Coup de vent force 7

Publié le par blog-pl-seguillon

    

    La réaction de Ségolène Royal à la boutade malheureuse d’ Arnaud Montebourg est révélatrice du caractère de la candidate socialiste (*). Telle une institutrice sévissant à l’encontre d’un élève chahuteur, elle a puni l’impétrant  en le suspendant de toute responsabilité durant  un mois. Elle aurait pu prendre avec humour le mot de ce brillant  avocat ou, au contraire, accepter la démission de ce porte parole maladroit. Elle a préféré « coller » ce pauvre Montebourg comme on le fait pour un  écolier dissipé !      

     L’épisode est également révélateur d’un grand flottement dans l’équipe de campagne de la candidate. Pour avoir acquis sa désignation de candidate grâce au poids de l’opinion sur le parti socialiste plus que par une mobilisation de ce dernier, Ségolène Royal a grand mal à coordonner l’action de sa garde rapprochée avec  celle des militants. Ceux-ci attendent toujours un programme de campagne et commencent à douter de l’intérêt  de la phase participative qui les réduit à l’impuissance.

    Un malheur ne vient jamais seul dit le proverbe.

    Cet accident de parcours vient s’ajouter à une série de déconvenues enregistrées ces derniers temps : les propos tenus en Chine et qui ont fait polémique ; les déclaration de François Hollande sur la fiscalité qui ont gêné la candidate ; les critiques exprimées par Dominique Strauss Kahn  ; enfin, la révélation que le couple présidentiable acquitte l’Impôt sur la fortune, ce qui n’a rien de scandaleux mais qui a contredit la posture consistant à dénoncer les nantis et qui a écorné l’image d’une Ségolène Royal, modeste jeune femme   venue de Lorraine, telle Jeanne de Donrémy  pour sauver le peuple de France.

     Ségolène Royal, qui a suivi une trajectoire sans encombre depuis son départ en campagne, connaît son premier orage. C’est un sérieux  coup de vent  selon l’échelle de Beaufort, qui a freiné sa marche et permis à son concurrent de reprendre l’avantage après avoir lui-même essuyé une mauvaise tempête  au début janvier.  

      Mais nous ne sommes qu’au début de la campagne et celle-ci nous réserve sans doute bien d’autres rebondissements dans l’un et l’autre camp.

 

_______

 

 (*) Interrogé sur les défauts éventuels de Ségolène Royal, dans une émission de Canal Plus , le député de Saône-et-Loire s’est laissé aller à une plaisanterie évidemment malencontreuse pour celui qui est présenté comme l’un des porte parole de la candidate : «  Son seul défaut, a-t-il répondu, c’est son compagnon !»  

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Diatala 22/01/2007 16:25

Mme Royal est une honte pour la république et la démocratie. Par respect pour les Français et la France, qu'elle se retire. Voilà qu'elle propose pour sa première loi, si elle est élue, sur les violences conjugales des solutions qui ont été adoptées par le Parlement l'année dernière. EXACTEMENT les mêmes. De qui se moque-t-on ? Nous apprenons également que la Chine est un continent,  lors de son passage dans "Dimanche +" sur Canal. Il faut qu'elle cesse de se foutre du commun des mortels, comme elle le fait  !  Elle précise dans cette même émission que: " elle " elle a fait  expertiser son patrimoine immobilier par un expert comptable. Pourquoi pas par un Boucher, Charcutier.

Mirino 22/01/2007 14:40

 

(J’ajoute Chère Samira, que si par exemple il y avait une telle constitution au Vatican, le monde n’aurait jamais été béni dans tous les sens du mot de Pape Jean-Paul II, qui n’était pas seulement- ‘capo della chiesa Cattolica’ mais aussi ‘capo dell’umanità intera’).

Mirino 22/01/2007 14:08

Chère Samira,Je ne suis pas d’accord avec vous sur ce point. Argument catégoriquement- null & void.Ce qui était peut-être valable aux EU n’a pas le même fondement ni justification en Europe, pour des raisons évidents, et d’autant plus de nos jours. En tous cas il n’est point constitutionnel.Je trouve en outre que c’est un piètre prétexte d’utiliser un tel argument presque raciste sinon arien pour essayer de rendre illégitime une candidature qu’elle soit de gauche ou de droite.Par report avec les qualités- l’intégrité, la sincérité, les convictions, les principes, le patriotisme et toute les vraies capacités qui, valorisent un candidat ou une candidate, ce serait une bêtise et un non lieu légal et moral.Les français le savent bien aussi. Comme vous avez affirmé à quel point vous avez confiance au choix des Français, laissez tomber aussi celui ci. Vous valez  mieux que cela Samira.

Samira 22/01/2007 09:20

Cher Mirino,

Je vous remercie de la grande estime que vous me portez. 

Plaisanterie mise à part, je considère qu'il est impératif d'être au moins de la deuxième génération de l'immigration pour minimiser le risque lié aux postes stratégiques pour la nation, que constituent les postes de Premier ministre et de Président de la République. C'est d'ailleurs ce qui est prévu dans la constitution américaine, si je ne m'abuse.

La raison en est très simple: ce sont les parents et la famille qui transmettent en très grande partie les élements souvent tacites qui permettent le respect et l'imprégnation d'avec l'héritage de ses ancêtres. Ce qui signifie que statistiquement parlant une personne de la première génération de l'immigration manquera  de repères affectifs et intellectuels parfois essentiels pour le respect des valeurs fondamentales de ses nouveaux concitoyens. Si cela est parfois sans importance pour le citoyen ordinaire, cela ne l'est pas pour un homme ou une femme politique de première importance car la conséquence est qu'il ou elle peut être alors portée à vouloir modifier ou rompre avec des éléments pourtant capitaux aux yeux du peuple. Cela ne peut qu'entrainer de graves perturbations dont les conséquences se feront parfois ressentir beaucoup plus tard...

 

bertrand reshad bertil 21/01/2007 19:48

toutes ces turbulences me font penser que la campagne ne fait que commencer. Comme je l'avais dit, il faut offrir une vraie alternance au peuple français, et non pas offrir une alternative.

De cette façon, les socialistes comprendront leurs erreurs. Il ne fallait pas choisir la candidate en tenant compte exclusivement des sondages....;