Un conseiller fiscal à temps très partiel

Publié le par blog-pl-seguillon

Dominique Strauss-Kahn relativise beaucoup la « mission » qui lui a été confiée par Ségolène Royal. Un rapport sur la fiscalité et sur la dette publique ? « Un bien grand mot », rétorque-t-il !  Une  note manuscrite ? « On verra… Pas nécessairement ». L’ancien candidat à la candidature n’est pas dupe. Ségolène Royal ne s’était pas adressée à lui depuis les primaires hormis un bref coup de fil. Elle l’a appelé au téléphone la semaine dernière visiblement afin de démontrer, à la veille du sacre de Nicolas Sarkozy , que la gauche socialiste était, elle aussi, rassemblée. Elle lui a demandé de réfléchir au problème de la dette. Dans le communiqué publié peu après ce coup de téléphone la fiscalité s’est ajoutée à la dette, François Hollande ayant formulé quelques propositions de nature à effrayer l’électeur.

   Visiblement, Dominique Strauss-Kahn qui demeure sceptique sur la possibilité pour la candidate socialiste de publier un programme précis au terme des débats participatifs, n’est pas disposé à jouer les conseillers fiscaux à plein temps, encore moins les roues de secours. Il l’est d’autant moins qu’il est convaincu que Ségolène Royal, du moins pour l’heure,  n’a aucunement dans la tête de constituer avec lui quelque ticket qui le conduirait à Matignon.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

KLOPFENSTEIN 20/01/2007 16:37

SUJET DE CAMPAGNE ELECTORALE :

 



 

 



LA SUISSE PILLE LE TRESOR PUBLIC FRANCAIS

 



 

 



 

 



La Suisse, un des pays où la richesse par habitant est parmi la plus élevée au monde, ose, par des pratiques fiscales scandaleuses, proposer aux riches étrangers qui acceptent de venir vivre en Suisse, des forfaits fiscaux très avantageux.

 



 

 



Ces forfaits, qui sont proposés exclusivement aux étrangers, correspondent à un niveau d'imposition nettement inférieur à l'impôt que doit payer un citoyen suisse qui bénéficie d'un revenu identique.

 



Cette situation est inadmissible, si l'on peut admettre que chaque pays a la liberté et la responsabilité de définir sa politique fiscale en établissant un barème d'imposition applicable sur les revenus des personnes, on ne peut pas accepter l'idée que ce barème soit différent pour les citoyens du pays et les résidents étrangers.

 



 

 



La politique fiscale actuelle de la Suisse est scandaleuse, elle fausse la concurrence et aboutit à un pillage en règle du Trésor Public français qui se chiffre en milliards d’ € .

 



 

 



Pourquoi avons nous du attendre l’expatriation de JOHNNY pour connaître l’existence de tels agissements de la part d’un pays voisin dit « ami » ?

 



Pour quelle raison les politiciens français ont-ils accepté, sans réagir, une telle concurrence illicite ?

 



Alors que le problème est maintenant clairement identifié et connu du grand public,

 



Messieurs et Mesdames les politiciens de gauche et de droite, (candidats (e) à l’élection présidentielle), qu’allez-vous faire lorsque vous serez élus (e) ?

 

edouard blanco 16/01/2007 07:21

quel candidat va baisser ou supprimer la T.V.A. QUI REPRESENTE UNE SOMME PLUS IMPORTANTE QUE LA BAISSE SUR L`IMPOT SUR LE REVENU, ET QUI EST PAYER PAR TOUS RICHES, PAUVRES

cindi21 15/01/2007 19:24

Je le croyais plus intelligent et je pensais qu'il en avait dans le ventre, être battu et faire le toutou de Ségolène n'Est pas en sa vaveur, il travaille et ramène comme un toutou bien dréssé, c'est affreux la poltique et le sussucre au bout..Lequel??Ministre de QUOI,,,,lA GALETTE DOIT ËTRE BONNE POUR LUI...oN VA AVOIR UN VOTE POUR UNE IMAGE? ET RIEN DANS LA T¨ETE....A PART LA SOURIRE!!

Foxie 15/01/2007 18:13

Bien que n'étant pas de son bord, j'ai apprécié la prestation de DSK  au Grand Jury hier soir.Pas trop de langue de bois (s'agissant d'un politique, j'entends).Plus courtois et détendu qu'il ne l'avait été à son passge précédent, où il avait été inutilement et gratuitement agressif envers Mr Beytout dès qu'une question le dérangeait (on a dû le lui dire...).Bien plus clair, précis et factuel que la candidate glamour; deux pointures au-dessus, à mon avis.En tout cas, quelle différence avec le lyrisme ridicule et la langue de bois dur de votre précédent invité (sans compter sa défense grotesque de la "bravitude").