Le rouge et le blanc

Publié le par blog-pl-seguillon

      Ségolène Royal a hier gagné son pari à l’endroit du parti socialiste. Dirigeants, élus, cadres et militants sont passés dimanche du ralliement par réalisme à l’adhésion par conviction.

      Toute vêtue de blanc, en madonne immaculée, la candidate socialiste avait acquis l’investiture du PS en jouant sur une opinion qui la donnait gagnante dans une élection présidentielle. Elus et responsables s’étaient ralliés à elle sans enthousiasme mais parce qu’ils pensaient qu’elle était, au vue des sondages, la jeanne de Lorraine  qui pouvait leur donner la victoire.

     Hier, pour la première fois, alors que le doute semblait gagner depuis plusieurs jours ses plus fidèles supporters, Ségolène Royal en battante toute vêtue de rouge a cette fois  conquis ses camarades. Les commentaires des militants présents à Villepinte étaient tous très positifs. Ceux-là même qui, il y a quelques jours encore, déploraient que Ségolène Royal se perdît et perdît  son  temps à mener des débats participatifs, se félicitaient hier de cette phase préparatoire.

     Jean-Pierre Chevènement était tout sourire ( il avait obtenu que la candidate socialiste ne prétende plus réduire de 50% la part du nucléaire dans la production électrique d’ici à 2020).   Dominique Strauss Kahn ne boudait pas son plaisir d’être à nouveau considéré pour ses capacités économiques.   Henri Emmanuelli avait recouvré le moral. Jack Lang , tel qu’en lui-même, manifestait un enthousiasme débordant et portait au pinacle une Ségolène Royal qu’au printemps dernier il vouait aux gémonies.

     Les jeunes socialistes,  qui pourtant avaient jadis fait un autre choix que celui de Ségolène Royal , n’en finissaient plus ce dimanche après midi de hurler leur enthousiasme contribuant de la sorte à une auto émulation dont le PS avait bien besoin à l’heure où selon les derniers sondages, les Français commençaient de ne plus croire aux chances de Ségolène Royal.

 

     Ségolène Royal a objectivement réussi hier cet examen qui assure enfin le passage à la campagne présidentielle proprement dite.

      Elle ne s’est pas effondrée, comme le prédisaient ses adversaires.

      Elle a rassemblé les socialistes. Ils étaient tous là à l’exception de Lionel Jospin.

      Elle a pris le costume de présidentiable et a su émouvoir ses camarades même si elle est piètre orateur.

      Et si son pacte présidentiel ne comporte guère de propositions nouvelles qui n’aient déjà été formulées par le PS ou par elle-même, elle a su heureusement marier les mesures inscrites dans le projet socialiste qui attestent son ancrage à gauche et les mesures qui lui sont propres et qui témoignent de son originalité.

       En revanche - et c’est là son principal défaut, Ségolène Royal n’a rien dit du coût et du financement de cette batterie de propositions. C’est ce que lui reprochent aujourd’hui la plupart des observateurs. La candidate socialiste, tout à son désir de séduire, n’a guère lésiné sur les cadeaux. Il y en aura pour tous le monde, les jeunes et les vieux, les petits et les seniors, les chômeurs et les travailleurs, les entrepreneurs et les salariés, les villes et les banlieues, les professeurs et les étudiants, les chercheurs et les élèves … la liste n’est pas exhaustive !    

       Pensez…Cent propositions et pas une seule qui touche à la fiscalité et nous renseignerait sur l’économie budgétaire de ce  pacte présidentiel !       

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Nik 24/06/2007 03:37

fdg

un militaire 14/02/2007 00:08

Merci à Samira pour ses propos vis-à-vis de l'expression des militaires.



Je note en particulier, et là j'en suis très réjoui, qu'elle ne parle pas de droit d'expression des militaires, mais de devoir.

Effectivement, je pense que c'est un devoir. Et je me permets de regretter ici le fait que nos chefs militaires ne se soient pas exprimés sur cette proposition farfelue de mme Royal de faire encadrer les délinquants par des militaires. Sans doute ont-ils les mêmes opinions que moi à ce sujet, sans doute en parlent-ils entre eux, mais cela ne débouche sur rien tant que c'est entre eux. Evidemment, le devoir de réserve existe, pour les militaires et les fonctionnaires. Souvent les premiers ont fait de ce devoir un droit (le joker qu'on peut brandir pour ne pas avoir à s'exprimer ou à réfléchir), quant aux seconds, de ce devoir, ils s'en contrefoutent.

