Un couvercle sur la marmite socialiste

Publié le par blog-pl-seguillon

   Le parti socialiste se retrouve, au lendemain de son troisième échec à une élection présidentielle, dans la même situation qu’il y a cinq ans. Il n’a pas de leader incontestable, pas de ligne doctrinale définie et pas de stratégie d’alliance.

   On a vu, dès dimanche soir, Ségolène Royal se précipiter sur les antennes pour tenter, à partir de sa campagne, de se poser en chef de l’opposition. Mais on a entendu également Dominique Strauss Kahn se dire disponible pour rénover la gauche et Laurent Fabius pour en relever le drapeau mis bas par cette défaite. Quant à François Hollande , jouant des batailles internes au parti socialiste, il s’est empressé, comme à son habitude, de se remettre au centre du jeu.

   C’est lui, une nouvelle fois, qui l’emporte en remettant le couvercle sur toutes ces questions au nom d’un seul impératif sauver ce qui peut l’être dans la prochaine élection législative.

   La grande explication de l'après défaite est repoussée après les législatives, à moins que ce ne soit après les municipales, dans un an, à moins à moins qu'elle ne vienne jamais et le couple puisse de la sortir tenir le PS jusqu'en 2012.

Publié dans blogpls

Commenter cet article

catherine 11/05/2007 09:13

Bravo Alceste pour votre mail, que j'aurais aimé écrire tellement il met des mots sur ce que je ressens profondément. Ségolène Royal a "empoché " les 47% en ignorant ceux , je crois nombreux, qui n'ont voté pour elle que pour éviter Sarkozy, et au delà de son score que certains qualifient d'honorable, je vois une défaite liée à son esprit étriqué et sans réelle dimension, à son amateurisme. Un professionnel doit savoir improviser à bon escient. On a vu à maintes reprises que toute improvisation ressemblait fort à une ânerie (sur la Turquie, ou plus récemment lors du débat. Il lui a manqué le fond,  la littérature, la musique qui lui auraient donné du recul et certaine humilité qui font les grands chefs d'états...Je souhaite une chose maintenant : qu'elle tire sa révérence et que la compétence remple la communication, au au moins qu'elle ne passe plus derrière. Je voudrais tellement que tous les sympathisants socialistes qui ont voté Royal à contre-coeur disent haut et fort qu'ils ne veulent pas voir à la tête du PS Ségolène Royal. En attendant de revoter PS....

Mirino 11/05/2007 09:03

Ca fait plaisir d’entendre ce matin DSK faire de telles déclarations enfin sensées. Il a raison.Ce parti ne peut pas continuer comme si de rien n’était sans afficher encore de l’hypocrisie. Lorsque pour la troisième fois la gauche rate sa campagne, et malgré tous les feux artifices le plus beaux, il y a forcément quelque chose de fondamental qui cloche.  Il a donc raison de dire qu’il faut mettre tout à plat, de purger le parti de ses idéologies aussi bornées que dépassées, de ses tabous, et de mettre en pratique le réalisme et la responsabilité. Si Blair a pu le faire (et par rapport avec la politique de la soi- disant droite française depuis belle lurette, sa politique a été bien plus à droite que l’inverse)  DSK devrait aussi, en principe, pouvoir arriver. Mais d’abord, bien évidemment, laissons Sarkozy son opportunité de réaliser tous ses engagements.

Gilbert Sorbier 10/05/2007 15:31



Le disfonctionnement du PS que nous révèle le livre de Raphaëlle Bacqué sur les relations orageuses entre Ségolène Royale et François Hollande,  confirme ce que pensaient les gens les plus avisés, sur les prestations incohérentes du 1er secrétaire pendant cette campagne… et qui accordaient au moins le mérite de la franchise à la boutade de Montebourg sur "Le plus gros défaut de Ségolène".  On comprend mieux des croches pieds -d'une inexcusable connerie- dès lors qu'on les sait prémédités ! On comprend mieux qu'Hollande ait exigé qu'elle embrasse mortellement un programme suicidaire par son néant intergalactique.

deslilas 10/05/2007 15:15

"Mais vous avez parfaitement raison mon cher. Je n'aurais pas pu mieux dire. Et pourtant je ne cesse de l'écrire et la gauche ne m'entend pas..."

La vie continue. Les électeurs de droite sont de plus en plus enclins à proposer des conseils "désinteressés" à la gauche sur le choix de ses candidats, de ses programmes et de ses pratiques. Ils ne les aiment pas - euphémisme - mais ils veulent le bien du PS, de la gauche et pourquoi pas de Madame Royal.

Les relations à droite, la "golden touch" of Nicolas Sarkozy ce n'est pas leur affaire, leur favori a été élu, il n'y a rien à dire ni à redire.

Nous ferons donc de même, la campagne électorale présidentielle est close, les français ont choisi majoritairement un homme et un programme.

Que ce programme soit appliqué, avec le style choisi par le nouveau Président ( c'est son affaire et celle de ceux qui l'ont élu). Nous pourrons - comme tous les Français - constater les résultats et en tirer les conséquences.

 

Mirino 09/05/2007 14:11

Vous avez raison Alceste. Vous n’exagérez aucunement. Mme Royal continue d’abuser de sa position en utilisant son électorat de jeunes égarés. Si elle avait un sens de responsabilité et de décence elle aurait éclipsée discrètement, avec un dernier petit mot pour calmer le jeu. Mais sa priorité souriante et sans vergogne a été de s’imposer encore en profitant de la dernière vague de popularité, et ceci malgré sa défaite et ses devoirs avec Hollande envers le parti elle était censée représenter.Qu’elle avait 47% des votes ne change rien. Elle a perdu. En principe, pour renouveler un parti on a intérêt de ne pas permettre une perdante de prendre contrôle, car il y a toujours danger- et d’autant plus en considérant l’état actuel du PS- que le même phénomène ne se reproduise à l’avenir.Mme Royal a montré ses talents, elle en a certainement. Mais elle a davantage de défauts, et ce qui est manifeste c’est que tous les français dotés de la capacité de raisonner, ne sont pas dupes et ne l’aiment point.