De l'actualité de Molière !

Publié le par blog-pl-seguillon

Deux leçons peuvent être tirées de l’épisode de la « Sapinière » la Société Civile Immobilière créée par le couple François Hollande-Ségolène Royal et qui a été présentée sur le Net comme un moyen d’échapper à l’Impôt sur la Fortune :  une leçon politique et une leçon journalistique.

 

 

 

La leçon journalistique est que la toile, comme la langue d’Esope, est « la meilleure  comme la pire des choses ».  La meilleure, parce qu’elle autorise une transparence à nulle autre pareille en même temps qu’un formidable accès au savoir. La pire, parce qu’elle permet à n’importe qui, particulier, officine politique ou non  de lancer n’importe quelle  assertion et à cette assertion d’être diffusée, multipliée, répercutée, amplifiée et de passer pour une information alors même qu’elle n’a pas été vérifiée.

Or, la vérification est la première règle journalistique !

Vérification faite, le couple Hollande-Royal paie l’impôt sur la fortune depuis deux ans, soit 862 euros annuels,  ce qui renvoie à un patrimoine légèrement supérieur à 760 000 euros.

Vérification faite, la SCI dont une partie des parts appartient aux parents de François  Hollande , n’a pas été constituée pour échapper à l’ISF mais afin de  faciliter, pour ce couple non marié, les formalités de succession  au jour où ce patrimoine sera transmis à leurs enfants.

La seule question posée est donc de savoir si les biens du couple ont été estimés à leur juste valeur ou sous estimés. C’est au fisc, comme pour tout contribuable d’en décider.

 

 

 

Mais il est une autre leçon qu’il convient de tirer de cette affaire, une leçon  politique cette fois. Il n’y a certes rien de choquant à ce qu’un socialiste soit assujetti à l’ISF et néanmoins souhaite le maintien de ce type d’imposition. Il est, en revanche, de très mauvais effet de jouer les pères ou les mères la pudeur et de dénoncer les riches quand on appartient aux couches les plus aisées de la population – ce qui est, de fait, le cas de la plupart des ténors politiques de notre pays comme d’ailleurs de nombreux  journalistes quand on sait que 90% des Français gagnent moins de 2147  euros mensuels !

 Rappelons que, le 8 juin 2006, lors d’un face à face avec Michèle Alliot-Marie organisé dans l’émission « A vous de juger sur France 2 », François Hollande rétorquait à la ministre de la Défense : « Non,  je n’aime pas les riches, je n’aime pas les riches, j’en conviens ! » Rappelons encore que Ségolène Royal a expliqué, en octobre dernier, a justifié ainsi son refus de se rendre au deuxième Forum des femmes qui réunissait à Deauville  700 femmes de pouvoir ou d'influence venues du monde entier : « Je ne veux pas m’afficher au milieu de cette assemblée élitiste dans cette ville de riches !».

 

 

 

La campagne ne fait que commencer. D’autres bruits, d’autres ragots, d’autres rumeurs  destinés à destabiliser l’un ou l’autre des candidats à la présidentielle continueront de circuler sur le Net. L’affaire de la « Sapinière », qui n’a rien d’illégal, risque néanmoins de ternir provisoirement ou durablement l’image vertueuse de la candidate socialiste prompte à dénoncer les riches mais contrainte de reconnaître – ce qui n’a rien de scandaleux – qu’elle appartient aux gens très aisés !

"Cachez ce patrimoine que je saurais voir", dirait aujourd'hui le héros de Molière !

Publié dans blogpls

Commenter cet article

michelazur 21/01/2007 10:41

J'ai reçu en pièce jointe l'acte juridique fondateur de la Sapinière. Je trouve que ce n'est pas bien. Bien que soumis à une publicité légale, ce document présente un caractère privé. Qu'on le commente, pour l'avoir consulté, ne me choque pas. Qu'on le fasse circuler m'apparaît déplacé.

NK 20/01/2007 16:03

Depuis quelques mois les discussions sur la fiscalité se révèlent une nouvelle inquiétude pour nos politiques.

Auparavant certaines affaires comme celle concernant Florent PAGNY, unissait la société française contre la fraude à l'impôt. Depuis "l'affaire Johnny Hallyday", et maintenant celles concernant l'imposition sur la fortune nous avons de nouvelles reflexions concernant l'impôt.

Si l'impôt sur le revenu n'entraine que des discussions sur le taux d'imposition, l'I.S.F. pose d'autres problèmes qui sont liés plus à l'idéologie et au spectaculaire, qu'à une réelle taxation des grandes fortunes.

