BAYROU : DE LA BELLE OUVRAGE !

Publié le par blog-pl-seguillon

     

 

      Etre battu au premier tour de l’élection présidentielle et néanmoins se retrouver au centre du jeu du second tour, voire s’offrir  un débat avec un des candidats qualifiés sinon les deux, c’est la prouesse que réalise de manière inédite François Bayrou , Mieux, celui-ci entend bien préserver et amplifier sa position arbitrale en  promettant une nouvelle surprise lors des troisième et quatrième tour de cette élection : le scrutin législatif de juin.

     Il n’est pas certain qu’il réussira mais force est de reconnaître que le leader centriste témoigne d’une constance, d’une audace à moins que ce ne soit de la témérité et d’un sens tactique peu communs. Sa conférence de presse, ce mardi, tient de la belle ouvrage

     François Bayrou persiste et signe. Il maintient son diagnostic alarmiste. La France souffre d’une triple crise démocratique, sociale et économique. Il maintient sa critique des médications proposées par Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. Le premier représente à ses yeux une menace pour la démocratie en ce qu’il risque de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains. A la seconde, il reproche un programme étatiste inapte à relever l’économie du pays.

     François Bayrou est culotté. Il annonce la création d’un grand parti démocrate dont il nous explique qu’il sera libre, central et arbitral mais dont on devine qu’il pourrait devenir dans l’hypothèse d’un échec de Ségolène Royal et d’une cassure du parti socialiste, le grand parti progressiste tremplin servant une candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle de 2012.

     François Bayrou ne manque pas d’habileté. Il vise déjà les législatives. En ne donnant pas de consigne de vote aux électeurs, il espère ménager la réélection de ceux de ses députés sortant qui ont besoin du soutien de l’U.M.P. pour être réélus et néanmoins profiter de la dynamique créée par l’obtention de près 7 millions de suffrages au premier tour de la présidentielle pour élargie sa représentation parlementaire et empêcher celui ou celle qui gagnera la présidentielle de bénéficier d’une majorité absolue au parlement.

    Dès lors, le nouveau Parti démocrate deviendrait décisif, distribuant les bons et les mauvais points au gouvernement, approuvant les projets de loi qu’il jugera opportuns et faisant échouer ceux qu’il contestera.

    Ce pari politique est osé.

    François Bayrou jubile aujourd’hui tant les deux prétendants multiplient les amabilités à son égard, Ségolène Royal plus encore que Nicolas Sarkozy. Mais le président de l’UDF ne doit pas se faire d’illusion. Sitôt élu, le nouveau président ne lui fera pas de cadeau d’ici aux législatives de juin.     

   

          

Publié dans blogpls

Commenter cet article

order xanax online 10/05/2007 08:00

Jean-Charles 30/04/2007 08:24

Au commentaire de "Charles" N° 65 : Exact, rien à ajouter, vous avez dit l'essentiel. De même que le commentaire de "Palloproro", avec le même respect pour "Alceste", il m'est agréable de constater que pour beaucoup d'entre vous, vous respectez les critiques 'intelligentes" et les commentaires de vos "adversaires" politiques. Il me semble que là "est" la vraie démocratie.

