Sarkozy: les mânes de Rivarol

Publié le par blog-pl-seguillon

       Nicolas Sarkozy est, comme Ségolène Royal, préoccupé par le phénomène Bayrou. Fort, au regard des sondages,  de le promesse d’un bon score au premier tour, il redoute un second tour qui l'opposerait au  candidat centriste. Il s'emploie donc à nouveau à  droitiser fortement son discours afin de pouvoir capter  les voix du front national au second tour. C'est ainsi qu'il a proposé  la création d’un grand ministère de "l’immigration et de l’identité nationale". Le mariage des deux mots n’est évidemment pas innocent. Mais c’est aussi, après avoir cité jadis Jaurès, la référence faite qu'il a faite à Antoine Rivarol lors d'un récent meeting  à Besançon. Citer ce grand écrivain du XVIIIeme  siècle, auteur remarquable du "Discours sur l’universalité de la langue française" n’a rien en soi de choquant. Rivarol est une référence en de la langue française. A ceci près, car il ne faut pas prendre les électeurs pour des demeurés et encore moins pour des naifs, qu' Antoine Rivarol  était un ardent avocat de l’ancien régime et un pourfendeur de la révolution française. Mais surtout,  son nom est devenu le titre d'un périodique d’extrême droite dont l’un des rédacteur fut François Brigneaux co fondateur du Front national ! Cette évocation de Rivarol est  évidemment un clin d'oeil discret adressé aux militants du parti de Jean-Marie Le Pen.

 

 

     

 

   

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

Gilbert Sorbier 16/03/2007 16:26

Cher Monsieur Séguillon,     Sarkozy attaque le centre en se redéployant vers l'extrème droite !     Mouais !  Et moi,  je monte sur la colline pour me rapprocher du niveau de la mer ?

Bizarre tactique, que j'approuve parcequ'elle affaiblit Le Pen, mais qui montre peut-être l'affolement qui règne chez les tacticiens de l'UMP.

Mirino 16/03/2007 14:19

 

Vous n’êtes pas la seule à choisir d’être piqué par ce choix de mot ‘paperasse’ Samira. Il n’y avait aucune connotation péjorative je vous assure. C’est simplement un fait. Malgré mes sentiments sincères et très positifs envers la France et son peuple (je vous rappelle aussi que ma fille est française) une feuille de papier ne va pas changer ni mon identité ni mes origines dont je tiens.Un aspect de la France que j’aime justement est cette liberté, une des valeurs de la République. Vous surtout devriez aussi la défendre Samira. Il n’y a donc aucune raison pour laquelle je devrais renoncer à mes origines, et personne, même pas vous Samira, puisse nier à les siennes. Celui qui nie à ses origines d’ailleurs nie forcément à lui-même.Je continue aussi, grâce à Mr. Séguillon, de prendre la liberté de m’exprimer sur ce forum. S’il y a des objections, que l’on les fasse valoir clairement.Pour le reste de votre argument, lorsque en plus votre héros Dominique de Villepin accord enfin son soutient officiel à Sarkozy, sans considérer celui- assez probable mais non pas particulièrement nécessaire- du Chef de l’Etat, vous Samira, affichant votre tendance de droite, êtes en train à l’heure actuelle de hurler dans le désert. A courte de héros vous êtes forcément obligée de cruiser dans la passée, d’appeler le secours des certains loueurs d’esprits parmi une bien large diversité de l’histoire de la France, mais même les esprits n’entendent pas de tels cris dans le désert.  

samira 16/03/2007 09:29

Monsieur Mirino, justement cette élection concerne le choix du président des Français et votre acharnement à défendre l'indéfendable, alors que vous n'avez, selon vous, pas ressenti le besoin de partager le destin des Français me dérangent. Oui, j'ai été profonndément choqué que vous qualifiez un jour les papiers français de "paperasse administrative". Je ne suis pas raciste, je trouve simplement que cela me semble incongru de tant vous préoccuper du sort d'un peuple auquel vous n'avez pas voulu appartenir. Je n'aime donc pas la manière dont vous vous permettez d'invectiver. L'identité française, j'ai choisi de la porter par besoin affectif et moral profond et je la défendrai, ne vous en déplaise. Cette identité je ne l'ai pas, comme votre "candidat", découverte il y a quelques semaines pour des raisons électoralistes!

