Jacques Chirac : disciple d'Aristote!

Publié le par blog-pl-seguillon

     Le soutien apporté par Jacques Chirac à la candidature présidentielle de Nicolas Sarkozy est un soutien de raison. Ce n’est pas un soutien du cœur. Il est sans ambiguité. Il est aussi sans enthousiasme. Il a la limpidité mathématique et  la sécheresse logique d’un syllogisme aristotélicien.

     Majeur : j’ai voulu la création de l’UMP.

     Mineur : Or, l’UMP a choisi de soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy.

     Conclusion : Donc, j’apporte mon soutien et mon vote à ce dernier.

     On ne pouvait dire les chose plus clairement. On ne les pouvait dire plus froidement.

 

     Ce soutien va-t-il modifier en quoi que ce soit le cours de la campagne ?

     Sans doute pas.

     A trop embrasser Nicolas Sarkozy et à donner à son soutien une chaleur excessive, Jacques Chirac eût étouffé le candidat de l’UMP sous l’étreinte de la continuité.

     A l’inverse, une totale neutralité de la part du chef de l’Etat aurait été comprise comme un geste de défiance à l’encontre de Nicolas Sarkozy.

     Cette neutralité aurait en outre empêché Jacques Chirac de peser dans la campagne. Ce qu’il s’efforce de faire en publiant  dès cette fin de semaine deux gros ouvrages respectivement intitulés « Mon combat pour la paix » et « Mon combat pour la France », recueils de discours assortis chaque fois d’une préface dans laquelle Jacques Chirac rappelle sa condamnation du libéralisme comme idéologie, du communautarisme de la discrimination ou encore, en matière internationale de l’unilatéralisme.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

mohammed guerriche 25/08/2007 17:14

voilà Nikolas avec les rènes de la France entre les mains.Comme nous lavions dit bien avant qu'il ne soit à l'Elysée,Sarkozy reste le meilleur candidat que les élecions de 2007 avait donné à la république.

l'homme est donc celui de la nouvelle ère,lére où tout est brouillé,tout est faux,le mensonge est patout semé et l'hypocrisie politique reste la reine de toutes lee relations internationales.

quel cheval prendre et quel chein emprunter dans pareilles circonstances si ce n'est pas de la sagesse et de la clairvoyance.

ses visites en Algérie et au maghreb sont un signe de bonne volonté que cherche à afficher Sarkozy dans ses nouvelles relations avec les pays du Sud méditerranéen qui malheureusement malgré leurs ressources restent en marge de la plitique régionale et se contentent du rôle de mauvais spectateurs qu ine savent même pas qui applaudir les américans ou les européens dans leurs luttes nouvelles pour qui hisse son étendanrd le plus ahut possible dns la région. 

Charles 26/03/2007 22:40

En regardant, le Gd Jury, j'ai remarqué avec quelle arrogance, Madame R oyale répondait aux quelques qestions que vous, les trois journalistes, lui posiez.De plus elle ne répondait qu'à certaines.

Je crois que vous ne l'a porté pas dans votre coeur..

Monsieur Besson n'aurait-il pas raison?

Si j'étais Socialiste,j'y regarderai à deux fois avant de voter.

Pour Monsieur BAYROU il est temps de donner beaucoup d'avoine à son cheval,ou il perdra. Je lui fais confiance.

michelazur 23/03/2007 12:41

Pour notre ami SANMARCOJe ne crois pas qu'il ne faille communiquer que sur la base du plus petit dénominateur commun. Cela s'appelle le nivellement par le bas. Dans ce cas quatre mots devraient suffire pour tout exprimer. On pourrait tout de même expliquer aux copains de banlieue ce qu'est un faux raisonnement car ils en ont une pratique constante. Pratique constante aussi en campagne électorale. Je crois qu'il faut plutôt élever le niveau que s'abaisser au niveau de ceux dont le niveau ne cesse de s'abaisser. Il n'y a qu'à expliquer simplement ce qu'est un faux raisonnement en proposant le célèbre sophisme suivant, on ne peut plus simple :majeure : tout ce qui est rare est chermineure : or un cheval à cinq francs c'est rareconclusion : donc un cheval à cinq francs c'est cherUn faux raisonnement est un raisonnement apparaissant correct dans sa forme mais une ou deux des prémices est fausse, ce qui entraine une conclusion fausse.Je crois qu'il faudrait toujours être attentif à la validité des affirmations que l'on utilise comme base de nos raisonnements.Notre société ne souffre pas d'élévation de la pensée mais plutôt de sa grande absence ou du simplisme érigé en règle.