bien à vous

palloporo 29/04/2007 15:42

Cher Alceste (63). Permettez-moi pour une fois cette familiarité. C'est toujours un plaisir de vous lire même s'il y a divergence d'idées entre nous. Vos interventions sur ce blog, je les considères pour ma part d'une honnêteté intellectuelle dont certains blogueurs devraient s'inspirer.  On peut ne pas être d'accord avec les discours de Mme Royal et de M. Sarkozy, cela ne fait pas raison de traiter ces personnes de "tous les noms d'oiseaux" repertoriés ou pas dans le vocabulaire. Dans tous vos énoncés on constate votre amour pour le théâtre dont vous en nommez souvent vos maîtres à penser en citant aussi souvent leur pensée philosophique. De votre commentaire je retiens votre épilogue qui résume assez bien la situation du paysage politique du moment. Vous dites: "Le théâtre est un art de convention, où tout est "faut". Et pourtant, éternel paradoxe, c'est grâce à cela que les vérités les plus profondes ont été dites. Depuis Eschyle".  Je comprends donc, depuis toujours. Je vous cites encore dans la phrase: "Il me semble simplement que, puisque d'une certain façon nombre de citoyens se heurtent à la peste des temps modernes (il faudrait développer) le plus urgent, n'est pas de savoir à quel doctrine se complaire, c'est de tenter de guérir". Il aurait fallu développer ce nombre de citoyens, est ce à dire qu'un certain nombre de citoyens se heurtent (réfusent) la peste des temps modernes, tandis que le nombre restant accepteraient cette même peste? La peste politique de la quatrième République s'est retrouvée dans la cinquième République car, si une nouvelle constitution fut instaurée, les Hommes restèrent les mêmes avec les mêmes idéaux: "Conquerir le Pouvoir"! En ce temps d'élection Présidentielle, on parle beaucoup de trahisons politiques des uns et des autres, et de positionnements scandaleux de certains acteurs politiques, en oubliant un passé récent qui fut à la limite du politiquement correct. Depuis 1974, avec l'élection de M. VGE, les positionnement scandaleux n'ont pas manqués, à gauche comme à droite. En 2007 cela ne fait que continuer. Vous, en tant que Rocardien, êtes bien placé pour savoir que l'OPA de M. Mitterrand sur le PS et le Programme Commun de la gauche, l'amena au pouvoir en 1981? Dont en firent "les frais" M. Rocard et M. Fabre, celui-ci récompensé par la suite du titre de Médiateur de la République. En vous rappelant, si besoin en était, que l'élection de M. Mitterrand fut acquise avec la complicité manifeste de M. Chirac, alors en désaccord complet avec M. VGE, sans quoi les Socialistes n'auraient jamais pris le pouvoir en 1981. C'est dire qu'en ce temps qui fut, les électeurs suivaient aveuglément "leur gourou" sans question se poser. Aujourd'hui je pense que l'électorat en général, est plus à même de prendre de décisions responsables en osant se dissocier des idées prônées par des politiques à la limite du convenable. Ce n'est pas avec des discours à la limite de la diffamation et de l'honnêteté intellectuelle de certains candidats, ou ex, que l'on arrivera:"...commencer par abattre un certain nombre de préjugés".

charles 29/04/2007 02:58

Chers co-blogueurs, inspirez ! ...bien... recommencez, inspirez !...voilà, comme ça... , encore une fois, inspirez !... alors ?? est-ce que vous la sentez ? la sentez-vous cette odeur âcre et entêtante du terrorisme intellectuel ?... Naïvement, vous aviez cru en être débarrassés, vous aviez cru avoir définitivement échappé à l'asphyxie, vous aviez cru avoir récupéré le droit de décider de votre avenir et de celui de vos enfants, le droit de décider de ce que doit être la politique d'immigation et la politique contre l'insécurité dans notre pays... c'était sans compter sur la morgue et les relais médiatiques de la bien-pensance et autres ayatollahs de la pensée unique.

 

Fidèles à leurs habitudes, les grands gourous de la pensée unique et leurs adeptes ne se hasardent pas sur le terrain du débat d'idées...trop risqué; ils y perdraient toutes leurs plumes. Ils lui préfèrent de loin le terrain des procès d'intention, des injures et des anathèmes. Eviter le débat d'idées leur permet de faire l'économie des remises en cause idéologiques douloureuses et de se consacrer à leur activité favorite: salir et discréditer les esprits libres qui ne leur ont pas fait allégeance.  Ainsi, ces apprentis dictateurs, ces fascistes de gauche (car c'est de cela qu'il s'agit) ont décidé de s'attaquer à Nicolas Sarkozy car ce-dernier a eu le mauvais goût à leurs yeux de briser un certain nombre de tabous. Comment diantre a-t-il pu oser, le bougre, aborder ces sujets interdits que les gardiens consciencieux de la pensée unique avaient mis à l'abris de tout débat depuis 30 ans ??! 

 

