Derniers voeux présidentiels!

Publié le par blog-pl-seguillon

  

   

 

    Dimanche soir, pour la douzième fois consécutive et sans doute pour la dernière fois, le chef de l'Etat   adressera ses voeux de nouvel an aux Français.

   Que de promesse faites au fil des années dont certaines furent tenues, beaucoup oubliées et quelques unes différées. Telle est la loi du genre. Les prédécesseurs de Jacques Chirac à l'Elysée n'ont pas échappé aux inconvénients de ce genre littéraire.

    Après ces voeux, il ne restera plus à Jacques Chirac que quatre mois  de règne à moins, ce qui relève aujourd'hui du plus improbable, qu'il ne décide au dernier moment de se représenter et soit réélu contre toute attente. Ce scénario écarté, la situation de Jacques Chirac fait exception dans l'histoire de la Cinquième République.

     Le général de Gaulle a quitté brutalement le pouvoir sur un référendum perdu. Georges Pompidou, vaincu par la maladie, n'a pu aller au terme de son mandat. Valéry Giscard d'Estaing a du quitter l'Elysée battu par François Mitterrand. Ce dernier a fait en 1995 des adieux qui ressemblaient déjà à la mise en scène de sa propre mort jugée inéluctable alors même qu'il se savait condamné.

      Jacques Chirac devrait  donc être le premier président de la Cinquième République à quitter l'Elysée après deux mandats successifs sans solliciter une réélection et néanmoins en pleine forme physique. En d'autre termes, il devrait être le premier à prendre sa retraite sans avoir été désavoué par une consultation populaire ou battu à la suite d'une élection et sans être non plus condamné par la maladie.

      Son seul objectif est donc désormais de donner autant de lustre que possible, au regard de l'histoire,  à un règne dont le bilan est pour le moins mitigé, tout particulièrement dans le domaine de la politique intérieure marqué par la désastreuse dissolution de 1997 et dans celui de l'économie caractérisé par une désindustrialisation inquiétante et une dette publique colossale.

     Le chef de l'Etat devrait donc dimanche soir s'efforcer de donner sens aux douze années écoulées sans jamais néanmoins dévoiler ses propres intentions quant à l'échéance présidentielle de 2007 afin de sauvegarder jusqu'au bout son autorité. Il  rappellera ainsi sa volonté  de voir le gouvernement gouverner jusqu'au jour de l'élection présidentielle et son souhait de voir le parlement inscrire dans nos institutions  trois de ses promesses passées : la constitutionnalisation de l'abolition de la peine de mort, le nouveau statut pénal du chef de l'Etat et le gel du corps électoral de nouvel Calédonie en vue des élections provinciales. Il ne manquera pas non plus de se féliciter de la baisse du chômage qui aura vertu à ses yeux de réaliser la promesse faite jadis de réduire la fracture sociale dans notre pays. Il «indiquera les défis auxquels la France est confrontée pour les années qui viennent». 

      Les voeux aux différents corps constitués lui permettront ensuite de décliner dans le menu un message dont le principal objet sera à la fois de valoriser les deux mandats écoulés en se tournant vers l'avenir et sans jamais donner le sentiment qu'il dresse nun bilan. Le président, déclare son entourage, «indiquera les défis auxquels la France est confrontée pour les années qui viennent».  et affirmera un certain nombre de valeurs à l'adresse de celui ou de celle qui lui succédera à l'Elysée.

       Il aura moins de deux semaines pour le faire. Le 14 janvier devrait être célébré avec pompe et grande foule le couronnement de Nicolas Sarkozy candidat de l'UMP !