Pourtant s'exprimer sur une seule proposition touchant son institution ne me semble pas ressortir du droit de réserve. L'armée n'a pas l'habitude d'exprimer des opinions politiques. Et d'ailleurs ce n'est pas un corps électoral homogène, croyez-moi. Tous les militaires ne voteront pas pour Sarkozy, loin de là. Une analyse du vote des militaires en surprendrait plus d'un.

C'est pour cela que quand un militaire s'exprime, il ne représente pas son institution, mais lui même, en tant que citoyen dans la situation qui est la sienne.

Il faudrait un jour que nos politiques en prennent conscience et qu'ils nous délivrent de ce baillon qui se traduit par une interdiction des droits civiques élémentaires. Le seul droit que nous ayons actuellement est le droit de vote. C'est déjà pas mal, même si c'est assez récent puisque ça date de 1946. Mais curieusement avant la seconde guerre mondiale, les militaires s'exprimaient plus librement. Le futur général de Gaulle, capitaine, commandant ou lieutenant-colonel, se permettait une expression d'une liberté que nous aurions du mal à imaginer actuellement pour des officiers d'un même grade.

J'ai écrit à ce sujet sur le site de l'UMP. J'ai également écrit sur le site du PS au sujet de l'encadrement des délinquants. C'était en novembre de l'an dernier. Je n'ai à ce jour obtenu aucune réponse. Mais au moins, ils ont mon nom, mon adresse et mon mail. Qu'ils en fassent bon usage !

Louis 13/02/2007 15:35

Dans son article "Le rouge et le blanc", Pierre-Luc Séguillon écrit ceci:

"En revanche - et c’est là son principal défaut, Ségolène Royal n’a rien dit du coût et du financement de cette batterie de propositions".

Et la batterie de propositions faites par Sarkozy, connaît-on le coût de son financement? Si oui, pourquoi Pierre-Luc Séguillon, si prompt à critiquer les programmes de tous les candidats, à l'exception de celui de Sarkozy, n'en parle t-il pas?

Louis. 

Mirino 13/02/2007 14:58

Que l’on suive la fée pour SégolandLe pays de miel et de laitAvec Holland fier comme une dindeChantant la MarseillaiseIl y aura Lang et Strauss-KahnEt Fabius en arrière-garde(Il a l’air de ne pas se plaireEt n’est point très bavarde)

Que l’on suive la fée pour SégolandOù tout est agréableBonheur facile à atteindreSi l’on n’est pas imposable.Pays du rêve démocratiqueParticipation visionnaire,Paradis utopiqueAvec service militaire

Que l’on suive la fée pour SégolandThe land of  milk and honeyOù le travaille n’est plus nécessairePour empocher toute la  monnaie..(Mais soudain, comme si par magieLa fée s’est évaporée,Les laissant tous abasourdisPar la cruelle réalité).

bertrand-reshad-bertil 13/02/2007 13:46

etant un socialiste depuis trés longtemps, je me permets de donner mon avis sur la campagne de Miss Royale.

La premiére des choses, est que cette campagne est vraiment trés mal faite, et personne ne comprends où elle va. Je pense que Ségoléne Royale aussi ne sait pas ce qu'elle fait, ni ce qu'elle fait.

On attendait tous son discours. Et  je dois dire que je suis trés décu. elle se fait le chantre de la politique autrement, et pourtant, elle nous offre un catalogue de mesures  complétement démagogiques. De par leurs couts, ces mesures ne seront jamais applicables. D'ou une proportion à faire des promesses qu'on est sûr de ne pas pouvoir tenir.

Cela me rappelle un des plus grands magouilleurs qui soit, déja condamné pour avoir détourné de l'argent public, et qui ose se représenter, mr gilbert ANNETTE.

cette façon de faire de la politique ne m'agrée pas,et je  me demande où est le parler vrai.

D'autre part, ses  propositions louvoyententre gauche, centre, droite et extréme droite. Et cela me heurte profondément. Mon choix n'était pas arrété, mais, maintenant,  j'en suis sur, je vais voter Marie George BUFFET