L'enthousiasme des militants ne fait pas la conviction des électeurs

Publié le par blog-pl-seguillon

     

     La vague de sondages qui suit le discours prononcé par Ségolène Royal à Villepinte est décevante pour la candidate socialiste. L'enthousiasme des militants ne paraît pas avoir influencé la conviction des électeurs. Il est vrai que ces derniers n'appréhendent les réunions politiques qu'au travers des commentaires qui en sont faits. Mais  ceux-ci, dans l'ensemble, exception faite des remarques formulées sur le chiffrage, étaient plutôt positifs. Comment expliquer dès lors l'absence d'un rebond de la candidate socialiste dans les intentions de vote ?

     La raison de cette stagnation dans les enquêtes d'opinion provient peut-être du fait que la contre offensive de Ségolène Royale vient trop tard ou trop tôt. Trop tard parce que la candidate socialiste, longtemps freinée par les débats participatifs a laissé son adversaire de droite prendre l'avantage et réaliser une échappée. Trop tôt parce que sa contre offensive se heurte au mouvement ascendant de François Bayrou et à la vitalité de Nicolas Sarkozy. C'est sans doute quand ce dernier commencera naturellement à se tasser et que, peut-être, refluera le mouvement favorable au candidat centriste que Ségolène Royal aura quelque chance de reprendre l'avantage.

     La route est encore longue pour les candidats. Deux mois, c'est énorme. Les retrounements de situations ne sont pas exclus. Ségolène Royal peut rebondir à la faveur d'un essouflement de Nicolas Sarkozy ou d'une hypothétiuqe "chevènementisation" de François Bayrou.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

une internaute 19/02/2007 22:04

je suis une jeune citoyenne, j'écoute tous les partis politiques pour avoir ma propre opinion sur les candidats... tous ont plus ou moins de bonnes idées... mais le problème justement est que S.ROYAL a certes de bonnes idées mais elles sont fausses, elle essaie d'envouter les français avec toutes ses propositions. c'est sur que tout le monde veut qu'il n'y ai plus de chomage et que la retraite ne s'éternise pas, bien sur que nous voudrions qu'il n'y ai aucune différence entre handicapés et valides, bien sur que nous voulons plus de places dans les crèches, etc... mais je pense qu'elle vit sur un nuage, d'où veut-elle sortir tout cet argent? n'oublions pas la raison de la démission de BESSON!! la France n'aura jamais tout l'argent dont elle a besoin pour satisfaire ses propositions!

je respecte les choix politiques de chacun, mais étant française et citoyenne j'ai le droit de dire ce que je pense! d'après moi, S.ROYAL rêve et propose un avenir fictif!...!!!!

Saint-Emilion 19/02/2007 21:45

Mais mon dieu ! Dîtes moi que je rêve, je suis en train de regarder ce pseudo débat auquel participe Mme Royale, laissez moi rire ! Comparez le à celui de M Sarkosy.

 



Beaucoup plus de mise en difficulté lors du second cité par un VRAI débat. J'insiste, un VRAI débat ! M Nicolas Sarkosy

Celui ci ressemble bientôt plus à une comédie familiale ou Mme Royale se fait la mère des Français. Nous n'avons pas besoin d'une maman mais d'un Président. Avec des idées concrètes et réalisables !

 



Certes les idées de Ségolène Royale pourraient être intéressantes. Cependant, comment les financent t-elle ?!

 



Comment peut on croire en ses idées? Elle nous propose des choses belles en apparences, mais irréalisables ! De plus M Royale mène les Français en bateau. A l'exemple du SMIC à 1500€. Beaucoup de Français pourraient le croire net, il n'en est rien. De même à l'instant, elle prouve sa démagogie " dans 5ans" pour cela ! A la fin de sa législature donc ! Mais qui dit que la croissance seule ne l'amènera pas à ce niveau? D’ailleur sa seule vision de l’économie : la croissance ! La croissance résout tout pour Ségolène Royale. Cependant elle ne dit pas comment la relancer, mis à part par une économie sociale qui coûte bien plus chère.