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Nicole 01/01/2007 11:19

www.reconciliationnationale.fr Vœux de Franck Abed à la France et aux Français Mes Chers Compatriotes, Encore une année sous régime d’occupation du parti du renoncement qui s’achève. Et une autre commence sans que l’esquisse d’une sortie de crise ne soit perceptible. En effet, tous sont d’accords sur l’essentiel : accompagner la mondialisation et non y résister. Tous parlent soit d’adapter notre pays à la mondialisation telle qu’elle se réalise actuellement, soit d’y substituer une « alter » mondialisation, c'est-à-dire une autre mondialisation, soit encore d’en changer le visage. Tous se font donc les complices des architectes de cette mondialisation qu’ils nous présentent comme l’inéluctable fruit d’une évolution naturelle qui nous serait tombée dessus par l’effet du destin. Comme si une telle évolution ne profitait à personne. Alors que tous savent que la mondialisation résulte d’une décision prise au plus haut niveau des gouvernements des grandes puissances à la botte des grandes firmes transnationales, seules bénéficiaires de ce phénomène dont elles assurent 70 % des échanges. Et tous présentent les solutions alternatives qui sont à notre portée comme ringardes ou inspirées par les idéologies nauséabondes des années 30, diabolisant ainsi les tenants d’une nouvelle donne à même de rendre à notre pays son rang et à notre peuple sa prospérité. Ils présentent systématiquement les solutions réellement alternatives comme une volonté d’autarcie et de replis sur soit alors qu’il n’a jamais été question de remettre en cause les échanges naturels entre les hommes, échanges qui ont d’ailleurs toujours existé depuis la plus haute antiquité. Il n’est ainsi pas question de restreindre le commerce des matières premières ou des produits tropicaux dont nous sommes dépourvus. Aucun d’entre nous ne souhaite non plus restreindre le moins du monde les voyages qui permettent aux différentes civilisations de mieux se connaître et encore moins les échanges intellectuels et scientifiques garants du progrès technique et donc in fine du progrès social. Il est en revanche aberrant de générer un chômage de masse dans notre pays en produisant toujours davantage de biens à l’autre bout du monde pour les réimporter chez nous dans le but de réaliser des profits toujours plus élevés au détriment de notre niveau de vie et au détriment des nouveaux esclaves des pays à bas coût qui ne le sont que parce que les salaires y sont dérisoires et dépourvus de toute charge sociale. Cette situation est la conséquence directe des accords du GATT qui ont commencé à libéraliser le commerce mondial depuis le milieu des années 60 avec déjà une augmentation perceptible du chômage dès la fin des années 60. Cette politique s’est poursuivie depuis sous l’égide de l’OMC et aboutit à une explosion des importations qui ne représentaient que 5 % à 10 % du PIB mondial dans les années 50 et 60, et qui en représentent aujourd’hui plus de 30 %. Avec le désastre que l’on sait : explosion du chômage qui atteint désormais près de 30 % de la population active du secteur privé dans notre pays : 2 millions de chômeurs officiels, plus d’1 million d’allocataires du RMI, des millions de personnes occupés dans des emplois « bidons » au sein d’associations subventionnées, travaillant à temps partiel sans l’avoir choisi ou préretraitées. La croissance des revenus de substitution générée par une telle situation s’est traduite par une hausse continue des prélèvements obligatoires qui atteignent désormais près de 54 % de la richesse nationale et qui pèsent de plus en plus sur les classes moyennes au fur et à mesure de l’expatriation des plus hauts revenus. Tous savent qu’une telle situation ne peut durer éternellement et doit fatalement aboutir à la mise sous tutelle du FMI de notre pays que certains appellent de leur vœux pour nous imposer une cure d’austérité à l’Argentine qui nous obligera à renoncer à notre indépendance et donc à toutes nos conquêtes sociales. De tels renoncements de nos élites ne sont malheureusement pas rares dans notre histoire nationale. Ces élites qui préfèrent toujours le parti de l’étranger au peuple : alliance de la plus grande partie de la noblesse française avec l’occupant anglais lors de la guerre de Cent Ans, cette même noblesse qui pactise avec nos ennemis lors de la Fronde, ou encore en 1815 alors que le pays demande des armes pour combattre les armées étrangères qui souillaient notre sol. Plus récemment, n’a-t-on pas vu la plus grande partie de l’élite nationale pactiser avec l’Allemagne nazie pendant que le petit peuple souffrait des rigueurs de l’occupation et assurait l’essentiel des troupes de la Résistance ? Face à de tels renoncements et face au renoncement du temps présent, j’ai décidé de me lever pour dire NON. NON à la mondialisation et à sa créature l’Union Européenne ! NON au désengagement de l’Etat, fondement de notre nation ! NON à la vente à l’encan de notre pays ! NON à la paupérisation croissante des classes moyennes et des classes populaires ! Le temps est venu de la résistance aux forces du renoncement et de la décomposition. Tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur croyance, doivent se rassembler pour, une nouvelle fois, faire face, éviter le désastre et montrer le chemin à un monde désorienté. Je forme donc des vœux pour que notre peuple prenne enfin conscience de la situation présente et, sans renoncer à sa générosité naturelle ni à son universalisme, se rallie à ma candidature à l’élection présidentielle qui n’est que celle d’un simple citoyen atterré par le silence assourdissant de la classe politico-médiatique sur les causes réelles de notre recul historique. Que l’année 2007 soit donc celle du sursaut afin de rendre à notre pays sa grandeur et à chacun d’entre vous la prospérité. Vive la Nation ! Vive la République ! Vive la France ! Franck ABED

 

Marc Boutellier

Secrétaire

Responsable des Relations avec la Presse

06 87 84 64 78

marc.boutellier@reconciliationnationale.fr

www.reconciliationnationale.fr

 

« Le temps est venu de la résistance aux forces du renoncement et de la décomposition. Tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur croyance, doivent se rassembler pour, une nouvelle fois, faire face, éviter le désastre et montrer le chemin à un monde désorienté. »

 

Petites remarques : 31/12/2006 16:16

1°) Concernant l'activisme de M. SARKOZY :

Effectivement M. SARKOZY est actif. J'ai  bien en tête une de ces premières initiatives lors de son arrivée au gouvernement lors d'un déplacement à Sangatte....

