Poussée de fièvre au PS

Publié le par blog-pl-seguillon

   La rafale de sondages défavorables à Ségolène Royal donne la fièvre au P.S.

   Attendant comme soeur Anne et ne voyant toujours pas venir un projet présidentiel que la candidate tarde à dessiner, toutes les instances et toutes tribus du PS sont saisies d’une grande fébrilité pour ne pas dire d’un trouble profond.

     

Chez les Fabiusiens, la tentation a été un instant de mettre les pieds dans le plat lors du bureau hebdomadaire du PS.  Finalement, afin de ne pas apparaître comme un diviseur,   Laurent Fabius a préféré formuler sur son blog un rappel à l’ordre en forme de conseil impératif. « A un peu moins de trois mois du scrutin présidentiel, écrit l’ancien Premier ministre, rien n’est joué. Si les récentes études d’opinion semblent moins favorables à notre candidate, tout peut encore se retourner dès lors que les thématiques choisies sont claires et pertinentes et que le débat de fond est engagé... Les Français veulent d’abord des réponses progressistes et précises sur les salaires, l’emploi, les retraites, le logement, les services publics. Le candidat UMP, qui est aussi celui du MEDEF, ne les apporte manifestement pas. A nous de le faire par un projet réel et novateur de transformation sociale et de développement durable, qui contribue aussi à relancer et à réorienter l’Europe. »

 

   

Le jospinien Jean Glavany,lui, n’a pas craint d’interpeller Ségolène Royal au cours de cette réunion pour la prier vertement de bien vouloir enfin «  parler à la gauche de la France ».

 

    Lieutenant de Dominique Strauss Kahn , Jean Christophe Cambadelis n’est guère plus tendre pour le couple Royal Hollande. Et de s’en prendre sans mettre de gants au Premier Secrétaire du PS qui, dans le nouvel observateur estime que sa compagne a commis une faute en ne déclarant pas son patrimoine pendant la primaire interne du PS car ceci aurait été un avantage vis-à-vis de Laurent Fabius et de DSK. «  Seule notre volonté de ne pas perturber la campagne de Ségolène Royal nous conduit à porter seulement un regard méprisant sur l’acrimonie dérisoire et désolante du Premier secrétaire du Parti socialiste « , écrit ce proche de DSK.

 

  

 Dernier symptôme de cette fièvre soudaine : une trentaine de députés du parti socialiste se sont réunis mardi en catastrophe autour de François Hollande   de manière informelle pour discuter des moyens de pallier la glissade de la candidate socialiste dans les sondages.

 

   En fait tout ce monde s’agite, s’affole doute et commence à désespérer de voir Ségolène Royal sortir enfin de son chapeau les propositions qui lui serviront de marqueurs sans être pour autant la simple décalque du programme socialiste.

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

guy achille 05/02/2007 13:20

Je souhaiterais avoir aujourd'hui la perception qu'ont les journalistes qui ont soutenu  Mme Royal pendant  les primaires sur  la situation  que nous observons aujourd'hui : est-ce une carrence dans la faculté à proposer des idées ou une stratégie murement réfléchie... J'ai abdiqué à la proclamation des résultats des primaires ; aujourd'hui j'attends de voir qui au final aura raison sur l'autre. Est-ce vous les journalistes qui avez logntemps montré la grande force de cette dame ou les comme nous qui avons très vite vu le cul de sac qui pointait à l'horizon?Eh oui!!! M. PSL, ne pouvions-nous pas prévoir cette situation et suggérer à Mme Royal d'accepter d'apprendre encore et beaucoup? Encore que, je vous accorde des circonstances atténuantes puisque je comprends que vous avez choisi à la compétence de DSK, l'innovation originale de la candidature de Mme Royal.Le plaisir reste à venir avec les confrontations entre cette candidate et celui de l'UMP.Au fait! et si nous réfléchissions à comment rappeler DSK.....

Mirino 05/02/2007 09:39

C’est à partir de l’onze févrierQue tout se clarifieraD’un nuage un peu polluéLe soleil réapparaîtra

Les mots emmêlés de FrançoisNe pourront qu’alors être clairsComme l’eau salée où nagent les anchoisSans secrets ou brumeux mystères

Nous participerons à un événement,La renaissance de la démocratieOù tout le monde votera sagementPour que le meilleur gagne la partie

C’est le peuple qui tient donc le pouvoir,Qui détermine leur propre future,Qui participe à forger l’histoireEt perpétue leur riche culture

Ce n’est point un programme fallacieuxQui risquerait même de donc nuire,C’est un pari plutôt audacieuxSur rien qu’un charmant sourire.

riri 04/02/2007 20:22

je reviens à l'instant de Lacourneuve: les gens autrefois Ps voteront SARKOZY ils me disent que c'est le seul a pouvoir faire le menage !sinon ils voteront LEPEN. la gauche CAVIAR est une realitée !!

mik@ 04/02/2007 07:24

A mes yeux ce qui semble déranger à gauche, ce n'est pas l'absence de programme, car il y a (ou aura) un programme, mais plutôt la manière de faire, avec la fameuse campagne participative.Je me met à la place d'un socialiste de première heure, qui voit arriver une candidate qui prévoit de réformer la France, mais également la manière de faire de son propre parti.Le changement fait peur, surtout quand on est passager et qu'on laisse le volant à quelqu'un d'autre.La gauche ne va plus mal que la droite de ce côté  là.

Madel 03/02/2007 14:13

Bonjour,

A mon avis Madame Royal est en train de faire une erreur. A force de vouloir le vote des quartiers et de citer les nouveaux philosophes de la Gauche......Debbouze et Diam's.....elle est en train de perdre l'électorat des ouvriers, de ceux qui travaillent tôt le matin. Electorat qu'elle avait reconquis au début de sa volonté d'être présidente de la République. On sait que ces personnes votent souvent FN et se sont éloignés du PS. Elle avait réussi à les ramener au bercail, mais là elle se disperse.....grave....Or toutes les études montrent que le vote des banlieues ne changera pas la donne car il n'est pas si important. A mon avis elle confond jeunes et loubards....