Des experts s'interrogent

Publié le par blog-pl-seguillon

Le parterre des invités venus dimanche soir écouter Jean-Claude Trichet , lors de l’émission le Grand Jury, était  impressionnant. Tous ce que la France compte d’éminences monétaires étaient présent dans le studio, De Christian Noyer actuel gouverneur de la Banque de France à Jean Boissonnat ancien membre du conseil de politique monétaire de la Banque de France en passant par Michel Camdessus ancien président du FMI et gouverneur honoraire de la Banque De France tout comme son voisin, également présent, Jacques de la Rosière.

   Pour être expert des questions monétaires, des rapports entre l’euro et le dollar ou des fluctuations des taux d’intérêt,  ces personnages  éminents ne s’en intéressent pas moins au quotidien de la campagne présidentielle. Tous paraissaient avoir les deux mêmes sujets d’interrogation .

   Première question : Ségolène Royal présentera-t-elle un programme crédible dans quinze jours et fait-elle travailler des experts à cette fin ?

   A quoi l’une des personnalités présentes , apparemment bien renseignée , répondait que les experts du parti socialiste étaient pour l’heure au chômage technique à l’exception de Dominique Strauss Kahn qui avait effectivement mis au travail un groupe de réflexion sur les questions fiscales.

   Deuxième question : Comment Nicolas Sarkozy pourra-t-il financer les promesses qu’il accumule au fil des jours alors que les baisses d’impôts qu’il annonce réduiront drastiquement les recettes de l’Etat. A quoi une autre personnalité présente faisait remarquer que le chiffrage de l’Institut de l’entreprise animé par Michel Péberault semblait, depuis quelques temps, surestimer les recettes et sousestimer les dépenses.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Alain KERHERVE 01/02/2007 10:08

Contre de Gaulle, contre le gaullisme, l

'

UMP remet le couvert…

 





 



Pierre Lequiller, secrétaire national UMP en charge des affaires européennes, remet le couvert. Ignorant avec dédain le vote du 29 mai 2005 (55% des Français ont rejeté le projet de constitution européenne), Pierre Lequiller, à titre personnel dit-il[1], propose de passer outre.

Il préconise un texte plus court reprenant le Titre I du projet de constitution européenne qui, affirme-t-il sans s

'

étrangler dans un communiqué AFP du 25 janvier, n

'

a pas été contesté pendant la campagne référendaire. Sourd avant l

'

âge !...

Rappelons néanmoins que ce Titre I confirme l

'

orientation supranationale de la construction européenne, Europe dans laquelle les lois fédérales s

'

appliqueraient dans tous les domaines et s

'

imposeraient à tous les Etats membres, même en contradiction avec nos propres lois, y compris celle fondamentale : la constitution française.

En outre, serait conservée, se réjouit-il avec une constance jamais prise à défaut, l

'

extension du vote à la majorité qualifiée ; la marche, inéluctable à ses yeux, vers une Europe fédérale et ultralibérale est donc confirmée.

Il s

'

agit bien, dans ce cas, d

'

un transfert de souveraineté nationale, et non d

'

une délégation qui serait la règle dans une Europe confédérale, conception gaulliste faut-il le préciser, laissant le choix aux Etats composant l

'

Union de mener, librement, des politiques et projets communs (Ex: politique agricole commune, Airbus,…).



 



Le choix de la méthode est, elle aussi, anti-démocratique. Il convient, pour Pierre Lequiller, de contourner le votre populaire du 29 mai 2005 : donner au parlement le pouvoir de supprimer le vote majoritaire (55%) lors du référendum scélérat, celui où les Français "se sont trompés, ou "ont été trompés" comme se plaisent à radoter ceux qui, de l

'

UMP au PS et alliés, ont défendu avec acharnement le "oui".



 



Avec l

'

Allemagne d

'

Angela Merkel, tout est clair. La présidence européenne actuelle qu

'

elle assure se propose de faire la promotion du texte nouvellement rédigé, mais tout aussi dangereux pour la France et les Français, auprès des Etats européens, puis la présidence française de conclure dans la foulée en 2008. Et pour donner l

'

imprimatur nécessaire, le texte devrait être publié par



la Fondation Robert

Schumann

, l

'

un des pères de l

'

Europe fédérale et ultralibérale.



 



Contre de Gaulle, contre ceux qui assument l

'

héritage du fondateur de

la Vème République

, avec l

'

accord fondamental du candidat Sarkozy et la bénédiction de Valéry Giscard d

'

Estaing, sous l

'

œil réjouit du monde anglo-saxon, Pierre Lequiller remet le couvert.



