Saine colère

Publié le par blog-pl-seguillon

    

     Puisque la mode est aux saines colères, permettez-moi d'en piquer une à la lecture de certains commentaires. Oui, je suis indigné qu'on ne fasse pas crédit à un journaliste de pouvoir analyser le déroulement d'un débat politique sans être aussitôt taxé de faire un choix partisan. A croire que les plus militants des visiteurs - ce qui est tout à fait leur droit, ne jugent  un blog qu'à l'aune de leur appartenance politique  ou ne réagissent qu'en fonction de leur déception ou de leur amertume.

 

    Que savent-ils en effet de mon vote de citoyen ceux qui instruisent ce procès? Rien. C'est affaire privée. Et en quoi dire que Ségolène Royal est apparue plus  combative  que Nicolas Sarkozy et que celui-ci s'est montré plus précis et plus rigoureux sur les dossiers économiques et sociaux que celle-là signifie-t-il de ma part un choix  personnel en faveur du candidat de l'UMP?

 

    Décrypter la manière dont l'un et l'autre sont « apparus » dans ce duel n'entraîne pas un jugement sur ce qu'ils « sont » en réalité. Libre à chacun de contester l'analyse que j'ai faite. Non seulement, c'est légitime mais c'est positif. L'échange est constructif. Mais pourquoi vouloir discréditer le journaliste qui s'efforce de décrypter une situation en suggérant ou pire en décrétant de manière insultante que son analyse est le produit d'un choix partisan et d'une politique de chaîne?

 

   Je répète ce que j'ai dit et écrit. Dans ce débat, Ségolène Royal s'est montrée particulièrement pugnace et déterminée. Elle a même pris la main en choisissant en permanence le terrain sur lequel elle souhaitait  s'exprimer sans jamais tenir compte des questions des journalistes. Mais, se faisant, elle a paradoxalement   servi l'image d'un Sarkozy étonnement calme, maîtrisé, serein  puisqu'il n'est jamais sorti de ses gonds contrairement à ce qu'espérait la candidate socialiste.

 

   Avoir fait ce constat quelques minutes après la fin du débat et avoir expliqué que Nicolas Sarkozy avait de la sorte gagné ce débat puisqu'il était apparu mieux à même que Ségolène Royal de traiter les dossiers avec rigueur et avec calme me vaut les foudres de certains visiteurs. Je remarquerai seulement à leur intention qu'à voir les sondages publiés depuis ce débat, c'est précisément ce qu'ont ressenti de nombreux  téléspectateurs.

 

   Par pitié, critiquez, argumentez, faites votre propre jugement  mais ne brandissez pas l'anathème. C'est l'arme stupide de ceux qui sont dépourvus d'arguments.

 

 

 

Publié dans blogpls

Commenter cet article

online casino blackjack 24/06/2007 02:22

phentermine without prescription 14/05/2007 11:22

Claude 08/05/2007 12:11

Bonjour monsieur Séguillon,

J'écoute toujours avec beaucoup d'attention vos avis et commentaires. Bien entendu je ne suis pas toujours totalement d'accord avec vous mais je suis toujours gagnant à vous écouter. Le plus souvent, j'adhère à vos façons de voir qui, contrairement à ce que certains vous reprochent, sont aussi peu empreintes de parti pris que ce que l'on peut normalement attendre d'un chroniqueur politique.

En l'occurrence, j'ai trouvé vos commentaires à chaud du débat  Royal/Sarkozy particulièrement pertinents. Grâce à eux et ceux de vos confrères j'ai gagné beaucoup de temps pour analyser et conforter mes propres impressions. Je ne me suis jamais senti obligé d'adopter vos analyses.

Ouvrir un blog aux intervenants de tous horizons vous expose naturellement à des critiques de tous.  Si certaines que vous trouvez injustes peuvent vous faire de la peine elles sont néanmoins nécessaires pour vos lecteurs. Sinon comment aurions nous cette vision large qu'apporte internet et comment prendrions nous conscience de l'intolérance dans laquelle nous vivons et qu'il n'est pas toujours facile de mesurer quand elle ne s'affiche pas "noir sur blanc".

Merci pour la qualité de vos interventions. C'est pour cela que nous vous aimons.

Cordialement,Claude

Dumur 08/05/2007 10:25

M Pierre Luc Séguillon, D’abord, j’aime toujours écouter vos analyses politiques, au même titre que celle d’Anita Hausser. Manifestement, en dehors de jouer sur son « charme » féminin, Ségolène ne connaissait peu ou pas ses dossiers, même lorsqu’elle se réfugiait derrière sa fonction d’ex-ministre. Laquelle fonction était palote, selon C Allègre. D’autre part, il y à une constante, le futur candidat qui caracole en tête des sondages pendant longtemps ne passe jamais le poteau d’arrivée. Ayant écouté par deux fois ce débat, Lci et Lcp ensuite, Ségolène insistait qu’elle « je le ferai, je le ferai », en parlant du financement des infirmières en piochant dans le budget d’Etat. Ayant été pendant de logues années, délégué syndical dans un Chu, donc sachant parfaitement comment fonctionne ledit financement. Franchement, que nous proposait Ségolène ? Tout simplement continuer à payer, payer, de toute éternité, tout en gardant la ringardise du 19ème siècle. ( La création de l’impôt sur le revenu, un idée récurent de la gauche depuis ce temps, qui sera appliquée par G Clemenceau en avril 1917). Me Royal, connaissait très peu ses dossiers, ce qui la fiche mal pour une future présidente. Continuez Pierre Luc, à faire vos synthèses que j’apprécie à juste titre. Foin des grincheux, la démocratie est la démocratie ./ Sans être fan de Sarko, il avait à mes yeux gagné ce débat. Bien à Vous ! Djinn

denise 07/05/2007 21:30

Mauvais perdant, toujours à chercher des boucs émissaires à l'extérieur du parti, c'était de la faute à Chevènement, Taubira...en fait Le Pen était préféré, c'est tout. Cette fois-ci mauvais programme, mauvaise candidate, mauvaise campagne et on accuse les journalistes et les Français qui "n'ont rien compris" et "ne se rendent pas compte que ce sont leurs avantages qui vont disparaître" (mais peut-être la dette sera-t-elle moins lourde pour leur enfants). On évoque des manifestations, on menace d'un troisième tour social dans la rue. Pathétique.