 



Dernière observation: pourquoi dans ce débat toutes les questions dérangeantes, notamment au niveau des finances, sont elle immédiatement coupées par des questions d'ordre sociale?

Avec Ségolène, une France sans problème...c'est ce qu'elle tente de nous faire croire. Je crains qu'elle ne le fasse "gober" à une majorité de Français...et pourtant...et pourtant...

MALGOUYRE 15/02/2007 18:58

sarko sarko toujours sarko vous les medias ne voyait que sarko vous n etes plus credibles et du coup les sondages n'ont plus.

vive sego et merde a vous les medias corrompus.

Deslilas 15/02/2007 18:27

Une analyse posée et claire de l'état actuel de la campagne électorale qui permet l'expression de tous les phantasmes pour certains. Si seulement la gauche pouvait disparaitre atomisée par une campagne menée de main de maître. Mais quels sont ces maîtres et quels intérêts défendent-ils ?

L'ouverture, la réconciliation a été réalisée une seule fois dans notre histoire dans des circonstances très particulières après la libération de la France. Sans offenser Nicolas Sarkozy il n'a pas la stature du Général de Gaulle, son indépendance,  et ses liens personnels avec les grands groupes industriels et médiatiques français l'empêcheront - si toutefois il en avait réellement l'intention - de mettre en oeuvre son changement radical. Sa famille politique n'est pas le radicalisme de gauche ou de droite mais le libéralisme balladurien avec des accents populistes.

La campagne n'est pas finie et doit réserver quelques revirements (et pas uniquement de veste).

tristram 15/02/2007 18:19

Il semblerait que la direction du PS semble en panique car elle se rend compte que le « verrou mental » que représentait l’épouvantail le Pen est en train de sauter chez les électeurs de gauche.

Jusqu’à présent ils ont été sensibles au chantage du « traumatisme 21 avril », qui consiste à dire que tout un chacun qui ne vote pas pour le candidat PS dès le premier tour se rendra coupable de « sympathie fascistoide ».

De plus en plus, quand on discute avec des électeurs et sympathisants (voir militants) PS, on se rend compte qu’ils voient parfaitement que le Pen a perdu son potentiel de nuisance, non seulement parce que Bayrou le devance quasi systématiquement, mais surtout parce que le Pen lui-même commence à refluer, sans doute phagocyté par Sarkozy, mais aussi par Bayrou et Bové qui captent différentes strates du vote protestataire.

Ils se disent donc qu’ils ont le droit de voter pour qui bon leur semble au premier tour, et chacune des ailes, gauche et droite du parti, lorgne respectivement vers Bové (qui commence également à assécher les autres candidats d’extrême gauche) et vers Bayrou.

D’où ces déclarations pour le moins douteuses de Hollande qui fait un quasi aveu public sur l’instrumentalisation de le Pen par le PS. En version « politiquement correcte » c'est-à-dire pseudo antiraciste, on a Malek Boutih qui nous explique que la « lepénisation des esprits » est en marche et que tous ceux qui ne dénoncent pas « le bruit odieux des botes » sont de sales collabos.

Le slogan est bien assimilé par les organes de propagandes « jeunes et fun » du PS qui vous expliquent dans un premier temps que le vote Bayrou est un vote Sarkozy, puis quand on gratte un peu, ils vous expliquent que « tout autre vote que le vote Royal favorise le Pen… » (sic).

Peut-être un lointain souvenir de « l’habileté manoeuvrière » de Mitterrand qui manipula les mouvements antiraciste et dévoya le scrutin proportionnel pour se maintenir aux commandes?

L’important dans tout ceci est de dire aux citoyens qu’ils n’ont pas à se laisser intimider par qui que ce soit et voter selon leurs convictions. On est encore en Démocratie, n’en déplaise aux stratèges du PS ou de l’UMP (qui ne se prive pas non plus de sortir le diable le Pen de sa boite, pour plomber la montée de Bayrou).