Tirs croisés contre Bayrou

Publié le par blog-pl-seguillon

   

    Tant du côté de Ségolène Royal que de celui de Nicolas Sarkozy , on se contredit allègrement.

     Ici et là, en effet, on laisse entendre  que François Bayrou n’a d’autre destin que celui de Jean-Pierre Chevènement en 2002. Et de rappeler que celui qui,  il y a cinq ans,  faisait figure de troisième homme au mois de février avec 14 à 15% des intentions de vote,  s’est retrouvé, lors de l’élection d’avril, avec à piètre score, à peine plus de 5% !

    Mais, depuis le début de la semaine, le candidat de l’UMP, tout comme la candidate socialiste, s’est mis à tirer à boulet rouge contre le président de l’UDF comme s’il voyait en lui, contrairement à tous les  pronostics, un vrai danger !

    Ségolène Royal, qui semblait jusqu’alors ne se soucier aucunement de François Bayrou , dénonce maintenant « l’absence  de programme » du candidat centriste. Et elle souligne à l’envie que les élus centristes, dans leur circonscription, leur canton ou leur région, votent toujours à droite.  Quant à la presse de gauche, elle prend bille en tête François Bayrou « homme de droite déguisé en candidat de gauche ».

    Nicolas Sarkozy , qui jusqu’à présent prenait grand soin de ne jamais attaquer l’ancien ministre de l’Education nationale, a dénoncé hier son  projet « curieux » et le risque grave qu’il y aurait à le suivre. « Bayrou veut prendre un peu de gauche, un peu de droite, un peu de centre et faire un melting pot, a expliqué le président de l’UMP , mais si ce gouvernement improbable échoue, alors on livre la France aux extrêmes ou à la désespérance ».

    Ces attaques sont bien évidemment la conséquence de la progression régulière de François Bayrou dans les sondages et du fait qu’après avoir pris des voix à la gauche, il est visiblement en train d’en prendre également à la droite.

 

    Mais elles ont aussi pour effet de rendre crédible un possible danger Bayrou pour le duo de tête.

 

    En fait, l’électorat de François Bayrou demeure encore un électorat fragile et volatile. Plus de 60% des personnes qui disent avoir aujourd’hui l’intention de donner leur voix au candidat centriste confient néanmoins qu’elles pourraient encore changer d’avis.

 

    Pour accroître et fixer ce patrimoine électoral il faudrait encore que François Bayrou parviennent à convaincre ses électeurs potentiels de trois choses :

 

    La première serait de démontrer que s’il a l’intention de gouverner avec des bonnes volontés et des talents de droite et de gauche, cela ne signifie ni qu’il retombera à droite ni qu’il s’alliera avec le PS. Ce qui veut dire qu’au cas - le plus probable aujourd’hui bien que nullement écrit où il ne passerait pas le premier tour, il n’appellera pas ses électeurs à voter pour  l’un ou l’autre des deux vainqueurs

 

    La seconde est qu’il doit expliquer comment, s’il devait néanmoins l’emporter et  gouverner, il constituerait une coalition durable susceptible de soutenir son action politique  sans exploser à la première difficulté.

 

   La troisième est de démontrer qu’il ne pêche par absence de programme mais que le choix qu’il a fait d’un projet plus modeste que celui de la candidate socialiste et de celui du candidat de l’UMP est le produit du réalisme et de l’honnêteté intellectuelle.

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Mirino 27/02/2007 11:26

M. Palloporo, c’est tant mieux. Quant à moi, je répète que l’on me traite de sage, de singe ou de barbare m’est égale. Je m’exprime à ma manière et j'affirme ce que je pense. Je ne cherche pas non plus à gagner un concours de sagesse culturelle, ni particulièrement des amis. Si je participe à ce forum (que j’estime un privilège car à coté des autres comme celui de la BBC par exemple, où on est très limité et par conséquence obligé à faire un acrobatie de résumé sans aucune certitude que son opinion sera publiée parmi un trop plein d’autres, pour la plupart banales) c’est parce que j’estime que l’enjeu pour la France n’ait jamais été aussi critique qu’à cette période particulière.

Comme je m’informe aussi par la presse italienne, anglaise et parfois mais plus rarement, américaine, il se peut que ma contribution puisse aussi élargir parfois sur certains débats. Mais mes opinions sont propres à moi et nullement des réflexions des autres pays. Si je suis un déraciné ça ne veut pas dire que je ne défende rien non plus. Au contraire. Et comme tel je suis situé un peu plus en recul, donc peut-être parfois capable de voir généralement un peu plus.

Quant à vos contributions, je ne pense pas avoir lu quoi que ce soit avec laquelle je n’était pas grosso modo d’accord, mais je ne pouvais pas résister à vous taquiner dernièrement, juste un petit peu, et je vous invite avec joie de faire pareil et tant que vous voudriez pour casser mes propres vitres (de mon ‘habitation de serre’) autant plus fragiles.