Quant à la prochaine élection présidentielle, je ne vois pas très bien où est l'humour tant les enjeux sont importants. L'humour j'en ai eu lors des échéances Miterrand/Chirac, Balladur/Chirac, Jospin/Chirac car nous n'étions menacés par aucune des personnes de ces affiches. Je ne suis pas une "légère" et je sais distinguer les situations où l'on peut se permettre de rire et celles où il faut arrêter son délire et assumer, aussi difficile que cela soit, ses responsabilités de citoyens!

Et là; nous sommes dans une phase où c'est chacun son affaire et chacun sa conscience. En fonction de ce qui sortira des urnes et donc de ce qui arrivera aux Français dans les prochaines années: rupture d'avec leur histoire ou respect et continuité de leur histoire, les uns et les autres ne se regarderont pas de la même façon dans la glace.

Les discours sur aimer les Français pour les laisser voter pour la rupture, cela suffit. De Gaulle, eh oui encore lui, a toujours aimé très fort la France et les Français, et cela ne l'a pas empêché de prendre et d'assumer ses responsabilités en divorçant avec ce qui lui apparaissait comme une rupture d'avec l'identité française. Lorsque l'on se reconnait un tel modèle, on ne peut que se dire, en être libre, que nous ne ferons pas de compromissions.

La personnalité politique qui est, dans ma génération, ma référence, ne soutien pas votre "candidat": elle soutien sa famille politique par choix forcé. Je n'ai pas besoin qu'il me le murmure à l'oreille pour savoir quel est le bulletin qu'il glissera dans l'urne au moment d'accomplir son devoir de citoyen. Son choix ira vers un vrai démocrate. Si Dominique de Villepin avait été libre, son choix officiel aurait été autre. Pour commencer, il se serait présenté à cette élection présidentielle car il le souhaitais, et l'a souhaité jusque ces dernières semaines. DDV n'est actuellement pas libre. Il aura été la plus grande victime de cette élection, et un jour les journalistes qui aiment investiguer sauront écrire cette page noire de cette élection. Je le souhaite, car les Français ont droit à la vérité. Mais j'ai bonne confiance que Dominique de Villepin sera à nouveau libre un jour. Cette élection, à cause de J. Chirac et de Sarkozy était verrouillée pour lui. Nous verrons demain, mais pour l'instant la course se joue sans lui et la France doit être servie. Malgré ma peine pour ce qui lui est arrivé et pour ce qui arrive aux Français, je ne baisserai pas les bras; c'est la France qui est la plus importante. Vous pouvez toujours dire que je dois me calmer. C'est ce que l'on a toujours dit dans les régimes dictatoriaux pour tenter de décridibilser ceux qui osait parler. Vous voyez vous n'avez  absolument rien inventé!

Mirino 16/03/2007 08:22

Calmez vous Samira. On vous a déjà affirmer que l’on admire votre fidélité à défendre vos idées, mais lorsqu’il semble qu’elles ne soient pas trop cohérentes, ce qui est assez souvent le cas d’ailleurs,  il ne faut pas s’étonner que vous allez attirer quelques vives réactions des autres sur ce forum. Puis un peu de humour quand même de fait jamais trop de mal.On dirait par votre manière de vous exprimer que la France plonge dans une guerre civile.C’est les présidentielles. Les Français vont choisir le président qu’ils veulent, que l’on soit d’accord ou non. C’est cela la démocratie.Vous pourriez aussi vous poser la question, peut on justifier une telle haine pour Nicolas Sarkozy, lorsque la majorité des français et les plus importantes politiciens de France le soutiennent toujours ? Car par extension Samira vous crachez aussi sur la plus grande partie de la France que vous prétendez tant aimer et respecter.

sito 16/03/2007 01:41

Par ces temps de nationalisme et de social nationalisme, voici deux spécialistes du front national:

http://www.webjam.com/juanes/wwwwebjamcomalmazcara/