 



Extrait de l

'

éditorial n° 23 du 20/10/2004 d'Objectif-France Magazine :



 



"Mais, à toujours vouloir défendre sans retenue, ses convictions, Pierre Lequiller va bien plus loin. Le Secrétaire national UMP chargé des questions européennes porte un jugement historique négatif sur l’échec de la C.E.D. (Communauté européenne de défense) en 1954. Parlant de l’arrogance française il précise : « Cinquante ans après sa responsabilité historique dans l’échec de la C.E.D., notre pays va-t-il à nouveau mettre un coup d’arrêt brutal à la construction d’une Europe politique ? » Cette position est un acte d’agression envers ceux qui, à cette époque, ont évité que l’Armée française soit mise en tutelle sous domination américaine. Cette position est une attaque frontale contre le général de Gaulle, contre les gaullistes d’hier, notamment contre Michel Debré guerrier impitoyable contre ce projet, contre les gaullistes de conviction d’aujourd’hui qui se battent afin de conserver l’indépendance et la souveraineté de

la France. Contrairement

à ce qu’il affirme pour justifier le projet supranational, souhaiter une Europe différente n’est pas une arrogance française. Il s’agit aujourd’hui de préserver la France, de lui assurer la maîtrise de son destin, c’est-à-dire de ne jamais transférer (Mais accepter une délégation ciblée) une quelconque partie de sa souveraineté."

 





 



Dans cette campagne présidentielle, au-delà des clivages traditionnels gauche-droite d

'

un autre âge, une voix s

'

élève malgré le boycott des grands médias nationaux.

Nicolas Dupont-Aignan

porte l

'

espoir des gaullistes de conviction et des républicains des deux rives attachés à la Nation et à une France libre, moderne, sociale et solidaire.



 



Electeurs, attention ! Les candidats portés par la "vague people", Sarko et Ségolène depuis le début, mais aussi Bayrou aujourd

'

hui, demandent vos suffrages en 2007 pour mieux s

'

asseoir sur vos suffrages 2005. Une arnaque !

 





 





Alain KERHERVE



 



www.gaullisme.fr

 





 





 







[1] Chacun de nous a bien compris qu

'

il traduit ici une volonté partagée par le candidat

UMP Nicolas

Sarkozy. Comment pourrait-il en être autrement ?



patrick2 01/02/2007 09:47

Moi ce qui me frappe dans mon entourage c'est de voir le désespoir de mes amis socialistes qui aimeraient pouvoir revoter. Tous semblent considérer que la campagne de Ségolène Royal est trop plombée pour repartir sous de meilleurs auspices...

Gilbert Sorbier 31/01/2007 17:17

Monsieur Séguillon,    J'étais le premier à fustiger l'abominable Trichet.   Finalement à bien l'écouter il semble plausible qu'avant d'accuser une politique économique qui va si bien à l'Allemagne, nous pourrions commencer par balayer devant notre porte.

Soyons déja l'économie dotée du plus faible taux de pénalisation du travail, et après nous verrons bien si l'Euro fort qui nous permet de payer le pétrole et les matières premières moins cher, est si mauvais que ça.

Les candidats à la présidence ne semblent pas vouloir prendre les mesures indispensables pour relancer notre économie, sinon la timide proposition de Bayrou du " 1er Nouvel emploi  sans charges" bonne idée, mais pas suffisant, sachant que le gros de l'enveloppe repose sur le dos des PME.

Eric Gillot 31/01/2007 17:04









Cher Monsieur Séguillon,

Laurent Bazin, qui s'était fixé comme objectif de nous faire part de ses "off" de campagne, à définitivement clos son BLOG à midi, ce jour !Je ne ferais pas de commentaires partisans sur l'origine des pressions qui l'ont obligé à arrêter de dire la vérité.Il faut seulement constater que seuls les aveugles croient encore à la liberté de la presse en France.On m'a dit que son blog aurait été élu meilleur blog politique par un jury de blogueurs et de journalistes, malgré seulement deux mois d'existence.



Laurent Bazin avait aussi un sondage en cours (3001 votes), dans lequel Bayrou est crédité de 20% pour 24% à Sarkozy, si vous voulez connaître le score de Mme Royal, il faudra aller le découvrir vous même chez I>télé.









samira 31/01/2007 10:33

Il y en a qui papotent comme des mégères et d'autres qui oeuvrent pour le bien de notre avenir et surtout de celui de nos enfants. Qui est le premier à avoir eu le courage de commencer à affecter des sommes au remboursement de la dette? Dominique de Villepin...

C'est bien connu dans bien des domaines, ceux et celles qui parlent le plus, ne sont pas les plus vaillants à l'ouvrage...

"Méfie-toi de l'eau qui dort. Tout ce qui brille n'est pas or". Méfions-nous encore et toujours de ceux qui nous bercent de promesses et d'illusions financés avec des sous qui n'existent plus!