L'affranchi

Publié le par blog-pl-seguillon

Rendons à César ce qui revient à César et à François Bayrou ce qui revient à François Bayrou. Son positionnement d'affranchi  des deux grands partis « de la revanche perpétuelle», le PS et l’UMP, deux partis qui se  succèdent au pouvoir, l’un après l’autre, qui se remplacent à chaque élections, qui se rejètent mutuellement chaque fois la responsabilité de la situation du pays et qui n’ont de cesse sitôt arrivé au pouvoir que de défaire ce qu’a fait le prédécesseur,ce positionnement donne au président de l’UDF une liberté de parole exceptionnelle. Il peut ainsi, comme il l’a fait hier soir à Lille se montrer plus sarkozien que Nicolas Sarkozy sur les questions de l’emploi et des trente-cinq heures, plus chiraquien que Jacques Chirac sur l’Irak et le Proche-Orient, plus royal que Ségolène Royal en matière de réforme de notre démocratie.

Ce laboureur en campagne qui se refuse à semer les illusions ne manque pas d’originalité.

 

 

Publié dans blogpls

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

palloporo 17/12/2006 22:58

Comme vous dites M. JLS, son positionnement d'affranchi des "deux grands partis" le PS et l'UMP (à noter que ces "deux grands" ne représentent que moins de 40% de l'électorat), lui donne une exceptionnelle biberté de parole. Peut-être, mais c'est beaucoup et pas grand chose à la fois. Je continu à penser que M. Bayrou s'obstine à rechercher une troisième voie, qui n'est plus évidente dans le nouveau paysage politique. Que l'on soit d'accord ou pas, la bipolarisation politique s'accomplira malgré les opposants politiques. Les électeurs l'imposeront par leur vote, tout comme ils ont imposé le NON à l'Europe. Le seul thème que M. Bayrou aurait pu développer avec insistance eut été sa référence au projet de reforme des Institutions nous menant vers une République à régime Présidentiel direct, dont le Président serait élu pour cinq ans renouvelables une seule fois. Mon seul point commun avec M. Bayrou. Mais, comme d'autres politiques avant lui, M. Bayrou a abandonné cette idée, qui fut la sienne pendant longtemps, pour se "lancer" à la recherche d'un hypothétique rassemblement multicolore que la majotité des électeurs rejettent (c'est mon avis). La bipolarisation politique répond à une question: Etre ou ne pas Etre. Donc il ne peut y avoir que deux réponses possibles à une question: OUI ou NON.Point. Tout le reste c'est du bla bla bla!

MARTIN Robert 17/12/2006 21:44

La surprise du soir du 1er Tour n'en sera pas une tant il me semble évident qu'il finira président....

J'invite les lecteurs du site à aller sur le web écouter son discours....

M. Sarko ne sera pas élu car de nombreux électeurs de la droite Social Démocrate dont je fais parti ne voterons en aucun cas pour lui...

Quand à Ségolène et le PS... Que dire ??? c'est le néant....

BACHAUD YVAN 17/12/2006 18:22

M.BAYROU pour tenter d'exister au plan médiatique  feint de croire à la voie centriste alors qu'il a toujours été prouvé  qu'elle n'existe pas !

Pendant toute la législature il a critiqué le gouvernement et fait parfois des propositions d'amendement de bon sens évidemment rejetées par l' Etat UMP..Mais c'est un jeu de rôles.

Si M.BAYROU avait souhaité une VERITABLE concertation avec le Gouvernement et surtout avoir une chance de voir donner force de loi à ses propositions de réformes, il avait un moyen simple et démocratique de pouvoir faire donner force de loi à ses propositions.

Il aurait fallu que l'UDF commence par mettre à l'ordre du jour de l'assemblée une proposition de loi en faveur du référendum d'initiative citoyenne ou populaire que l'UMP n'aurait pas pu ne pas voter puisqu'il est expressément inscrit dans la profession du second tour 2002 de J.CHIRAC et  que le RPR l'avait déjà promis dans l'année 93..Et cela d'autant moins que

- 82 % des Français sont POUR (sondage Sofres pour «Lire la politique» du 12 mars 2003).

 



- 88 % des Français pensent «qu’il faudrait faire un Référendum si un nombre élevé de gens le  demandent»

 



 page 112 dans «La Démocratie à l’épreuve» Gérard Grunberg (Presse de Sciences Po).

 





OR M. BAYROU qui a un doute profond sur les capacités du peuple ne l'a pas fait.

MIEUX ni lui ni aucun député UDF n'a proposé le moindre amendement en faveur du RIC communal ou régional..lors de la discussion de la loi scélérate sur la décentralisation du 13.98.2004.

M. BAYROU a tort



Nul doute en effet, qu’il y a les 43 MILLIONS D'ADULTES,dans dans la diversité des métiers de ce peuple, qui a fait de notre pays ce qu’il est, toutes les compétences et tous les niveaux d’expertise pour élaborer des réformes profondes et elles transpartisanes.



" RIEN N'EST PLUS FORT QU'UNE IDEE DONT L'HEURE EST VENUE"



YvanBachaud



 





 

 

poulet 16/12/2006 21:36

Hélas, la troisième voie choisie par Monsieur Bayrou n'existe pas et n'a aucune chance d'exister.

Qu'il serve de "poil à gratter" aux partis qui nous gouvernent, cela peut être positif mais quelques soients ses acrobaties médiatiques, il n'ira guère au-delà.

Il vaudrait bien mieux pour lui qu'il se cantonne à son rôle d'historien érudit béarnais!!!!

jBreizhmaine 16/12/2006 10:09

Bonjour,Si la surprise pouvait arriver au soir du 22 avril... Il y en a qui feraient une drôle de tête !Bonne journée