Pourquoi exonerer les oeuvres d'art et les objets de plus de cent ans, qui à mon avis sont des valeurs refuge pour ces grandes fortunes?

Je ne juge pas les politiques et leur déclaration ISF, mais comme l'avait préconisé Pierre LELLOUCHE, pourquoi n'avoir pas exempté la résidence principale, ce qui mettait au même pied d'égalité ceux qui ont investi pour leur logement personnel (parfois par des sacrifices entraînés par le prêt) et ceux qui payent un loyer dépassant les deux mille euros par mois (qui logent dans certains beaux quartiers de Paris ou de grandes villes de France et qui possèdent souvent une résidence secondaire), mais qui échappent à l'ISF.

Après quelques artistes et quelques politiques,toutes les personnes publiques pourraient faire l'objet de cette suspicion de non déclaration à l'ISF

Ce qui est encore plus surprenant est la dénomination de fortuné pour celui qui est assujetti à l'ISF (on a souvent parlé des habitants de l'Ile de Ré).

Aussi, avant que la tension ne monte dans les semaines qui viennent, il serait du plus grand intérêt du Gouvernement de demander aux parlementaires de proposer certains aménagements notamment en exemptant l'habitation principale, l'I.S.F. étant alors déterminé par une véritable fortune formée d'un partimoine foncier locatif, de valeurs mobilières spéculatives (y compris dans le domaine de l'art).

N'oublions pas qu'à ce jour, la déclaration d'ISF doit comporter également le montant des comptes bancaires au 31 décembre de l'année (il serait d'un grand intérêt de constater si un mouvement bancaire aparaissait sur les comptes bancaires avant cette date, afin de minimiser le montant du patrimoine), ainsi que le mobilier datant de moins de cent ans.

IL serait curieux également de constater qu'une personne louant un appartement de 300 m2 avenue Foch, meublé en meubles d'époque (Louis XV, LOUIS XVI..., ayant des tableaux de Rembrandt, de David, accrochés aux murs,comptes bancaires rendus débiteurs ou presque au 31 décembre, ne sois pas imposée sur le fortune.

Enfin de Droite comme de Gauche, nos politiques sont heureux d'être propriétaires, de M. SARKOZY à M. BESANCENOT ((ce dernier propriétaire d'un appartement de 55m2 dans le 16eme arrondissement de Paris depuis 2004 annonce curieusement une valeur de 37000 €, soit 673€ le m2!!!)-source LCI).

Place au débat, et peut-être merci aux médias d'organiser un vrai débat non polémique sur ce sujet.

BERNIS 20/01/2007 11:49

on parle de molliere on peut aussi dire la presidente  imaginaire s est une bonne formule non.

Diatala 19/01/2007 15:29



 

Vous avez entièrement raison. Que l'on soit de droite ou de gauche, rien d'illégal dans ce montage pour échapper à la strangulation fiscale. Mme Royal et son compagnon ne sont pas 'hors la Loi " par le biais de cette S.C.I, et de surcroît familiale. Ce qui est (illégal) face aux discours des Séghollande,  reste du domaine de l’intellectuel et de la morale, selon les grands principes imposés par la gauche. Éreinter la classe à laquelle l'on appartient, simplement par vile démagogie pour se faire aimer des moins riches et des pauvres, devient une bassesse intellectuelle sans nom.

 





 



 

Mirino 19/01/2007 11:31

Chère Anne,On n’a pas le droit de tenter à briser vos illusions, mais le plupart de nous sont exactement comme vous, dans la même situation, ou encore pire. Ce n’est pas l’effet d’une politique de droite (et quelqu’un de sensé se méfie carrément de ces termes de tendances devenues insignifiantes, polarités déboussolées) c’est l’effet d’une politique nulle, une non politique, 20 ans + de ninisme, de Mitteranchiracism, de demi mesures enfin bons à faire stagner le pays.Pour ne pas trop froisser qui que ce soit, et surtout les syndicats, on a tué l’incitation, le mobile de travailler. Lorsque parfois l’on peut mieux vivre au chaumage qu’au travail, il y a  quand même un problème sérieux.Si vous pensez que continuer à soutenir ‘la cause’ qui a justement créé cet effet, sera le mieux, avec tous les mythes, mensonges et illusions qui vont avec, c’est votre choix et responsabilité. Je choisirais plutôt quelqu’un qui s’est déjà sincèrement engagé et qui tient à ne pas décevoir les français. Mais je ne suis qu’un déraciné sans le droit de vote. Grâce à Mr Séguillon, j’ai seulement le droit d’écrire mes petites tartines. Encore une illusion,  petits grains de sable comme ceux coulant silencieusement dans un sablier, pour y compenser un peu, et passer le temps.