PESER POUR EXISTER

Publié le par blog-pl-seguillon

 

Jean-Louis Borloo l’a répété hier soir au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, il ne sera pas candidat à la présidentielle. Mais le co-président du parti radical veut néanmoins se faire entendre et exister dans une campagne présidentielle qui le conduira trop  évidemment, in fine, à soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy

    Ainsi, a-t-il de nouveau énoncé hier soir les cinq leviers « vitaux » que devrait actionner le nouvel hôte de l’Elysée : l’éducation et la formation, le pouvoir d’achat, la protection sociale, l’écologie et la justice sociale territoriale.

    Mais s’il martèle avec force que son choix dépendra de la manière dont les candidats accepteront de faire leur ces cinq défis, Jean Louis Borloo se montre particulièrement flou et confus chaque fois que ses interlocuteurs cherchent à lui faire préciser ce que recouvre exactement ce programme en cinq points. Impossible, par exemple, d’obtenir de lui qu’il précise les autres assiettes sur les lesquelles il voudraient que fussent  transférés «  les 300 milliards d’euros » qui pèsent aujourd’hui sur le travail. Impossible de savoir s’il veut ou on encore augmenter le budget de l’Education nationale qui est déjà le premier budget de l’Etat. Impossible encore de savoir dans quelle proportion il souhaiterait que fût accrue la péréquation entre départements ou communes riches et départements ou communes les plus pauvres.

     On sent bien que le propos de Jean-Louis Borloo est de peser aujourd’hui dans la campagne pour exister demain dans l’orbite de Nicolas Sarkozy dont il prétend incarner le pôle social. Jean-Pierre Raffarin , qui souhaite incarner l’héritage giscardien dans la mouvance sarkozienne, comme Michèle Alliot-Marie ou François Fillon , qui veulent incarner l’héritage gaullien,  n’agissent pas autrement.

     Mais comme Jean-Louis Borloo est un personnage à la fois fort politique et néanmoins très sincère, il confie, une fois les projecteurs éteints :  «  Au fond, personne n’est capable de dire ce qui va se passer dans ce pays où l’extrême gauche est quasi aussi puissante que la gauche et où l’extrême droit risque de dépasser la droite républicaine ! »   

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

palloporo 26/12/2006 23:46

Comme souvent, votre analyse est très pertinente; ici dans sa globalité. Car, je relève des nuances qui me donnent à réfléchir sur celles qui étaient mes pensées sur les Politiques que vous citez. Vous dites que l'on sent bien que M. Borloo veut incarner le pole social dans l'orbite de M. Sarkozy; que M. Raffarin souhaite incarner l'héritage Giscardien; que Mme Alliot-Marie ou M. Fillon l'héritage Gaullien. Je croyais M. Raffarin, grand Ami de M. le Président, donc Chiraquien même s'il avait d'anciens parents centristes; je croyais Mme Alliot-Marie encore plus Chiraquienne que M. Chirac; M. Fillon Gaullien à la même enseigne que Mme Alliot-Marie, alors qu'un abîme les sépares. M.Borloo veut peser dans la campagne de M. Sarkozy en proposant ses "cinq leviers vitaux", qui en font six. 1- l'Education. 2- la Formation. 3- le Pouvoir d'achat. 4- la Protection sociale. 5- l'Ecologie. 6- la Justice sociale territoriale. Ici je voudrais que l'on m'explique ce que c'est la "Justice sociale territoriale". (Territorial: qui concerne un territoire. Territoriale: territoriale ou armée territoriale. Larousse) Quant aux cinq premiers leviers, c'est le credo de tout autre candidat. Dans votre post du 13.12.06, J.L. Borloo au Grand Jury, vous nous avez demandé de vous soumettre des questions à poser à M. Borloo; je n'ai pas entendu en poser une seule d'aucun internaute. M. le Ministre parle de déplacer 300 milliards d'euros d'un côté sur un autre, etc...Comme je le disait dans mon commentaire n°6 de votre post, il ne suffit pas d'allouer des millions d'euros pour rénover les HLM; il ne suffit pas de faire des construtions à "pas chères" au prix d'achat, mais il faut des constructions à "pas chères au prix des cherges locatives", pour les locataires, et des charges "tout court" pour les proprietaires. Tout ceci n'est pas explicite dans les "leviers" de M. Borloo. M. le Ministre a eu beaucoup de chance de passer à travers les orages des Gouvernements Raffarin et De Villepin popur entrer dans une polémique électorale (je le comprends) qui assurement le desservirait dans un proche avenir. De toute évidence, le problème qui se pose à M. Borloo, vu qu'il a renoncé à présenter sa propre candidature, est de savoir jusqu'où ira M. Sarkozy dans ses "concessions". Mais peut être que M. Borloo n'a-t-il pas plus raison dans ses propos en voix off?

thomas 19/12/2006 12:03

En cette période pré-présidentielle, vous nous faîtes rencontrer tout un panel de personnalités politique de tous bords.

pourquoi ne pourriez-vous pas leurs poser a tous,qelques questions simples sur :

L'exception Française , son utilité ou non,  le maintien des régimes spéciaux, le service minimum, le maintien ou non des 35 heures, l'age des départs à la retraite.

Ce genre de question simple qui pourrait nous permettre de nous faire une meilleur opinion sur le devenir de notre avenir, et que l'on puisse voter en toutes connaissances de causes.

Merci

Eric Gillot 18/12/2006 18:54

Cher PLS,  Beau papier sur Mr Borloo pour qui j'ai beaucoup d'estime, bien que lui aussi soit assez limité en matière d'économie. Depuis le ralliement (hier soir chez Moaty) de Ségolène au vide sidéral économique du programme du P.S., je ne sais plus du tout pour qui voter, et Borloo aurait été une alternative.    A ce jour, aucun des candidat n'a osé nous dire comment va être opéré la rupture avec le régime socio-fiscal qui nous étrangle depuis 30 ans.  Et la presse ne joue pas son role puisqu'elle ne met pas les politiques devanr leur responsabilités.  Mr Apathie joue les "cadors" mais ne comprend pas bien comment on peut sortir la France des sables mouvants, au sujet de Beytout je ne dis rien pour ne pas être grossier, et vous Mr Séguillon, vos questions sont pertinentes mais trop neutres et trop rares.

ll 18/12/2006 14:10

Bonjour M PLS

Ce queje retiens surtout du grand jury c'est comment vos collègues (plus que vous) ont lourdement insisté si ce n'est "cuisiné" M BORLOO pour connaitre son choix (Sarkozy ou pas ) :)