Le Louvre à Abou Dhabi ??

Publié le par blog-pl-seguillon

  

Le ministre de la Culture et de la Communication,  Renaud Donnedieu de Vabres , est ce dimanche, l'invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

 

 

 

 

   Au nombre des questions que nous lui poserons, viendront bien évidement des interrogations sur les nominations  ou encore le traitement par les médias de la campagne présidentielle. Mais nous aurons aussi l'occasion de l'interroger sur un sujet qui fait débat aujourd'hui: le  partenariat avec Abou Dhabi sur un projet controversé de musée français estampillé Louvre dans l'émirat d'Abou Dhabi et qui devrait rapporter à la France près de 700 millions d'euros.

 

 

 

 

Une délégation  française doit en effet se rendre à Abou Dhabi fin janvier pour "d'ultimes négociations" avec les autorités de l'émirat sur le projet.
Le contrat prévoit que tous les musées français seront impliqués, mais resteront libres de prêter ou non des oeuvres, selon Le Monde .
Il assigne deux missions principales à la France: le prêt des oeuvres au Louvre d'Abou Dhabi, en attendant que ce musée ait constitué ses propres collections, et la gestion de ce musée via l'Agence internationale des Musées de France, qui sera financée par 70 millions d'euros versés par l'émirat (*)

 

 

 

 

Quelle est votre opinion sur ce sujet ?

 

 

 

 

Estimez vous que cette initiative est opportune et qu'il est heureux de rentabiliser notre patrimoine et notre savoir faire culturel ou, au contraire pensez-vous que c'est là une marchandisation inacceptable de la culture ? 


__________________________________________________________________
Abou Dhabi consacrera 40 millions d'euros par an, pendant dix ans, à l'achat de ses collections.
La France s'engage à fournir quatre expositions temporaires, par an, pendant dix ans. Pour cette prestation, Abou Dhabi versera 150 millions d'euros à
la France.
Pour les prêts permanents, la France devra fournir des pièces pendant dix ans. Le nombre de prêts décroîtra tous les deux ans jusqu'à devenir nul à l'échéance des dix ans. Pour ces prêts permanents, la France percevra 200 millions d'euros.
Pour les prêts temporaires et permanents, le contrat prévient d'éventuels litiges et stipule que les pièces seront proposées par l'Agence internationale des musées de France aux autorités d'Abou Dhabi, dont l'approbation ne pourra être refusée "pour des motifs déraisonnables".
La cession de la marque Louvre est la seule question qui reste à trancher, lors des négociations prévues fin janvier.Les deux pays sont d'accord pour une durée de vingt ans au terme de laquelle le musée devra changer de nom. Les propositions financières pour la marque se situent entre 200 et 400 millions d'euros.
La totalité des quelque 700 millions d'euros générés par ce partenariat serait  répartie entre la Direction des musées de France, le Louvre et les musées prêteurs pour financer des "projets scientifiques".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Diatala 22/01/2007 16:07

Bonne initiative si elle est bien gérée. N'attendons pas d'exhumer des sables la culture et l'art des autres. Sachons apprécier en son temps ce qui existe.

geronimo 21/01/2007 16:35

C'est la suite logique du Louvre 2 puis du quai Branly.

La diversité culturelle n'existe que dans l'universalisme français qui rayonne depuis les grands boulevards. Avec tous les petits profits qui s'y attachent.

Je suis surpris que certains finissent par se réveiller. Tant mieux.

S'il n'y a pas d'échanges culturels, c'est du simple impérialisme.

Abou Dhabi se veut la plate forme d'interconnexion Occident-Orient. C'est surtout 'une histoire commerciale; récupérer des statues pour plus de touristes occidentaux.

 

Mirino 21/01/2007 11:46

 

La question de nomme serait aussi une question de législation internationale. Peut-être elle serait aussi déterminée par les compagnies internationales d’assurance qui pourraient exigerune appellation unique pour éviter la possibilité de toute ambiguïté pour rédiger correctement les termes des clauses contractuels.

michelazur 21/01/2007 10:21

C'est très bien. La culture est faite pour être diffusée. La culture française a une vocation universelle. Je ne vois pas où est la "marchandisation"; il ne s'agit pas d'un trafic...

azer 21/01/2007 04:00

Il me semble que la France doit appliquer, ici  comme ailleurs, le principe de réciprocité dans les échanges de biens et services entre nations. L'argent n'est pas toujours la meilleure monnaie d'échange. Donc  je propose   des échanges culturels équivalents, tableaux, sculptures, et autres pièces de musée. Quant au nom du nouveau musée,  ce serait une erreur de le baptiser "Le Louvre" . Honnêtement  je ne vois pas l'intérêt...?    AZER