Vous allez voir ce que vous allez voir, je vais régler le problème ce que personne avant moi n'avait osé faire... Effectivement M. SARKOZY à fermé le centre d'hébergement de Sangatte... Résultats, nous avons des centaines de clandestins qui errent dans Calais en attendant de pouvoir passer en Angleterre... Qu'a donc fait de concret M Sarkozy au final, ci ce n'est s'agiter devant les médias ?

M. SARKOZY est une girouette qui va dans le sens du vent... On le vois bien avec le problème des SDF dont il se préoccupe depuis que l'on en parle à la télé avec les sans abris du canal Saint Martin décidant de confier une étude à M. ARNO KLARSFELD... N'est il pas au commandes de l'UMP depuis pas mal de temps ? Pourquoi avoir tant attendu ?

Je n'accorde qu'une seule heureuse initiative à M. SARKOZY,  c'est d'avoir eu le courage de pousser à l'organisation du conseil du culte musulman, un sujet qui fallait absolument traiter pour que les musulmans qui vivent en france puissent être représentés.

2°) Commentaire à Paul : La girouette n'est pas M. BAYROU mais M. SARKOZY.... Qui par exemple un jour jure que GAZ DE FRANCE restera à 70 % dans le public pour ensuite voter pour la complète privatisation... Detrompé vous, M. BAYROU n'est pas un tout mou qui navique au gré du courant... Peut on en dire de Mme ROYAL et de M. SARKOZY ???

3°) M. MITTERAND et M. CHIRAC avaient pour eux l'envergure pour représenter la france et les francais dans le monde. Que l'on soit d'accord ou pas avec leurs idées politiques. Je ne pense pas que Mme ROYAL et M SARKOZY aient cette envergure la.... C'est d'ailleurs ce qui à perdu M. JOSPIN en 2002, lui qui a quitté la palestine comme un lache sous les jets de pierre....

M. BAYROU, à deux qualités que n'ont ni Mme Royale ni M. Sarkozy :

il inspire confiance et ne succite pas un rejet massif des électeurs du bord opposé. Je continue donc a penser qu'il est le meilleurs des candidats, même si je garde les pieds sur terre et que je n'attend pas de miracle. Une chose est sure, je suis convaincu qu'il ferait de son mieux.

 

Petites remarques : 31/12/2006 15:55

1°) Concernant l'activisme de M. SARKOZY,  permettez moi de rire...

J'ai

Mirino 31/12/2006 15:36

Encore quelqu’un qui souffre d’illusions. Mr de Villepin est toujours immergé dans les eaux assez troublées pour songer encore à présenter sa candidature, et il n y a pas grand monde qui a l’air de vouloir lui tirer de là non plus, et probablement pour cause.Vous faites aussi une référence bien irresponsable sous les circonstances et assez bon marché à propos de la condamnation de l’ex Raïe. Si les autorités iraqiennes avaient ainsi décidé de son sort, c’est le résultat de leur jugement et de leur décision. Votre opinion à cet égard, pour ce qu’elle vaille, n’en changera rien. Vous pouvez donc épargner ceux qui ne souffrent tant d’anglosaxonphobie de vos opinions tristement déformées et préjudices.On voit encore l’emploi du nouveau mot de vogue vide de sens ‘atlantiste’. Bien tôt il serait considéré comme un délit d’aller aux EU. Mieux songer de faire un séjour en Iran.Pourtant Lafayette était bel et bien un ‘atlantiste’, et comme certains ont fait pour l’Iraq, lui avait alors choisi d’aider les EU à devenir indépendant (bien qu’au fond il fut royaliste, mais telle est aussi l’ironie de l’histoire).

Mirino 31/12/2006 15:30

Encore quelqu’un qui souffre d’illusions. Mr de Villepin est toujours immergé dans les eaux assez troublées pour songer encore à se présenter sa candidature, et il n y a pas grand monde qui a l’air de vouloir lui tirer de là non plus, et probablement pour cause.Vous faites aussi une référence bien irresponsable sous les circonstances et assez bon marché à propos de la condamnation de l’ex Raïe. Si les autorités iraqiennes avaient ainsi décidé de son sort, c’est le résultat de leur jugement et de leur décision. Votre opinion à cet égard, pour ce qu’elle vaille, n’en changera rien. Vous pouvez donc épargner ceux qui ne souffrent tant d’anglosaxonphobie de vos opinions tristement déformées et préjudices.On voit encore l’emploi du nouveau mot de vogue vide de sens ‘atlantiste’. Bien tôt il serait considéré comme un délit d’aller aux EU. Mieux songer de faire un séjour en Iran.Pourtant Lafayette était bel et bien un ‘atlantiste’, et comme certains se sont engagés pour liberer l’Iraq, lui avait alors choisi d’aider les EU à devenir  aussi indépendant (bien qu’au fond il fut royaliste, mais telle est aussi l’ironie de l’histoire).