une bonne raison dont on n’est pas censé de savoir. De tels petits soliloques inutiles comme celui-ci ne peuvent jamais changer l’ordre magnifique de telles choses.

Et ainsi un jour nous allons tous atteindre les étoiles n’est ce pas, tout comme les gagnants aussi bien choisis de ‘StarAc’.

CODINA Alain 11/12/2006 10:20

LES LECONS DE DIPLOMATIE DE L'UMP

Il est toujours bon de recevoir une leçon de diplomatie de la part d'expert en la matière.

Les bons conseils de DOUSTE-BLASY sont de bonne utilité. Quand ce dernier, en visite au musée de YAD YASBEN, s'étonna publiquement qu'aucun juif ne fut assassiné ou déporté pendant la seconde guerre mondiale. Lui, qui il y a peu déclarait que l'IRAN jouait un rôle participateur appréciable au Moyen-Orient. La diplomatie, selon DOUSTE-BLASY, c'est l'art et la manière de la bourde. Alors, on peut apprécier à sa juste valeur, ses conseils d'expert.

La manoeuvre partisane est apparue au grand jour et la mayonnaise n'a pas pris lorsque l'Ambassadeur de France au LIBAN a confirmé la version de Ségolène ROYAL.

Sur le nucléaire iranien, chacun d'entre nous sait qu'en l'état, lui permettre de développer le nucléaire civil revient à lui donner, à court terme, les clés du nucléaire militaire.

Si, je puis vous donner un conseil à notre plus grand Ministre des Affaires Etrangères, avant de nous donner des leçons, il conviendrait de sa propre exemplarité. Et, surtout d'avoir un bilan, un bon bilan et c'est loin d'être le cas de DOUSTE-BLAZY, qui avec son dynamisme et sa compétence a fait de la diplomatie, l'art de reporter les décisions jusqu'à ce que les problèmes se résolvent d'eux-même.

Mirino 10/12/2006 10:08

Pour que l’on sache, à propos du ‘Baker report’.Le Président Jalal Talibani ainsi que le chef de Kurdes estiment que les propositions de ce report sont inappropriées et non réalistes. L’idée de centraliser davantage le gouvernement est en outre non conforme avec la constitution Iraqienne.L’idée de demander l’aide de l’Iran et de la Syrie- qui attisent plutôt les flammes en Iraq- est aussi jugée inappropriée.

Bref ils estiment que ce report est rédigé plutôt pour le bénéfice des Américains que pour Iraq.

Badji 08/12/2006 21:49

cher Mr Seguillon

Ségolène vient d'être interrogée sur france 2 au 20h , j'aimerai savoir combien elle a fait en part d'audiance entre le debut et la fin de son intervention. La fois derniere sur tf1 vous vous etes donner tant de mal pour nous donner "un scoop" en disant que Tf1 avait perdu 1million de telespectateurs au moment de son intervention. je vous pose cette question car je sais que vous vous interessez à ces détails "hautement" importantes pour un journaliste de votre rang.

Je vous estime beaucoup car je sais que vous etes un professionnel mais là j'avoue que c'est leger de votre part.

cordialement

Carole 08/12/2006 09:48

Une fois de plus, je suis tout à fait d'accord avec Monsieur Séguillon.

C'est tellement facile d'accuser les traducteurs, de changer de discours suivant l'interlocuteur. Malheureusement, cela marche !