palloporo 26/02/2007 22:18

M. Mirino. Je vous rassure, je ne suis nullement vexé, ni contrarié et encore moins irrité. Si j'ai pris cet extrait d'un commentaire d'Alceste, c'est que j'ai cru comprendre, dans la lecture d'un de vos précédents commentaires, qu'une sorte d'interpellation indirecte lui était adressée. Vous vous êtes arrêté au mot barbare, lequel ôté de son contexte n'exprime que l'interpretation que l'on veut bien lui donner d'après les définitions du dictionnaire. Mais vous auriez pu assi bien vous arrêter sur le mot sagesse. Loin de moi l'idée de vous traiter de barbare, comme je pense que votre idée n'était pas celle de me traiter de singe, dans l'entre parenthèse de votre commentaire. Voyez vous, les mots ne valent que l'interprétation que nous leur donnos; par des jeux, ils disent tout et le contraire. Je disais aussi dans mon commentaire, que je ne me permettrais pas de contester la liberté de parole à qui que ce soit, et que je respectais la verité du concept de la pensée politique qui n'appartient qu'à son auteur. Que vous dire du forum à réserver....?Il n'est pas si longtemps je vous avais repondu sur le déraciné. Peut être vous en souvenez vous?

philippe 26/02/2007 14:48



LCI et les forums d'"on en parle" deviennent totalement ridicules par leur obstination à choisir eux-mêmes le président avant que les électeurs votent ; vous êtes maintenant les seuls à maquiller de manière aussi outrée et visible la situation, ce qui dessert forcément Sarkosi. Tous les électeurs ne sont pas des imbéciles, loin de là, et votre comportement décourage nombre de personnes qui croyaient en lui ; comme vous vous êtes assimilés à lui, dans leur esprit, vos positions trop marquées les font maintenant douter des promesses qu'il fait. Sa chute dans les sondages provient autant de cette impression de jeu biaisé des médias, et de vous en première ligne, ressentie par l'électeur que du charisme certain de sa concurrente de gauche. Vous aurez une responsabilité certaine et importante dans l'échec de l'UMP, s'il advient, rappelez-vous des mensonges de la droite espagnole et de ses médias à sa botte, ce n'est pas si lointain : changez de cap pendant qu'il en est encore temps, soyez plus "vrais", sinon vous ne faites que faire plaisir à vos patrons et vous les entraînez au désastre. Nul n'est exempt d'erreur, mais persévérer .... Moi, je suis sûr des erreurs de stratégie que vous faites, et comme on disait à

la Sorbonne

"être sûr de ses erreurs, c'est être bien près de la vérité"

 



alors soyez vous-mêmes et ne suivez pas les consignes de supérieurs imbéciles !

 

 



salutations

 



Mirino 26/02/2007 09:21

Mr Palloporo, je vous prie de ne pas être vexé par ma petite observation, qui était faite très à la légère et de toute façon n’a rien à voir avec Mr. Alceste. Que l’on me traite de barbare  m’est aussi égale. Ce qui m’importe c’est d’avoir la liberté de m’exprimer et de pouvoir le faire de manière à être compris malgré mes défauts et mes limitations. Si l’on n’est pas d’accord avec moi nous avons justement l’opportunité de faire des échanges d’opinion qui pourraient peut-être même faire avancer le débat.Si cependant la majorité des commentateurs dont les contributions sont accueillies et arbitrées par Mr. Séguillon préféreraient que le forum soit réservé uniquement aux français, que l’on le dise sans ambiguïté.Car si jamais j’oserais poser une question franche à un contributeur avec l’espoir d’inciter la dialogue, je ne serais point impressionné et je serais plutôt déçu par ce qui me semblerait alors un manque de respecte et de politesse si la personne adressée choisirait de ne pas répondre, et d’autant plus s’il ne s’agit aucunement d’une manque d’éducation.(Excusez donc le lapsus linguae. ‘Tongue in cheek’ veut dire exactement cela. ‘La langue dans la joue’- avec humour ainsi qu’avec l’espoir que l’on ne se prend pas trop au sérieux.La vie est bien trop courte n’est ce pas, pour de telles préoccupations vaniteuses).

palloporo 25/02/2007 18:36

A Monsieur Mirino pour son commentaire n°20. "Les principes contraires ne sont propre qu'à faire de barbares raisonneurs, c'est munis de cette sagesse que la plupart des intervenants écrivent ici, depuis longtemps, incités en cela par les analyses de JLS". Cet extrait du commentaire n°15 d'Alceste, je le lui emprunte (sur de Sa permission) pour le faire mien, car je pense ne pas avoir meilleure reponse. Je entierèment en accord avec Alceste par la forme philosophique et clairvoyante de son discours, il ne fait qu'exprimer Sa vérité de concept de la pensée politique; avec une déception certaine. Ce discours lui appartient, et si nous ne partageons pas ses idées, nous ne nous permettrons pas de contester la liberté de parole qui est la sienne. Déclamer à longueurs de commentaires ce n'est plus de l'analyse et encore moins du dialogue. Mais pour revenir à notre affaire de "parlez nous français", je vous prierais de relire ma petite phrase. Je n'ai jamais "suggéré que l'on tache de s'exprimer AU MOINS en français". J'ai seulement exprimé un souhait, celui de nous parler français. Tous les blogueurs de LCI ne comprennent pas forsement l'anglais. Et puis, à quoi sert il de chercher à "caser" une phrase en anglais, souvent mal à propos, si celle ci n'est pas comprise de tous? Il est vrai qu'en lieu et place de "réestablishmentation" j'aurais du écrire: "La réinstallation de l'establishment PS". Quant au mot "establishment"(n;m;angl) on le trouve dans le Larousse et autres dicos, à contrario du charabia cheekennois que l'on trouve nulle part. Mais je suis conaincu que d'autres blogueurs ont bien compris la nuance. Quant à Dieu, s'il veut se mêler dans l'affaire, alors je lui demanderais de me protéger de "mes amis" car de mes ennemis je m'en charge.