palloporo 21/03/2007 22:09

Les réactions des Partis politiques de gauches (au soutien de M. Chirac à M. Sarkozy), et celle du PS en particulier, nous montrent bien, s'il en était encore besoin, la médiocrité de l'honnêteté intellectuelle de ces responsables et autres portes-parole de candidats gauchistes. Mme Royal: Nicolas Sarkozy est le candidat sortant de la majorité sortante. M. DSK s'est félicité du départ....etc, "le mélange des genres a été fort et s'est fait au détriment des autres candidats" (?). M. Lang:" Nicolas Sarkozy apparait plus clairement que jamais le candidat de la majotité sortante. Nicolas Sarkozy ne pourra plus s'exonérer du bilan négatif du gouvernement sortant dont il a été continûment le co-auteur". PCF:" Nicolas Sarkozy devra assumer un "terrible bilan anti-social et liberticide". Passons sur les inepties des Verts, UDF et FN. Que en auraient-ils étés des commentaires des gauchistes si M. Chirac n'avait pas apporté son soutien à M. Sarkozy? Que l'on le veuille ou non, la bipolarisation politique gauche-droite est d'une logique évidente et inévitable. Alors, que retenir de ces réactions de responsables PS à l'irresponsabilité évidente et sectaire? M. Sarcozy a reçu "l'adoubement" du Chef de l'Etat, fut-il Aristoticien, ce qui est tout naturel de la part de M. Chirac, non seulement appartenant à la même famille politique, mais aussi en tant que "créateur" de l'UMP. M. Sarkozy peut aussi bien incarner la continuité des Institutions de la Ve République (dont un certain M. Mitterrand s'en servit façon Louis XIV), et dévélopper son programme de candidat, en RUPTURE avec les pratiques et les lois archaïques du XIXe et XXe siècles. A nouveau millenaire nouvelles lois, sans pour autant tout ROMPRE. La grande peur des Socialistes ce n'est pas tant l'élection de M. Sarkozy à la Présidence de la République, mais celles que pourraient être les nouvelles lois sociales, plus anti-corporatives; plus démocratiques; plus égalitaires. Plus démocratiques égalitaires cela veut dire plus de liberté. Plus de liberté cela veut dire plus de fraternité. Plus de fraternité cela veut dire plus de respect pour l'autre, et cela veut dire surtout moins de grèves. Ces corporations étatisées ne savent pas que "les droits des UNS s"arrêtent là où il commencent les droits des AUTRES. Ces gens savent'ils que la plus petite grève coûte des milliards d'euros à l'économie nationale? Ces gens savent'ils qu'il faut que les autres payent pour récupérer l'argent donné aux UNS? et ce sera ainsi toujour la même ritournelle! A moins que.....

SANMARCO 21/03/2007 21:54

B IENTOT IL VA FALLOIR ETRE AGREGE DES LETTRES POUR SUIVRE PLS   METTEZ VOUS A LA  PORTEE DE VOS AUDITEURS CE QUI SE CONCOIT BIEN S'ENNONCE CLAIREMENT  UN SYLLOGISME ARISTOTELICIEN JE VEUX BIEN  MAIS ILS DOIVENT PAS ETRE NOMBREUX A SAVOIR CE QUE CA VEUT DIRE SURTOUT EN BANLIEUE  PRENEZ EXEMPLE SUR SARKO  LUI AU MOINS ON COMPREND CE Q'UIL DIT  Q'ON AIT BAC PLUS 10 OU BAC   MOINS 10  ET POURTANT IL EST AUSSI CALE QUE PLS MERCI DE ME PUBLIER