Les dernières accusations portées contre Sarko sont tout bonnement à mourir de rire: il aurait obtenu gain de cause de la part de Canal+ après avoir fait pression sur eux pour empêcher le débat Bayrou/Royal. C'est grotesque. Depuis la naissance de Canal+, lorsque André Rousselet, ami personnel de Mitterrand, s'est retrouvé grand bénéficiaire de la naissance de cette chaîne (connivence ?...vous avez dit connivence ???), la ligne éditoriale de canal+ a toujours été clairement ancrée à gauche (quels qu'en aient été les actionnaires) et cela n'a jamais changé depuis. Il suffit de regarder comment les Guignols de l'info s'acharchent avec hargne et malhonnêteté sur Sarkozy depuis des mois pour s'en rendre compte. D'une manière plus générale, le temps d'antenne est ultra favorable aux idées de gauche par le biais de la médiatisation perpétuelle de divers collectifs ou associations qui sont autant de filiales intellectuelles des partis de gauche (RESF, LDH, syndicats divers, MRAP, ACDC, associations incitant à aller voter avec un parti-pris politique évident, etc...). Il s'agit là d'un problême grave sur lequel le CSA serait bien inspiré de se pencher car, en tant que contribuable m'acquittant de la redevance télé, je considère être victime d'un véritable détournement de fonds publics. Les principes démocratiques exigeraient que les chaînes de télévision cessent de jouer ce jeu de maquillage du temps de parole de la gauche. Je mets par ailleurs au défi les gens qui prétendent que Sarko bénéficie de connivences médiatiques de me citer un seul exemple où il aurait été privilégié. Il n'y en a pas un seul. Au contraire, les émissions politiques auxquelles il a participé l'ont mis aux prises avec de véritables opposants politiques alors que Ségolène Royal se trouvait entourée très largement par des gens de l'électorat habituel du PS.  

 

Cependant, il n'y a pas lieu de s'inquiéter car les tyrans de la pensée unique ont un talon d'Achille, et non des moindres: ils ne peuvent rien contre la volonté du peuple français, ils ne peuvent pas voler le suffrage d'un peuple qui a décidé de survivre, de se relever et de s'affranchir du joug de cette armée d'ignorants bornés et néanmoins convaincus de leur supériorité intellectuelle et morale.

 

Chers co-blogueurs, inspirez !... bien... recommencez, inspirez !...voilà, comme ça... encore une fois, inspirez !... alors ?? est-ce que vous la sentez ? la sentez-vous cette odeur voluptueuse de la victoire dont vous serez les acteurs le 6 mai prochain ? la sentez-vous cette odeur douce et réconfortante de votre liberté retrouvée ? ces effluves de liberté qui chasseront pour de bon l'odeur nauséabonde et suffocante du terrorisme intellectuel.

 

Le 22 avril dernier fut notre première occasion d'adresser un monumental et salutaire bras d'honneur à toute cette floppée de petits soldats de la pensée unique et nous ne nous en sommes pas privés. Le 6 mai sera l'occasion de leur botter le train et de leur faire comprendre gentiment mais fermement que l'on n'a besoin de personne pour penser à notre place et pour nous dire ce qui est souhaitable ou pas pour notre pays. Nos réflexions, nos diagnostiques et nos convictions valent mieux que leurs préjugés, leur auto-satisfaction et leurs dogmes. Vive la liberté, vive Sarko et vive la France !

Mirino 28/04/2007 22:52

Vous êtes un idéaliste et un rêveur Cher Alceste. Vous vouliez croire en la personne de François Bayrou. Je comprends.Je dois avouer que moi aussi à une certaine époque pendant les présidentielles je l’aurait bien admit comme alternatif s’il ne s’était pas révélé de plus en plus 'the wolf in sheeps clothing' imposteur.Mais vous savez bien que la connaissance la plus précieuse qui, à la fleur de l’âge, vient finalement à l’esprit  est celle qui nous persuade avec un sourire, que nous ne connaissons rien.C’est justement cette humilité riche dont Mme. Royal et Mr. Bayrou manque sérieusement. Car pour bien gouverner il faut aussi de l’humilité. Il faut pouvoir craindre de ne pas être à la hauteur pour aller justement au delà de soi. Si je crois en Sarkozy, c’est qu’il a déjà cette sagesse. Il ne peut pas supporter l’idée de décevoir. Il s’engage totalement.On serait très naïf de croire que ce débat était organisé pour la belle cause de la démocratie.C’était une basse manœuvre faite à l’improviste pour voir si un arrangement de dernier moment ne pourrait pas être tricoté pour accumuler les voix. C’est justement cette démarche qui montre un manque grossier de respect pour l’électorat, car, je le répète, elle le prend  pour un troupeau de moutons sans cervelles.Si, avec le droit de vote j’avais soutenu Bayrou, je serai assez dégoûté par son comportement plutôt vindicatif et d'une mauvaise foi.Comme je viens de faire allusion à ce même sujet sur la dernière analyse de Mr. Séguillon, je crois que ce débat a fait bien plus de mal à Mme Royal que de bien. J’aurais aimé imaginer que la démasquer était bien l’intention de Mr. Bayrou, mais j’en doute. Il n’est pas assez fin, ni assez désintéressé pour pouvoir faire un coup pareil.